Bientôt 10 ans pour la commission d’insertion des diplômés

Anne-Sophie Fontanet
-

Conçue comme une interface du programme de l’emploi en février  2010 par le gouvernement, cette commission « répond au souhait du prince de maintenir en principauté la richesse intellectuelle de la jeunesse et permettre le retour à Monaco des diplômés expatriés ». La neuvième réunion de la commission d’insertion des diplômés (CID) a eu lieu mercredi 9 janvier. Devant le ministre d’État, Serge Telle, ses membres sont venus présenter leur bilan d’activité et décider des actions à mener en 2019. En chiffres, ce sont 130 nouveaux jeunes, dont 68 Monégasques, qui ont été suivis en 2018 par la CID et 1 170 depuis sa création, en 2010. Cela a donné lieu à 34 stages, 33 emplois, trois “workshops” à destination des entreprises et des professionnels de l’éducation initiés en 2018, 16 expatriés suivis par la CID et 28 permanences dans les lycées, à l’ASM FC Academy et au centre d’information de l’éducation nationale, nouveau dispositif démarré en octobre 2018. C’est le conseiller de gouvernement pour les affaires sociales et la santé, Didier Gamerdinger, qui exerce la tutelle sur cette cellule exécutive. « Il faut préparer au mieux nos élèves et étudiants à leur vie professionnelle future, dans leur choix de métier et les informer sur les secteurs porteurs afin de mieux organiser la symbiose études/travail pour une meilleure insertion dans le monde de l’entreprise », a souligné Didier Gamerdinger. Muriel Bubbio, chargée de mission auprès de la CID a, quant à elle, souligné un bilan positif pour 2018. « Je souhaite que la CID devienne un outil que les jeunes s’approprient dans leur recherche. Elle permet aux entrepreneurs de démultiplier leur impact économique et social en principauté, en particulier à travers la création d’emplois. Les jeunes diplômés quant à eux arrivent avec des repères qui parlent aux entreprises », a expliqué Muriel Bubbio. A.-S.F.

journalistAnne-Sophie Fontanet