Grève au CHPG : Primo ! en faveur
« d’un pas l’un vers l’autre »

Raphaël Brun
-

Dans l’après-midi du 14 mai 2019, un communiqué a été diffusé par les élus Guillaume Rose et Jean-Charles Emmerich, à propos de la grève qui a éclaté chez les médecins du centre hospitalier princesse Grace (CHPG) le 7 mai au soir.

Ces deux représentants du Conseil national au Conseil d’administration du centre hospitalier princesse Grace (CHPG), ont confirmé, au nom de la majorité Priorité Monaco (Primo !), qu’une délégation du Conseil national avait reçu le 9 mai les représentants du syndicat des praticiens hospitaliers (SPH), présidé par le docteur Mathieu Liberatore. Le président du Conseil national, Stéphane Valeri a ouvert cette réunion aux conseillers nationaux et médecins, Jacques Rit et Christophe Robino. Les revendications des médecins du CHPG portent sur la rémunération des gardes à Monaco, inférieure de plus de 50 % à ce qui est pratiqué en France. Autre point de friction : l’indexation des salaires sur l’inflation qui est pour le moment gelé. « Si le département des affaires sociales et de la santé (DASS) a accepté un rattrapage progressif en 4 ans du tarif des gardes, ainsi que l’indexation des salaires sur le coût de la vie, le SPH refuse que ces avancées soient liées, comme le demande le gouvernement, d’une part à une réorganisation des gardes et astreintes qu’ils craignent de voir diminuer en nombre, avec des suppressions pour réaliser des économies. D’autre part, ils ne veulent pas que la négociation sur les salaires de tous les médecins, soit conditionnée par un éventuel accord préalable sur la révision des modalités de calcul de la redevance sur l’activité libérale, qui ne concerne que moins de la moitié d’entre eux (40 %) », indique ce communiqué. Si la majorité du Conseil national affirme « comprendre » les « demandes » et les « craintes légitimes » des médecins, elles dit aussi « regretter » la mise en route de cette grève « administrative » par les médecins, dans la mesure où des négociations sont toujours en cours. En effet, alors que Monaco Hebdo bouclait ce numéro le 14 mai 2019, les discussions devaient se poursuivre le 15 mai entre le département des affaires sociales et de la santé et le SPH. Primo ! invite donc ces protagonistes à « faire un pas l’un vers l’autre », pour parvenir à un accord « équitable et raisonnable », afin d’éviter que le « fonctionnement du CHPG ne soit pas affecté à terme, par cette situation de tension inédite ». R.B.

journalistRaphaël Brun