Le budget primitif 2019 excédentaire

Sophie Noachovitch
-

Mardi 23 octobre, les membres du gouvernement ont présenté lors d’une conférence de presse le budget primitif 2019 et les grands projets de l’année à venir.

3,7  millions d’euros. C’est l’excédent que présente le budget primitif 2019. Un excédent à la hausse par rapport à celui de 2018, qui se montait à 2 millions d’euros. « Notre objectif est de toujours avoir la possibilité de faire face aux imprévus et d’être capables d’une adaptation permanente, a commenté Serge Telle, ministre d’Etat, mardi 23 octobre 2018, en conférence de presse. Le budget est la traduction des équilibres institutionnels. » Le gouvernement a annoncé plusieurs grandes priorités au sein de ce budget primitif 2019. Le logement en particulier, pour lequel une enveloppe de 100 millions d’euros a été mobilisée, « avec une majoration significative des crédits d’acquisitions, avec un quadruplement des inscriptions portées à 60 millions d’euros et des crédits consacrés aux opérations domaniales intermédiaires (40 millions d’euros) ». Parmi les priorités du gouvernement, on trouve aussi la transition numérique comme axe majeur de développement (32,6 millions d’euros alloués), l’éducation, avec une majoration de 50 % des crédits alloués aux bourses d’études, mais aussi la santé et l’économie, à travers laquelle la principauté continuera de soutenir l’innovation. Sans oublier les grands travaux « dans le respect absolu de la qualité de vie », et la sécurité.

Augmentation des recettes

Concernant les prévisions budgétaires, Jean Castellini, conseiller-ministre pour les finances, a indiqué que les recettes du gouvernement s’établissent à 1 346 millions d’euros, soit une augmentation de 128,5 millions d’euros (+10,6 % par rapport à 2018). « L’essentiel de cette augmentation vient des contributions : la TVA qui augmente de 88 millions d’euros et l’impôt sur les sociétés qui croît de 25 millions d’euros. Ces contributions constituent 80 % du total des recettes. Et, pour la première fois, elles dépassent le milliard d’euros. » Côté dépenses, elles se chiffrent à 1 342 millions d’euros, soit une augmentation de 126,8 millions d’euros (+10,4 %). « Il s’agit principalement de dépenses d’investissement, a précisé Jean Castellini. L’Etat prévoit l’avenir et anticipe les grandes contraintes avec lesquelles il va falloir composer. »

 

journalistSophie Noachovitch