L’intérim bientôt
encadré en principauté 

Anne-Sophie Fontanet
-

C’est par un court communiqué adressé à la presse que le gouvernement monégasque a fait valoir ses avancées concernant la réglementation de l’intérim. « L’intérim apporte la réactivité et la flexibilité dont nos opérateurs économiques ont besoin pour s’adapter au mieux à leur charge de travail. Je souhaiterais qu’ensemble nous posions les bases juridiques solides attendues depuis longtemps pour ce secteur », a expliqué Didier Gamerdinger, conseiller de gouvernement-ministre pour les affaires sociales et la santé. Vendredi 21 décembre 2018, il a ainsi réuni les partenaires sociaux au ministère d’État, leur proposant de réfléchir conjointement à l’élaboration d’un texte encadrant l’intérim. A Monaco, 13 sociétés d’intérim font appel à près de 3 000 salariés chaque mois. Très prisé et donc présent sur le marché de l’emploi monégasque, ce domaine d’activité n’est pourtant pas suffisamment réglementé juridiquement. « Il mériterait en effet d’être accompagné et de disposer de repères juridiques. Il est d’une importance particulière pour Monaco dont il accompagne le dynamisme de l’activité économique », insiste le département de Didier Gamerdinger, qui poursuit ses discussions concertées sur le sujet.

journalistAnne-Sophie Fontanet