Les grands projets de 2019

Sophie Noachovitch
-

La conférence de presse du gouvernement a été l’occasion de développer plusieurs sujets qui seront au cœur de l’actualité 2019.

Monaco Boost

Dans le but de favoriser le développement économique, le gouvernement a annoncé l’ouverture en septembre 2019 de Monaco Boost : un plateau de 1 200 m2 à Fontvieille, dont 800 m2 seront dédiés aux entreprises qui seront créées et développées par des Monégasques. Proche d’un environnement propre aux incubateurs, ce lieu proposera une logique d’accompagnement de 20 à 30 projets de Monégasques. Ainsi, il est possible que des start-ups nées au sein de MonacoTech s’installent par la suite chez Monaco Boost.

Lutte anti-blanchiment

Le gouvernement a annoncé la présentation prochaine d’un projet de loi transposant la 5ème directive du parlement européen, concernant la prévention de l’utilisation du système financier à des fins de blanchiment de capitaux ou de financement du terrorisme. « Cela permettra un renforcement des pouvoirs de contrôle du Service d’Information et de Contrôle sur les Circuits Financiers (SICCFIN), en allouant 3 postes supplémentaires », a indiqué Jean Castellini, tout en précisant que ces trois postes sont d’ores et déjà inscrits au budget primitif 2019.

Deux arrêtés ministériels contre les nuisances sonores

Suite aux nuisances sonores associées aux nombreux chantiers maillant la principauté, les membres du gouvernement ont pris la décision de prendre deux arrêtés ministériels afin d’encadrer les travaux. Un premier arrêté simplifiera deux arrêtés déjà existants, en n’autorisant les travaux que du lundi au vendredi, de 7h30 à 19h. Les travaux seront dorénavant interdits le samedi, mais aussi du 24 décembre au 1er janvier, et au mois d’août. « Les seules dérogations à ces horaires seront délivrées lorsque les travaux sont absolument indispensables en raison de leur technicité, a souligné Marie-Pierre Gramaglia, conseillère-ministre de l’environnement, de l’équipement et de l’urbanisme. Aucune dérogation ne sera autorisée si des mesures anti-bruits encadrant le chantier ne sont pas prises. » Le deuxième arrêté ministériel transformera une circulaire de 2011, concernant les moyens utilisés sur les chantiers. « Quelle que soit la durée du chantier, il y aura obligation d’utiliser du matériel, des engins et des techniques les moins bruyants du marché, a insisté Marie-Pierre Gramaglia. Nous allons créer une commission sur ces engins, afin de surveiller quels sont les matériels les plus adéquats. » Si ces investissements induiront un surcoût pour les entreprises du bâtiment, les conseillers-ministres du gouvernement assurent qu’ils n’auront cependant pas le choix. Le recours aux écrans acoustiques est également rendu obligatoire. Le gouvernement souhaite aussi améliorer la communication concernant les travaux : un représentant sera nommé pour chaque chantier. Il devra informer sur la teneur des travaux et les nuisances sonores, tout en assurant aussi l’interface avec les riverains. Le gouvernement s’engage à renforcer les réunions d’informations concernant les chantiers publics. Des capteurs pour mesurer le bruit seront aussi mis en place, et une division de l’environnement et de la qualité de vie sera créée. Objectif : « Etre au plus près des gens et leur permettre de signaler toute anomalie ». + d’infos sur www.infochantiers.mc.

Prise en charge du vieillissement

Le gouvernement souhaite favoriser le maintien à domicile des personnes âgées. Aujourd’hui, elles sont 600 et bénéficient de mesures d’accompagnement. En principauté, les institutions peuvent accueillir 342 personnes âgées, sachant que l’âge moyen d’entrée en institution est de 87 ans. « Nous disposerons de 151 places supplémentaires avec les travaux en cours à la résidence du Cap Fleuri, a précisé Didier Gamerdinger, conseiller-ministre aux affaires sociales et à la santé. En dépit de ces efforts, et avec l’augmentation de la dépendance, cela ne suffira pas dans une échéance d’une dizaine d’années. » Le conseiller-ministre estime ainsi à 120 places le manque d’ici 2024-2025, puis à nouveau le même manque d’ici 2030-3035, où il sera possible, après la fin des travaux du nouveau centre hospitalier princesse Grace (CHPG), de récupérer les terrains et de construire une nouvelle structure. Mais, au vu de l’augmentation de la population vieillissante, le gouvernement cherche de nouvelles solutions, afin de promouvoir la solidarité envers les aînés. C’est ainsi que Didier Gamerdinger se pose la question de la solidarité envers les plus de 65 ans qui s’établissent en principauté après 60-65 ans et qui souhaitent rejoindre des institutions monégasques. « Nous considérons que la solidarité doit aller envers les personnes qui ont vécu ici depuis suffisamment longtemps, a-t-il énoncé. L’idée du gouvernement est de demander aux ainés de justifier de 20 à 30 ans d’antériorité à Monaco pour ouvrir leurs droits à l’accès à une institution monégasque. »

Fermes photovoltaïques en France

Dans sa démarche de réduction des gaz à effet de serre, le gouvernement princier cherche à développer les solutions de production d’énergie propre. Ainsi, la principauté, avec l’appui de la Société Monégasque d’Electricité et du Gaz (SMEG), viennent de décrocher un appel d’offre concernant des fermes photovoltaïques en France, qui appartiennent désormais pour 96 % à l’Etat monégasque et permettront de produire 7 à 8 % de la consommation monégasque.

 

journalistSophie Noachovitch