Charles Leclerc : deuxième podium et nouvelle bévue du team Ferrari

Maxime Dewilder
-

Dimanche 9 juin 2019, à l’issu du Grand Prix de Formule 1 (F1) du Canada, le pilote monégasque Charles Leclerc grimpait pour la deuxième fois de la saison sur le podium, arrivant troisième. Si la déception n’était pas totale à l’issu de la course, le bonheur était toutefois limité.

En effet, une nouvelle erreur de son équipe, après les qualifications catastrophiques du Grand Prix de Monaco, a certainement empêché Leclerc d’accéder à la deuxième marche du podium. Son coéquipier Sebastian Vettel, en tête et sévèrement sanctionné suite à une sortie de piste, a écopé d’une pénalité de 5 secondes ajoutées à son chrono à la fin du Grand Prix. Lewis Hamilton, informé du malus de l’Allemand, mettait alors le pied au plancher pour passer sous le seuil des 5 secondes de retard sur Vettel et ainsi terminer premier une fois les 5 secondes de pénalités appliquées. Charles Leclerc, troisième, n’a pas reçu cette information de la part de son équipe… S’il avait été au courant, au regard de ses chronos rapides, il aurait pu finir deuxième, jouissant lui aussi des malheurs de l’Allemand. Après Monaco, Mattia Binotto, directeur de la gestion sportive de l’écurie au cheval cabré, se présentait à Montréal avec de nouvelles excuses : « C’était une erreur de notre part. Nous étions très occupés sur le muret des stands et nous avons oublié de prévenir Charles. Nous aurions dû le faire, mais nous ne l’avons pas fait ». Une nouvelle erreur, grotesque encore une fois, prive Charles Leclerc d’une deuxième place. Reconnaissant ne pas avoir été informé de la pénalité de Sebastian Vettel et n’en tenant pas rigueur, le Monégasque s’est contenté de déclarer à la presse : « L’équipe méritait certainement une victoire aujourd’hui. C’est dommage, mais nous reviendrons plus forts ». Au Canada, il égale sa meilleure performance, qui remonte au 31 mars dernier. Il terminait alors troisième du Grand Prix de Bahreïn. Parti de la pole position sur le circuit de Sakhir, il s’est vu privé de victoire par un problème moteur sur sa monoplace. Le moteur à Bahreïn, la mauvaise gestion de son équipe à Monaco puis au Canada, la malchance semble poursuivre le jeune prodige monégasque, désormais cinquième au classement général.

journalistMaxime Dewilder