Rachat de Nice-Matin :
Xavier Niel intéressé

Raphaël Brun
-

Contrôlé à 66 % par ses salariés, Nice-Matin est l’objet d’une lutte entre plusieurs milliardaires désireux d’acquérir les 44 % restants.

Du côté de la direction de ce quotidien régional et de son PDG, Jean-Marc Pastorino, on préfèrerait la proposition venue d’Iskander Safa, propriétaire de Valeurs actuelles et des chantiers navals CMN. Mais, selon nos confrères de Libération, le patron de Monaco Telecom et de Free, Xavier Niel, serait aussi intéressé. Du coup, les 456 salariés actionnaires, propriétaires de Nice-Matin depuis 2014 attendent que Niel détaille son projet. Ce ne serait pas une première pour le patron de Monaco Telecom qui est déjà copropriétaire depuis 2010 du groupe Le Monde. Selon Libération, Nice-Matin aurait vendu en 2018 « près de 70 000 exemplaires », réalisé « 85 millions d’euros de chiffre d’affaires pour le groupe » et afficherait une perte « limitée à 2 millions d’euros ». Sans oublier une série « d’emprises foncières, valorisées plusieurs dizaines de millions d’euros, près de l’aéroport de Nice, au cœur du grand projet d’aménagement local dit “Eco-vallée” », ajoute Libération, qui indique que Safa pourrait investir « dans un premier temps » une « grosse trentaine de millions d’euros », dont « 21 millions seraient affectés au rachat de la part de 34 % possédée dans l’entreprise par la société belge Nethys, qui a renoncé fin 2018 à devenir majoritaire et aiguisé ainsi les appétits extérieurs. » Mais Nethys serait en contact avec Xavier Niel depuis début 2019 et ils seraient même entrés en « négociations exclusives » pour le rachat des 34 % de ce quotidien. Niel investirait lui aussi 21 millions, ce qui représente le montant investit par Nethys dans Nice-Matin. Si le patron de Monaco Telecom l’emporte face à Safa, reste à savoir s’il rachètera ensuite les 66 % détenus par les salariés. Il aurait indiqué aux salariés de ce quotidien qu’il était là pour les « aider », comme il l’a fait avec Le Monde. Une autre hypothèse existe, et elle vient du camp Safa, relate Libération : « Le patron de Free ne s’intéresserait pas tant au quotidien méditerranéen qu’aux activités télécoms de Nethys. » Autre avantage pour Xavier Niel : « La société qu’il s’apprête à acquérir auprès de Nethys possède par ailleurs un petit bout du journal La Provence, dont l’actionnaire de référence, Bernard Tapie, pourrait être contraint par la justice de se séparer rapidement. Xavier Niel a-t-il envie d’étendre son petit empire dans la presse au Sud ? », se demande Libération. On devrait en savoir plus dans les jours à venir.

journalistRaphaël Brun