Un premier trimestre 2019
« plutôt doux »

Maxime Dewilder
-

Jeudi 13  juin, Sophie Vincent, directeur de l’Institut Monégasque de la Statistique et des Études Économiques (IMSEE), a présenté à des entrepreneurs du Monaco Economic Board (MEB) le bulletin de l’économie du premier trimestre 2019. Statistiques et tendances économiques du début de l’année, comparées au même trimestre 2018, dessinent un premier trimestre au démarrage « plutôt doux ».

Vous parlez d’un démarrage « plutôt doux » : qu’est-ce que cela veut dire ?

Plutôt doux, car certains indicateurs sont en baisse. Et, dans le même temps, d’autres sont très positifs. Lorsque l’on compare au même trimestre de 2018, les chiffres sont un peu en-dessous. Nous restons toutefois prudents sur le commentaire, car, à ce stade, nous ne disposons que des données des trois premiers mois de l’année. Il est trop tôt pour tirer des conclusions.

Comment se porte l’emploi à Monaco ?

Nous avons un marché de l’emploi très dynamique en principauté. Le volume d’emplois est très important [voir chiffres par ailleurs]. Il faut toutefois garder à l’esprit que l’IMSEE a un rôle de neutralité, nous ne sommes pas là pour faire de la communication. Notre rôle est d’analyser secteur par secteur, et de voir les tendances qui se dégagent, ou les corrélations entre certains indicateurs.

Monaco est un important bassin d’emplois dans la région : comment travaillez-vous avec l’INSEE, l’équivalent français de l’IMSEE ?

Nous avons une très bonne relation avec l’INSEE Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), basée à Marseille. Nous travaillons ensemble depuis plusieurs années, et nous avons publié une première étude commune le mois dernier sur l’emploi transfrontalier [lire Monaco Hebdo n° 1109]. Cette publication était pilotée par l’INSEE PACA, et nous avons apporté notre éclairage sur l’emploi transfrontalier en principauté, étant donné le nombre important de salariés qui vient chaque jour de l’extérieur. Cette publication commune est une première étape. Nous allons signer ensemble une convention de partenariat. Par ailleurs, l’INSEE est la référence européenne en matière de statistiques pour la qualité de son travail, et nous allons tenter d’enrichir nos outils et nos approches méthodologiques à ses côtés.

Les chiffres du premier trimestre 2019 (1)

3115,8  millions d’euros : le chiffre d’affaires de la principauté au premier trimestre 2019  (2), soit une baisse de 7,2 % (3 357,8 millions d’euros)

+36,5 % : la variation du chiffre d’affaires du secteur de l’hébergement et de la restauration, secteur qui enregistre la plus forte hausse (devant le transport et l’entreposage : +21,2 %)

34,1 % : la part du commerce de gros dans le chiffre d’affaires total, loin devant le secteur de la construction (12,7 %)

-40,5 % : la variation du chiffre d’affaires du secteur de l’information et de la communication, secteur qui enregistre la plus forte baisse (devant les activités immobilières : -40,4 %)

55 099 : le nombre d’emplois salariés du secteur privé, soit 1 638 emplois en plus. Le secteur qui progresse le plus est celui des activités scientifiques et techniques, services administratifs et de soutien (+7 %)

780  millions d’euros : la balance du commerce extérieur, hors France (+5,1 %). L’augmentation des ventes s’élève à 22 %, les achats reculent de 2,3 %

22  millions : le nombre d’heures travaillées en principauté (+ 3,9 %)

52,5 % : le taux d’occupation hôtelier, en légère baisse (-2,2 %). Par ailleurs, 76,5 % des arrivées proviennent de l’Union européenne (UE), dont Monaco, et la durée moyenne de séjour est de 2,3 jours

6 : le nombre d’appartements neufs vendus, soit 5 de plus qu’au premier trimestre 2018.

-75,6  millions d’euros : les activités immobilières reculent, avec une baisse de -40,4 % en raison « principalement du recul du chiffre d’affaires des marchands de biens ».

1) Les variations sont établies par rapport au premier trimestre 2018.

2) Les résultats des banques ne sont pas intégrés à ce chiffre car jugés « non-pertinents » par l’IMSEE.


journalistMaxime Dewilder