Prévention de la pollution
des navires : ça bouge

Anne-Sophie Fontanet
-

Le yachting est un secteur clé du développement économique de Monaco. Au port Hercule, comme dans celui de Fontvieille, tous les anneaux sont occupés. Il y a même des listes d’attente pour espérer en obtenir un, un jour. D’où le rachat et la réhabilitation du port de Vintimille par la principauté. Cette augmentation du flux a un impact non négligeable sur la pollution de l’air dans le micro-Etat. « Les gens nous disent s’inquiéter des fumées noires rejetées par les bateaux de croisière lorsqu’ils stationnent sur le port Hercule », raconte Marine Grisoul, conseiller national Priorité Monaco (Primo!). Ce qui a poussé la benjamine de l’hémicycle à demander plus de renseignements sur la prévention de la pollution des navires. « Quelles mesures et sanctions seront prises ? Les branchements électriques existent dans les ports de France, de Suède, de Chine. Pourquoi pas à Monaco ? » C’est le conseiller-ministre à l’équipement, l’urbanisme et l’environnement, Marie-Pierre Gramaglia, qui lui a répondu. D’abord en soulignant la mise en œuvre d’une ordonnance souveraine datant de cet été. Dorénavant seulement 0,1 % de souffre dans les carburants des navires seront tolérés. D’autre part, des contrôles ponctuels surprise de la direction des affaires maritimes avec des amendes à la clé seront possibles en cas de non respect. « Les risques encourus sont de six mois à un an d’emprisonnement et de 18 000 à 90 000 euros d’amende », a résumé Marie-Pierre Gramaglia. Le conseiller de gouvernement a ajouté que des branchements électriques ont été installés pour chaque navire au port de Fontvieille. Même chose en cours au port Hercule. « Ça va dans le bon sens, a estimé Stéphane Valeri. On peut espérer, compte-tenu de la prise de conscience, que cela va influencer progressivement les croisiéristes. Et qu’à terme, les compagnies de croisière investissent dans des bateaux propres et arrêtent de polluer les villes où elles stationnent. » Et pour rassurer sur les fameuses fumées noires, Marie-Pierre Gramaglia a annoncé l’obligation d’utilisation de “scrubber”, des tours de lavage en forme de colonne creuse où se fait l’épuration du gaz. « Les bateaux conservent la pollution à l’intérieur et la déchargent à quai. C’est une obligation depuis juillet 2018 visée par la même ordonnance souveraine. »

 

Le port de Vintimille livré d’ici deux ans

C’est Nathalie Amoratti-Blanc qui a lancé le sujet mercredi 10 octobre. « Où en est le port de Vintimille ? Car je n’ai pas l’impression que des travaux y soient en cours », s’est inquiété la conseillère nationale Priorité Monaco (Primo!). C’est l’administratrice de la société monégasque internationale portuaire (SMIP) qui lui a donné la réponse. « Les travaux avancent très régulièrement. Ils tiennent le rythme prévu et c’est très impressionnant. » Selon cette même personne, le port ne devrait pas être livré avant deux ans, soit aux environs de 2020.

journalistAnne-Sophie Fontanet