Le plan logement du gouvernement

Sophie Noachovitch
-

Lors d’une conférence de presse jeudi 12 avril, le ministre d’Etat, Serge Telle, a assuré de la détermination du gouvernement à poursuivre les constructions pour continuer à augmenter le nombre d’appartements du parc domanial. La surélévation des Jardins d’Apolline a été confirmée et un Testimonio III verra le jour. Les travaux devraient se terminer en 2021.

Le Prince Albert annonçait le 13 mars 2018, veille de son anniversaire, dans une interview à Monaco-Matin, sa volonté d’une étude de faisabilité d’une surélévation des Jardins d’Apolline. Un mois plus tard, lors d’une conférence de presse, le jeudi 12 avril, le ministre d’Etat, Serge Telle, confirmait que le projet était d’ores et déjà sur les rails. « L’objectif, selon les mots d’Albert Croesi [chargé de mission dans le cadre de l’opération Apolline – N.D.L.R.] est de transformer un sinistre en une opportunité, a affirmé Serge Telle. 45 appartements supplémentaires vont être construits en surélévation des Jardins d’Apolline. » L’avantage principal, a souligné Jean Castellini, conseiller-ministre des finances et de l’économie, est la rapidité de tels travaux, pour lesquels il n’y aura pas besoin d’effectuer de fondations.

Un à deux étages de plus

L’étude de faisabilité a été présentée mardi 10 avril au gouvernement. Les travaux de surélévations devraient être rapides, et être livrés en même temps que ceux de rénovation des Jardins d’Apolline, soit en 2021. Les blocs B et D qui gagnent un étage seront livrés en décembre 2019, tandis que les blocs A et C, rehaussés de deux étages, seront livrés en février 2021. Par ailleurs, Serge Telle a insisté sur le fait que l’ensemble des travaux de rénovation et de surélévation des Jardins d’Apolline n’impactera en rien la procédure judiciaire qui déterminera les responsabilités dans les défaillances de la construction de ce complexe domanial. Le gain de 45 appartements aux Jardins d’Apolline vient donc renforcer la politique du logement, sur laquelle le ministre d’Etat a largement insisté pendant cette conférence de presse. « Notre objectif, et celui du Prince, est de permettre aux Monégasques de bien vivre chez eux », a insisté Serge Telle.

 

« On ne peut pas tenir ce rythme sur le long terme. Le modèle social monégasque pourrait exploser, si la population augmentait trop vite » 

Serge Telle. Ministre d’Etat

 

« Question sensible »

L’ensemble du territoire de la Principauté est scruté par le gouvernement, afin d’y étudier « toute possibilité de logement domanial », a souligné le ministre d’Etat, qui a ajouté que le logement est « une question sensible, puisqu’il est au cœur du modèle social de la Principauté ». C’est pourquoi le gouvernement a engagé et continuera, affirme-t-il, d’engager « des programmes ambitieux » à Monaco. « Le Prince Albert II nous a demandé de trouver des solutions, sans qu’il y ait d’impact sur les travaux en cours à côté de Testimonio II, pour y construire un Testimonio III », a annoncé le ministre d’Etat. Ainsi avec les réserves foncières situées à l’Est de Monaco, entre Testimonio I et le futur Testomonio II, il serait possible de construire 150 à 200 appartements domaniaux dans un Testomonio III. Bâti dans le prolongement de Testimonio II, le projet Testimonio  III sera une tour jumelle, qui ne la dépassera pas en hauteur. Sa construction devrait se faire « dans des délais à peu près identiques au Testimonio II. »

Neufs et rénovés

Ainsi, de 2018 à 2021, 451 appartements neufs seront livrés année après année. Et 181 appartements de restitution, c’est-à-dire d’actuels logements domaniaux, rendus par leurs locataires et systématiquement rénovés par les services de l’Etat, viendront étoffer cette offre de logements. Des chiffres qui portent à 632 le nombre de logements attribuables pendant cette période. Parmi eux, on compte les opérations L’Engelin (120 appartements d’ores et déjà attribués, sur les 130 de cette construction) et U Pavayun, l’opération Soleil du Midi, l’opération Villa Carmelha et Del Sol 2, les opérations Villa Pauline et Picapeira, Testimonio II, les appartements surélevés des Jardins d’Apolline, l’attribution des logements vacants des Jardins d’Apolline ainsi que de tous les appartements restitués ou refusés.

Jardins-Apolline-Petit-dejeuner-presse-logement-@-Manu-Vitali-Direction-de-la-communication

« Le Prince nous a demandé de trouver des solutions, sans qu’il y ait d’impact sur les travaux en cours à côté de Testimonio II, pour y construire un Testimonio III » Serge Telle. Ministre d’Etat. © Photo Manuel Vitali / Direction de la Communication

 

« Il faut peut-être qu’on se pose des questions pour gérer cette corrélation entre logement et démographie. C’est un problème de politique publique »

Serge Telle. Ministre d’Etat

 

Echange d’appartements

Les services de l’Etat travaillent ainsi sur deux plans simultanément : d’une part, les immeubles neufs, d’autre part, les immeubles réhabilités. « Entre 2013 et 2018, au total 17 immeubles entiers ont été rachetés par l’Etat, soit 65 logements », a souligné Jean Castellini. L’échange d’appartements domaniaux (1) fait désormais partie de la politique du logement. « Les Monégasques peuvent se mettre d’accord entre eux pour échanger leurs appartements, ce qui implique un coût minimal pour l’Etat, a indiqué le conseiller-ministre des finances. Aujourd’hui 250 foyers, pour environ 120 procédures d’échanges depuis le lancement de notre plateforme internet, ont eu lieu, avec des Monégasques satisfaits pour quelques centaines de milliers d’euros à la charge de l’Etat. C’est une opération vraiment intéressante. » Le gouvernement exclut d’obliger à quitter leur appartement les occupants de logements domaniaux désormais trop grands, en raison du départ des enfants à charge. « On cherche la satisfaction, mais on est aussi soucieux de préserver le caractère humain », a précisé Jean Castellini.

110 appartements par an

Selon le conseiller-ministre des finances, 3 500 logements domaniaux ont été attribués en 10 ans, avec 552 appartements neufs créés, soit une moyenne de 110 appartements par an. « On reste sur ce rythme jusqu’en 2021 », insiste-t-il. Mais la question du logement n’est cependant résolue que sur du court terme. « On ne peut pas tenir ce rythme sur le long terme. Le modèle social monégasque pourrait exploser, si la population augmentait trop vite, a avancé Serge Telle. Ce rythme est tenable pendant 10 ans. Il sera peut-être moins tenable à 30 ans. Là, il faut peut-être qu’on se pose des questions pour gérer cette corrélation entre logement et démographie. C’est un problème de politique publique. » La question, largement discutée lors de la campagne électorale pour l’élection du Conseil national, pourrait-elle aboutir à une révision de la nationalité monégasque ?

 

1) Pour en savoir plus sur l’échange d’appartements domaniaux, consulter : http://service-public-particuliers.gouv.mc/Logement/Acces-au-logement/Secteur-domanial/Echanger-un-appartement-domanial

journalistSophie Noachovitch