« On ira jusqu’au bout de l’histoire »

Raphaël Brun
-

Pour cette saison 2018-2019, le président de l’ASM Rugby, Thomas Riqué, vise une montée en Fédérale 3, soit l’équivalent de la cinquième division française. Cette année, Monaco fait ses grands débuts au stade du Devens, à Beausoleil. Interview.

Le bilan de la saison 2017-2018 ?
Je suis satisfait. Avec le recul, passé l’amertume de la défaite 15-60 contre le Saint-Giron Sporting Club lors des phases finales du championnat de France Honneur, le bilan global reste largement positif. L’école de rugby et la formation ont bien fonctionné. Ce qui fait de nous l’une des premières écoles de rugby dans la zone des Alpes-Maritimes. Certains catégories ont dominé leur championnat. Ils ont vécu une extraordinaire aventure humaine. Du coup, aujourd’hui, on a 350 licenciés qui sont contents d’être chez nous. 
Toutes les catégories sont représentées dans votre club ?
Oui. Des moins de 6 ans aux moins de 18 ans. Après, on bascule sur notre équipe senior. Mais la toile de fond, ça reste la formation. Car l’objectif, c’est d’avoir de jeunes joueurs qui intègrent ensuite notre équipe première et fassent le bonheur de l’équipe vitrine de l’AS Monaco Rugby. L’équipe d’encadrement qui est autour de moi, c’est-à-dire 25 personnes environ, fait un travail formidable. 
Comment le club est-il organisé ? 
On a deux à trois éducateur par catégorie d’âge. On essaie d’associer un éducateur diplômé et expérimenté avec des parents ou des joueurs de l’équipe senior. Parce qu’on aime bien ce mélange. Cette année, on a progressé en termes de structuration. 
C’est important ?
Oui, parce que nos projets le nécessitent. Les travaux sur notre nouveau terrain, situé à Beausoleil, au stade du Devens, ont prix fin en juillet 2018 (1). Donc tout est prêt pour cette saison 2018-2019. 

 

«  Notre nouveau terrain va nous donner l’opportunité d’accueillir le public dans de bonnes conditions. On dispose de 300 places assises en tribunes  »

 

Les entraînements ont repris quand ? 

En août. On a rassemblé tout le monde pour bien préparer cette saison et arriver en forme. 

Vos objectifs pour cette saison 2018-2019 ?

Cette saison s’annonce passionnante. Déjà, parce que notre nouveau terrain va nous donner l’opportunité d’accueillir le public dans de bonnes conditions. On dispose de 300 places assises en tribunes. Pour l’instant, c’est largement suffisant. Cet outil nous manquait pour parvenir à rassembler les différentes générations autour du rugby. Il nous manquait un site proche de Monaco, qui soit aussi un lieu de vie.

Votre club est très multiculturel ?

C’est vrai qu’on accueille beaucoup de nationalités différentes. Chez les plus jeunes, on a beaucoup de russes. Mais aussi des italiens, des anglais, des néo-zélandais… On doit avoir 6 ou 7 nationalités représentées au sein de notre club. Ceci se vérifie aussi chez nos éducateurs. On a, par exemple, un éducateur géorgien qui va parler aux petits russes, un Italien qui communiquera plus facilement avec les autres italiens… Dans ces petites catégories d’âges, c’est l’aventure humaine qui prime. On veut que les joueurs  prennent du plaisir et gardent un souvenir incroyable de leur passage au club. 

Qui sera l’entraîneur de votre équipe senior pour la saison 2018-2019 ?

Cette année, nous avons fait évoluer notre staff. Luciano Orquera, ancien international italien, 48 sélections, remplace Ludovic Chambriard, parti pour le centre de formation d’Oyonnax. Il sera associé à Sylvain Masson, qui connaît bien le groupe et qui a fait un travail très intéressant depuis son arrivée, lors de la saison précédente.

Luciano Orquera peut s’adapter au rugby amateur ?

Luciano vient du monde professionnel, mais il connaît bien le monde amateur, puisqu’il est pour beaucoup dans la montée du Stade Nicois en Fédérale 1 l’année dernière, en tant que joueur. Nous lui proposons un nouveau défi, en tant qu’entraineur.

Que peut vous apporter Luciano Orquera ?

Il s’est lancé dans un diplôme d’Etat et va nous apporter énormément en termes d’expérience. C’est un garçon que nous apprécions réellement sur le plan humain et qui a pris toute la mesure des objectifs du club. Nous serons à leurs cotés pour accompagner les garçons vers la plus belle aventure possible et ce rêve de Fédérale 3. Au boulot !

Thomas-Rique-president-ASM-Rugby-@-Obs-Iulian-Giurca-_X3A1960

 

« Luciano Orquera, ancien international italien, 48 sélections, remplace Ludovic Chambriard, parti pour le centre de formation d’Oyonnax. Il sera associé à Sylvain Masson, qui connaît bien le groupe »

Mais Monaco a raté de peu la montée en Fédérale 3, après une lourde défaite contre le Saint-Giron Sporting Club, numéro 1 du Midi-Pyrénées (15-60) ?

On n’aurait pas pu gagner ce match. Mais, en revanche, j’aurais aimé que l’on montre un peu plus d’orgueil et de fierté, pour montrer qu’on sait se faire respecter et que l’AS Monaco Rugby est devenue une institution. C’est pas grave. C’est une étape dans notre construction. On reviendra plus fort encore. 

L’objectif pour cette saison 2018-2019 ?

Monter en Fédérale 3 (2).

Votre budget ?

Environ 300 000 euros. En Fédérale 3, les clubs disposent d’un bon tiers de plus. Mais on ne fera pas n’importe quoi pour grandir. 

Pourquoi ?

Parce qu’on est très attaché à l’aventure humaine. Une grosse partie de notre budget est utilisé pour notre école de rugby. Cette année, ils sont d’ailleurs partis en Ecosse et en Tunisie. C’est très important pour nous. On ne mettra pas en péril tout ça, uniquement pour faire tourner notre équipe seniors. 

Comment faire, alors ?

Il faudra trouver des partenaires privés qui s’intéressent à notre projet pour notre équipe première, et qui sont capables de l’aider à monter à un autre niveau. Ce sera donc un budget à part, qui n’impactera pas celui de l’école de rugby. 

Des sponsors potentiels sont déjà en contact avec vous ?

On a déjà quelques pistes de partenaires. On est persuadé que tout ça va arriver demain. Avec les facilités que l’on aura, on sera capable de monter en Fédérale 3, c’est sûr. 

Vous jouerez encore cette saison ?

Non. Après, s’il faut dépanner ponctuellement, pourquoi pas ? Mais en tant que président, je risque certainement d’être occupé à autre chose que de jouer tous les week-ends. On a envie d’être audacieux et de proposer du beau rugby à Monaco. On ira jusqu’au bout de l’histoire. 

 

1) Début décembre 2017, le conseil municipal de Beausoleil a voté à l’unanimité moins une voix, la possibilité pour Monaco d’occuper pendant au minimum 12 ans, soit au moins jusqu’en 2029, une partie du parc des sports et de loisir André-Vanco, situé au Devens. La redevance a été fixée à environ 200 000 euros par an. C’est la société immobilière domaniale de Monaco qui a réalisé les travaux.
2) La Fédérale 3 correspond à la cinquième division française. Seuls la Pro D2 (deuxième division) et le Top 14 (première division) sont considérés comme professionnels dans le rugby français.

journalistRaphaël Brun