Bientôt une école
Montessori à Monaco

Sabrina Bonarrigo
-

À la rentrée 2018, une école Montessori, aujourd’hui située à Cap-d’Ail, ouvrira ses portes à Monaco, sur le quai Antoine 1er. Cet établissement bilingue anglais-français accueillera plusieurs dizaines d’élèves, âgés de 18 mois à 6 ans.

Lorsqu’on rentre dans les locaux de La petite école de Cap-d’Ail, située sur la place de la liberté, on comprend tout de suite que ce n’est pas un établissement scolaire comme les autres… Et pour cause. Ouverte en septembre 2016, cette école qui accueille 40 élèves âgés de 18 mois à 6 ans, applique le programme scolaire anglais, mais aussi la méthode Montessori. Une pédagogie alternative de plus en plus en vogue, élaborée au début des années 1900 dans un quartier populaire de Rome par une femme médecin, Maria Montessori (1870-1952). Depuis un an et demi, huit enseignants et assistants délivrent à ces jeunes élèves un enseignement bilingue français-anglais. Un vrai plus pour cette école très cosmopolite. « Toutes les familles sont résidentes monégasques, mais originaires d’une trentaine de nationalités différentes », explique Stéphanie Ayre, directrice et fondatrice de cet établissement.

La-petite-ecole-Montessori-Cap-d'Ail-@-Monaco-Hebdo-P1010313 La-petite-ecole-Montessori-Cap-d'Ail-@-Monaco-Hebdo-P1010314

Suivi individualisé

En quoi consiste alors la méthode Montessori ? L’objectif affiché de cette pédagogie est de « développer la confiance en soi, la concentration, l’autonomie, la curiosité, et la créativité » des enfants. Pour cela, les écoles montessoriennes misent sur un suivi très individualisé. « Plutôt que de donner des leçons de classe à tous les enfants en même temps, comme c’est le cas dans un cadre scolaire traditionnel, nos professeurs guident chaque élève sur une base individuelle », expliquent les membres de cette école. Au-delà de ce suivi très individualisé, cette méthode exige un matériel très spécifique. Des cubes, des objets emboîtables, ou encore des lettres découpées dans différents matériaux ont été spécialement conçus pour mettre en pratique cet apprentissage. Tout est très codé selon différentes thématiques : le langage, les mathématiques, la géométrie, ou encore la géographie. « Ce matériel est complété par d’autres méthodes d’apprentissage renommées, comme la Singapore math methods et les Jolly phonics books », ajoute Aviv Pode, l’autre fondateur de l’école (1).

La-petite-ecole-Montessori-Cap-d'Ail-@-Monaco-Hebdo-P1010316 La-petite-ecole-Montessori-Cap-d'Ail-@-Monaco-Hebdo-P1010309

Ecole en bois

La petite école de Cap d’Ail se veut aussi très « eco-friendly ». Aux repas et aux goûters, les élèves ne mangent que de la nourriture bio. Les jouets et les fournitures, tout comme le mobilier scolaire, sont tous en bois. « Il y a très peu de plastique, et pas de couleurs dures », précisent les fondateurs. Côté activités extra-scolaires, les élèves ont un large choix d’activités. Entre autres : yoga, musique, danse, gymnastique, cuisine, leçons de piano et de violon ou encore cours de piscine. Et pas n’importe où. A l’hôtel Cap Estel à Eze… « Notre école est une petite famille. Les enfants, les parents et les enseignants sont très proches. C’est une petite communauté », assure Aviv Pode.

La-petite-ecole-Montessori-Cap-d'Ail-@-Monaco-Hebdo-P1010307

350 m2 de locaux

Une communauté qui dans les prochains mois migrera à Monaco. En septembre prochain, cette école Montessori déménagera sur le quai Antoine 1er, en lieu et place de la galerie d’art Marlborough, et avec une surface revue à la hausse. Elèves et enseignants disposeront en effet de 350 m2 de locaux et de 250 m2 en extérieur. Une partie de cet espace sera dédié au sport, l’autre, à la nature, avec un jardin botanique. « La petite école de Monaco sera située dans une ancienne galerie d’art. Il y aura donc de grandes baies vitrées et, ainsi, beaucoup de lumière, avec une vue magnifique. Les enfants pourront voir la mer, la montagne, le ciel et les bateaux. C’est un très bel endroit. Il y aura aussi une grande salle de musique, ainsi qu’une librairie », détaille Aviv Pode.

Réservé à une élite

À l’intérieur, tout a été étudié par l’architecte monégasque Christian Curau. « Le design intérieur de l’école a été minutieusement pensé, car cela a un impact sur le bien-être et l’apprentissage des élèves. L’environnement sera donc très doux, pour stimuler leur imagination », ajoute Stéphanie Ayre. Selon l’équipe enseignante, l’école monégasque accueillera 15 à 16 élèves par classe, toujours âgés de 18 mois à 6 ans. Et chaque classe sera chapeautée par trois enseignants. En revanche, inscrire ses enfants à l’école Montessori de Monaco n’est pas à la portée de toutes les bourses. Le coût est de 24 000 euros par an pour les tout petits, jusqu’à 3 ans. Et de 25 000 euros pas an pour les plus grands. Des tarifs qui incluent les repas, les activités extra-scolaires, ou encore l’organisation des anniversaires. Le prix à payer pour « un enseignement haut de gamme », justifie Stéphanie Ayre.

 

(1) Du lundi au vendredi : école de 8h30 à 15h30, puis activités extra-scolaires de 15h30 à 16h30. Le déjeuner est obligatoire à l’école. Le mercredi, l’école s’arrête à 13h, après le déjeuner.

 

Deux écoles au Laos financées par La petite école

La petite école de Monaco s’est lancé dans un projet humanitaire, en collaboration avec Mission enfance : « Nous avons entièrement financé la construction d’une école au Laos pour 120 enfants. Nous avons aussi participé au financement d’une deuxième école, également au Laos. Les deux établissements ouvriront, on l’espère, en septembre 2018 », explique Avid Pode. « Notre mission est d’éduquer des enfants privilégiés, mais aussi d’aider ceux qui le sont beaucoup moins », ajoute Stéphanie Ayre.

journalistSabrina Bonarrigo