Extension en mer
Le premier caisson est arrivé

Sophie Noachovitch
-

Le prince Albert II a inauguré mercredi 25 juillet le premier élément concret des fondations de la future Anse du Portier. Un moment emblématique qui conduira d’ici 2025 à la sortie des eaux d’une extension de 6 hectares, entièrement construite sur la mer.

Il est parfois de petits symboles, et d’autres, beaucoup plus grands. Mercredi 25 juillet 2018, c’est un symbole de 10 000 tonnes, de 27 mètres de haut et de 28 mètres de côté qui a été présenté à la presse. Un géant fait de 3 800 m3 de béton, qui ne passe pas inaperçu. Le prince Albert a ainsi inauguré le premier des 18 caissons qui formeront la délimitation et les fondations des 6 hectares de l’extension en mer. En présence de l’archevêque de Monaco, Monseigneur Bernard Barsi, qui a béni le mastodonte, et des membres du gouvernement princier, ce caisson a donc fait son entrée officielle en principauté. Il plongera très vite dans les profondeurs, où il sera rejoint, à raison de deux caissons par mois, par les 17 autres qui constitueront cette ceinture sous-marine.

Rainures

Le groupement Anse du Portier-Bouygues Travaux Publics table sur fin 2019 ou début 2020, pour la fin de la pose de ces caissons. Fabriqués à Marseille, ils sont coulés dans un caissonnier, appelé Marco Polo, unissant les noms de Marseille, Monaco et Pologne, pays où ce géant de béton a été fabriqué. Ils sont ensuite acheminés par la mer jusqu’à Monaco, afin d’y être installés sur le substrat, constitué de 1,5 million de tonnes de calcaire déposés au fond de l’eau après que le fond marin ait été préparé (lire notre article publié dans Monaco Hebdo n° 1041). Mais ces caissons ne se contentent pas d’être de simples blocs de béton. Ils sont creusés de chambres d’amortissement, qui permettront d’encaisser le choc des vagues et de la houle. Conformément aux impératifs décidés par le prince, ils seront aussi creusés de rainures, afin de présenter un front granuleux à la mer. Objectif : permettre aux espèces sous-marines de s’y implanter et reconstituer l’écosystème qui a dû être déplacé en raison de cet énorme chantier.

2 milliards d’euros

Selon Bouygues Travaux Publics, l’arrivée du premier caisson montre que 50 % des travaux ont été effectués. Rien que cette infrastructure maritime représente un milliard d’euros sur les deux milliards que mobilisent ce chantier titanesque. La construction du nouveau quartier de l’Anse du Portier débutera courant 2020. Les travaux devraient se prolonger jusqu’en 2025. Date à laquelle devraient alors être inaugurés les 6 hectares de ce quartier sorti des eaux. Il comptera des immeubles d’habitation et des villas de très grand luxe, ainsi qu’un parc ouvert au public d’un hectare. 3 000 m2 de commerces sont également prévus. Le Grimaldi Forum bénéficiera d’une extension de 9 000 m2. Un port d’animation d’une trentaine d’anneaux complètera l’Anse du Portier, ainsi qu’un parking sous-terrain. D’ici là, les navires tractant les impressionnants caissons de béton effectueront la navette pendant une année.

 

journalistSophie Noachovitch