« Les entreprises monégasques sont constamment mises à l’écart »

Pascallel Piacka
-

Le 24 janvier, la chambre monégasque de la communication était au Conseil national pour rencontrer son président, Stéphane Valeri, et le président de la commission des finances, Balthazar Seydoux. La chambre monégasque de la communication a notamment dénoncé le manque d’équité et de transparence dans les appels d’offres.

« Je souhaite une chaleureuse bienvenue aux professionnels de la communication. » C’est par cet accueil aimable que le président du Conseil national, Stéphane Valeri, a reçu ses hôtes au Conseil national, le 24 janvier 2019. « La communication est indispensable à toute activité, et je tiens ici par la même occasion, à vous féliciter d’avoir choisi ces métiers », a-t-il ajouté. Selon l’Institut monégasque de la statistique et des études économiques (IMSEE), en 2017, la répartition sectorielle de « l’information et de la communication » représentait 5,4 % du produit intérieur brut (PIB) monégasque [PIB égal à 5,68 milliards d’euros — N.D.L.R]. « Les métiers de la communication sont des professions que l’on exerce avec passion. J’ai été l’un des vôtres auparavant. Et j’ai le sentiment de rajeunir à votre contact », a ironisé Stéphane Valeri. Ce secteur comprend la production, la distribution de produits d’information et de produits culturels. Il regroupe aussi les activités liées aux technologies informatiques, les services de traitement des données et d’information.

Porte-voix

Le syndicat monégasque des professionnels de la communication (SYCOM) a été crée en août 1989. Il regroupait alors une quarantaine d’entreprises monégasques qui travaillaient dans le secteur de la communication : presse, radio, télévision, régie publicitaire, événementiel et multimédia. « J’ai apprécié ces années lorsque je travaillais dans la communication », s’est souvenu le président du Conseil national. Le 16 juin 2011, Francesco Caroli a été élu président du SYCOM. Egalement membre du conseil fédéral et de la fédération des entreprises monégasques (FEDEM), il entend bien être le porte-voix du secteur de la communication auprès des patrons monégasques. A l’occasion des échanges avec Stéphane Valeri et Balthazar Seydoux, Francesco Caroli a annoncé le changement de nom du SYCOM. « C’est avec grand plaisir que je vous annonce, en avant-première, le changement de dénomination du SYCOM. Nous parlerons désormais de la chambre monégasque de la communication. » L’occasion pour Francesco Caroli de « saluer ici Stéphane Valeri, le créateur du SYCOM en 1989. Et il a aussi été le premier président du syndicat. D’abord sous la dénomination de Syndicat Patronal Monégasque des Professionnels de la Communication, puis de SYCOM. »

« Appel d’offres »

La chambre monégasque de la communication a toujours pour objectif de défendre les intérêts professionnels des entreprises monégasques. « Il faut vous battre. C’est difficile de parler de tous vos métiers qui sont très diversifiés et la concurrence est rude », a constaté Stéphane Valeri. La chambre monégasque de la communication est à l’écoute des besoins et des interrogations des professionnels de ce secteur, que ce soit au niveau du conseil, de l’édition, de l’affichage, de la régie publicitaire, des médias, de l’événementiel ou du multimédia. « La chambre monégasque de la communication défend les entreprises monégasques du secteur. Et nous continuerons à sauvegarder avec sollicitude les intérêts des 27 entreprises monégasques de la communication », a promis Francesco Caroli. La chambre monégasque de la communication mène des actions concrètes : édition annuelle de son annuaire officiel, création de sa marque collective, organisation ponctuelle de réunions plénières et conférences thématiques. « Malheureusement, nous constatons que les entreprises monégasques sont constamment mises à l’écart. Je cite les administrations monégasques et les entreprises comme la Société des Bains de Mer (SBM) ». Avant d’ajouter : « A titre d’exemple, on peut citer l’attribution des arrêts de bus à une entreprise étrangère, sans aucun appel d’offres de la part du gouvernement. » Balthazar Seydoux, président de la commission des finances et de l’économie nationale est monté au créneau : « A chaque fois qu’il y aura des usages où les professionnels de la communication seront lésés, le Conseil national sera là pour les épauler. » Et Stéphane Valeri a ajouté : « Lorsque vous entendrez parler d’appels d’offres, n’hésitez pas à communiquer et à demander à être consultés. »

« Reconnue »

En matière de communication, la concurrence française et internationale est de plus en plus dense. Beaucoup d’événements et de marchés dans la communication échappent aux entreprises locales et sont organisés par des entreprises étrangères. « Avec l’apparition des nouvelles technologies et l’expansion des médias, la communication est devenue un élément majeur de notre société », a jugé Francesco Caroli. La chambre monégasque de la communication estime que les entreprises monégasques de la communication ne sont pas assez sollicitées par le gouvernement ou par le secteur économique de la principauté au sens large. « Pour valoriser les entreprises membres et offrir aux clients et annonceurs, privés et institutionnels, la garantie d’un savoir-faire 100 % monégasque, le SYCOM avait créé en 2017 sa marque collective », a rappelé Francesco Caroli. Et pour lui donner toute sa valeur, cette marque est régie par un règlement qui détermine les modalités d’attribution, d’utilisation, de contrôle et des règles déontologiques. « Cette marque collective a pour objectif d’être l’ambassadrice du savoir-faire monégasque. Elle est reconnue en principauté et chez ses voisins limitrophes — la France et l’Italie — », a assuré le président de la chambre monégasque de la communication.

« Effort accru »

Francesco Caroli a également évoqué « les patrons qui travaillent en principauté, qui nourrissent des craintes accrues et légitimes. Il y a environ une trentaine d’entreprises qui exercent à Monaco dans notre secteur d’activité. Elles ont toutes un savoir-faire, du professionnalisme et de l’expérience », a expliqué Francesco Caroli. Face à l’urgence de la situation Balthazar Seydoux a demandé : « Il faut des cas précis pour faire avancer les choses. » De plus, afin de donner une nouvelle dimension à sa marque collective « la chambre monégasque de la communication réfléchit à l’extension de celle-ci au niveau des différentes branches d’activités de la FEDEM », a annoncé Francesco Caroli. « Il faut entreprendre des démarches officielles », a conseillé Stéphane Valeri. « Il faut développer des relations plus étroites avec les autorités. Et revoir le système des appels d’offres », a analysé le président de la chambre monégasque de la communication. Le président du Conseil national a promis qu’il « demanderait un soutien de l’Etat plus important pour assurer la pérennité et la diversité des médias monégasques (presse, radio, supports numériques…) à l’occasion du vote du budget primitif 2020. » A noter que le président du Conseil national peut assister à toutes les réunions des commissions mixtes qui réunissent les membres du gouvernement et de l’assemblée monégasque. « Nous sommes ouverts à un effort accru pour aider la presse. Nous allons aborder prochainement ce sujet avec le ministre d’Etat Serge Telle », a conclu Stéphane Valeri.

 

La chambre monégasque de la communication

présente son bureau 2019

Le 17 octobre 2018, l’assemblée générale ordinaire du syndicat monégasque des professionnels de la communication (SYCOM), devenu chambre monégasque de la communication, a élu son nouveau bureau syndical pour l’exercice 2019 :

• Francesco Caroli, président

• Roberto Testa, secrétaire général

• Sophie Bourdillon, vice-présidente

• Eric Battaglia, trésorier

• Maurice Cohen, vice-président

 

journalistPascallel Piacka