L’ASM change tout, encore une fois

Raphaël Brun
-

C’est une véritable refonte de son organisation qu’a lancé l’AS Monaco début février. A commencer par l’arrivée de Louis Ducruet, fils de la princesse Stéphanie, aux côtés du vice-président Vadim Vasilyev, pour le seconder sur les questions sportives et le recrutement.

L’AS Monaco n’en finit pas de surprendre. Après avoir été le club qui a, et de loin, le plus agité le marché des transferts cet hiver, après avoir licencié son entraîneur, Leonardo Jardim, en octobre pour lui verser des indemnités astronomiques et le réembaucher en janvier, cette fois Monaco bouleverse aussi son organigramme. En effet, ça bouge de tous les côtés à l’ASM, qui est encore parvenu à surprendre par le biais d’un communiqué diffusé dans la soirée du 4 février. Il faut dire que le secret avait été bien gardé. Louis Ducruet, 26 ans, assistera donc Vadim Vasilyev, le vice-président de l’AS Monaco pour la partie sportive et le recrutement. Le neveu du prince Albert II travaille au sein de la cellule de recrutement de l’ASM depuis octobre 2015. Diplômé de la Skema Business School, une école de commerce de Sophia-Antipolis (Alpes-Maritimes), ainsi que de l’université de Caroline du Nord, en gestion du sport, Louis Ducruet a indiqué sur le site internet du club qu’il s’agissait pour lui d’une « nouvelle étape », qui lui « permettra d’assimiler de façon plus globale le fonctionnement du club sur le plan sportif ». De son côté, Vadim Vasilyev a expliqué que « Louis a l’AS Monaco ancré au plus profond de lui. Il a en outre une volonté très forte de diriger un jour le club. C’est pour cela que j’ai décidé de l’aider à avancer sur ce chemin, en lui permettant d’évoluer avec moi, au plus près. » Derrière cette nomination, il faut aussi lire la volonté des dirigeants russes de faire un geste vers le prince Albert. Depuis l’inculpation en novembre 2018 du propriétaire et président de l’AS Monaco, Dmitry Rybolovlev, mais aussi d’une série de personnalités de la principauté, le contexte n’est pas idyllique. De leur côté, les dirigeants russes continuent d’affirmer qu’ils ne souhaitent pas vendre le club (lire notre article publié dans Monaco Hebdo n° 1091), et qu’ils sont lancés avec l’ASM dans un projet au moins à moyen, voire à long terme.

“Scouting”

Mais la nomination surprise de Louis Ducruet n’est pas le seul changement dans l’organigramme du club monégasque. Selon nos confrères de L’Equipe, l’avenir du directeur sportif Michael Emenalo, arrivé de Chelsea le 27 novembre 2017, est très incertain. Les dirigeants souhaitent le reléguer à un poste subalterne, dans lequel il serait chargé du “scouting”, un poste qui suppose de beaucoup voyager pour aller superviser différents joueurs. Reste à connaître la décision d’Emenalo suite à cette proposition. Mais en cas de départ, il faudra trouver un accord quant au montant des indemnités à lui régler. Or, après avoir très récemment versé entre 16 et 20 millions d’euros pour assumer les départs et les arrivées des deux entraîneurs Leonardo Jardim et Thierry Henry, la direction de l’ASM devrait, assez logiquement, chercher à minimiser les coûts. L’adjoint de Michael Emenalo, Yannick Menu, devrait également quitter l’ASM. Emenalo se verrait reprocher un mercato estival raté, qui conduit aujourd’hui Monaco aux portes de la Ligue 2 (L2). Désormais, Vadim Vasilyev semble vouloir simplifier son organisation et travailler de façon plus directe avec son entraîneur, Leonardo Jardim, y compris sur le recrutement.

Louis-Ducruet-Vadim-Vasilyev-AS-Monaco-Senaux

Louis Ducruet et Vadim Vasilyev © Photo Stéphane Senaux ASM-FC.

 

Campos

Autre changement : Monaco réfléchirait au retour du Portugais Luis Campos, 54 ans, et actuel conseiller du président Gérard Lopez, à Lille. Campos a plutôt laissé de bons souvenirs à l’AS Monaco, de 2013 à 2016, où il était chargé de la détection et du recrutement. Son entente avec Jardim s’était avérée payante et Monaco avait alors enchaîné les recrutements gagnants et les résultats sportifs qui vont avec. Le lien n’a jamais été brisé entre Vadim Vasilyev, Leonardo Jardim et Luis Campos, ce qui pourrait laisser la place à l’idée d’une nouvelle collaboration. Reste à savoir sous quelle forme. Au vu de la situation actuelle, on imagine mal Campos débarquer à l’ASM pour occuper la fonction de directeur sportif. En revanche, l’opération pourrait être facilitée par le fait que Campos n’est pas salarié par Lille. Il est en effet simplement considéré comme un prestataire de services, via son entreprise qui est d’ailleurs installée en principauté, souligne L’Equipe. Une situation qui lui permet donc, s’il le désire, de changer plus facilement de club. Mais ce dossier ne sera pas facile à boucler. D’ailleurs, Téléfoot indiquait le 4 février que le départ de Luis Campos « n’était pas à l’ordre du jour » et qu’il devrait donc poursuivre l’aventure avec le deuxième de Ligue 1 (L1), qui se bat pour disputer la Ligue des Champions la saison prochaine. Le choix de Luis Campos entre Lille et Monaco sera en tout cas révélateur du pouvoir d’attraction de l’ASM, version 2018-2019.

Complet

Reste aussi à savoir ce que va devenir Franck Passi. Arrivé le 20 décembre 2018 en tant qu’adjoint de Thierry Henry, son avenir reste incertain. A 52 ans, il aurait toutefois apporté satisfaction au club, qui souhaiterait le conserver, dans un poste qui reste à définir. Passi dispose d’un contrat de deux ans et demi, et on lui aurait proposé de suivre les joueurs mis à l’écart par le club. Problème : Passi ne souhaiterait travailler qu’avec l’équipe professionnelle de l’ASM. Mais l’équipe de Jardim est au complet et, même si les deux techniciens s’apprécient, tout restait encore à faire alors que Monaco Hebdo bouclait ce numéro, le 5 février 2019. Arrivé lui aussi le 20 décembre dernier, le diététicien Romain Giroud, frère d’Olivier, doit quitter le club, tout comme Bruno Skropeta (1). De retour en octobre 2018 au poste de directeur général adjoint, Skropeta « fait aussi ses valises » indique L’Equipe. En revanche, pas de changement pour Bouabdellah Tahri qui est en charge de la performance et de la préparation mentale de l’équipe professionnelle depuis fin décembre 2018. Il est maintenu dans ses fonctions.

 

1) Contacté par Monaco Hebdo, Bruno Skropeta n’a pas répondu à nos questions avant le bouclage de ce numéro, le 5 février 2019.

 

Suite du dossier :

AS Monaco: un mercato intensif pour éviter la Ligue 2

journalistRaphaël Brun