AS Monaco
Rybolovlev ne veut pas vendre

La Rédaction
-

Le 16  janvier, au stade Louis-II, ont eu lieu les voeux de l’AS Monaco. L’occasion pour la direction du club de faire passer un certain nombre de messages, tout en présentant ses nouveaux centres d’entraînement et de formation.

Par Pascallel Piacka et Raphaël Brun

« Je promets de faire tout mon possible pour le club. » C’est par ces mots prononcés face à la presse et devant le ministre d’Etat, Serge Telle, que le président et propriétaire de l’AS Monaco, Dmitry Rybolovlev, s’est exprimé en introduction. Une prise de parole publique, très inhabituelle pour le président de l’ASM. Une initiative qui a été perçue comme personnelle, tant le milliardaire russe cultive le secret et la discrétion. « Vous avez probablement entendu parler des rumeurs sur le rachat éventuel du club. Elles ont été démenties plusieurs fois », a tenu à rappeler Dmitry Rybolovlev. L’occasion de rappeler une nouvelle fois qu’il n’est pas disposé à vendre le club qu’il a acquis en décembre 2011. En novembre 2018, une semaine après sa mise en examen pour « corruption » et « trafic d’influence » dans le cadre d’une affaire d’escroquerie présumée qui l’oppose à un marchand d’art suisse, Yves Bouvier, Rybolovlev continue donc de faire bloc. Dans une interview accordée à nos confrères de Mediapart et publiée le 16 novembre 2018, le prince Albert II avait estimé que « si tout cela est avéré, Dmitry Rybolovlev se retirera de lui-même ». Est-ce que Rybolovlev doit se retirer de la tête de l’ASM avait demandé Mediapart. « L’enquête le dira […]. Pour l’instant, il faut respecter la présomption d’innocence, à moins que lui-même décide de mettre fin à sa présidence de l’AS Monaco », avait alors répondu le prince Albert II. Vingt-quatre heures après, son porte-parole, Dmitry Tchetchkine, répondait à l’agence de presse russe TASS, que Dmitry Rybolovlev, qui « nie catégoriquement » toute implication dans des actions illégales, « a l’intention de continuer à soutenir son développement, comme il l’a fait depuis qu’il a acheté le club, en 2011 ».

AS-Monaco-voeux-2019-Dmitry-Rybolovlev-Serge-Telle-Vadim-Vasilyev-@-ASM-EC7A7982

« La diagonale »

Cette prise de parole du 16 janvier 2019 vient donc confirmer cette position déjà prise mi-novembre 2018. Et cette fois, et c’est suffisamment rare pour le souligner, cette confirmation est venue de la bouche même du président et propriétaire de l’AS Monaco, Dmitry Rybolovlev. C’était donc en préambule du derby azuréen, qui a vu Monaco et Nice faire match nul 1-1, pour la 17ème journée de Ligue 1 (L1). Des rumeurs de ventes du club reviennent ponctuellement à la surface depuis des semaines, certaines faisant état de dossiers de reprises bouclés et prêts à l’emploi. Cette intervention de Rybolovlev met au moins provisoirement un terme à ces spéculations. Le débat autour d’une éventuelle vente du club est donc remis à plus tard. Peut-être au mois de mai ou de juin, lorsque le championnat sera terminé ? Une certitude, si cela devait être le cas, le prix de vente sera bien évidemment impacté par la situation sportive du club à ce moment-là. Car le club n’aura pas la même valeur s’il descend en Ligue 2 (L2). Mais si l’on en croit Dmitry Rybolovlev, tout cela relève donc de la science-fiction, comme il l’a expliqué aux journalistes et à Serge Telle, le 16 janvier : « Je pense que les projets #TheNextLevel que nous vous présentons sont la meilleure preuve que nos actions s’inscrivent dans la durée ». D’ici 2020, un nouveau centre d’entraînement verra le jour sur la commune de La Turbie. Rybolovlev a investi 55 millions d’euros dans ce « centre de performance », réalisé par le cabinet Arch Monaco — Fred Genin. Au menu : des terrains plus grands, des locaux médicaux, des soins aquatiques, une salle de réunion et 18 loges VIP. Baptisée « la diagonale », cette structure affichera 21 chambres simples et 15 chambres doubles, réservées aux plus jeunes joueurs et 31 studios pour les majeurs.

Cap

« Nous nous engageons sérieusement sur le long terme », a-t-il encore insisté. Pour prouver ses dires, Rybolovlev s’est appuyé sur l’argent qu’il a dépensé au profit de l’AS Monaco : « Nous avons déjà investi 335 millions d’euros. Le club a commencé à gagner de l’argent. Et ces fonds sont réinvestis dans son développement. » Malgré ses démêlés judiciaires, le président de l’ASM entend garder le cap et continuer à œuvrer à la destinée du club, dont il est actionnaire majoritaire avec 66,67 % des parts. L’Etat dispose de 33,33 % via les parts de l’association sportive de Monaco football club, soit une minorité de blocage. « Pour moi, le club ce n’est pas seulement un projet de business. C’est aussi une histoire de passion, assure Dmitry Rybolovlev. J’aime notre club et je m’inquiète de son positionnement actuel au classement [19ème de L1 — N.D.L.R.] ». Quant aux rumeurs d’un départ définitif à Moscou, elles sont infondées semble dire le président de l’ASM : « Vous comme moi, nous comprenons bien que le succès dans le football ce n’est pas juste des investissements. C’est à la fois du talent, de la ténacité et de la chance. » Il faudra sans doute un peu de tout ça, le 25 mai 2019 au soir, pour éviter à l’AS Monaco une descente en L2.

 

journalistLa Rédaction