Négociations avec l’Union européenne : l’éclairage
de Yann-Antony Noghès

Sabrina Bonarrigo
-

C’est un documentaire qui devrait être très suivi en Principauté. Le 21  mars, Monaco Info diffusera Un Monégasque chez les Européens. Un reportage d’une heure réalisé par le journaliste et producteur Yann-Antony Noghès. Ce Monégasque qui présente La Faute à l’Europe ? sur France Info, s’est penché sur ce délicat dossier, en donnant la parole à des interlocuteurs — en particulier à Bruxelles — que l’on entend très peu sur le sujet. « Si vous observez bien le débat à Monaco sur l’Europe, il se tient essentiellement entre nous. On entend des responsables politiques monégasques, des représentants des professions réglementées ou des membres du gouvernement. C’est évidemment très utile pour nous permettre d’accorder nos violons. Mais une négociation, ça ne se fait pas tout seul. Quelle est l’approche des Européens dans ce dossier ? », indique Yann-Anthony Noghès dans les colonnes de L’Observateur de Monaco. Voilà pourquoi, dans ce documentaire, le journaliste interroge Bruno Le Maire, le ministre français de l’économie, mais aussi Catherine Ray, porte-parole de la diplomatie européenne, Andreas Schwab, député européen allemand, Sophie Thevenoux, ambassadeur de Monaco à Bruxelles, Claude Maerten, négociateur européen de l’accord d’association, ou encore Jean Quatremer, journaliste à Libération. Pour ce Monégasque, il était donc salutaire d’amener un autre éclairage à ce débat : « J’essaie de lutter, autant que je le peux, contre les idées reçues sur Monaco quand je suis à l’étranger. Je souhaite aussi apporter des clefs de compréhension à mes compatriotes sur l’Europe, en allant à la rencontre de contacts professionnels et d’amis bruxellois, sans langue de bois. L’objectif, c’est que chacun ici puisse se forger sa propre opinion, en connaissance de cause », ajoute ce journaliste, qui, dans l’introduction de son documentaire, explique aussi les différences entre Monaco et l’Union européenne (UE) : 9 000 Monégasques contre 500 millions d’Européens et 162ème économie mondiale contre la première. « Monaco et l’Europe, c’est le choc des extrêmes. Le sur-mesure sous le soleil, contre la taille unique dans la grisaille. Un village de Monégasques soudé derrière leur prince, face à un bloc politique européen, sans visage », commente Noghès, qui rappelle tout de même que, malgré la petite taille de Monaco, sa voix pèse dans les négociations : « Les institutions européennes comptent 55 000 fonctionnaires. Cela veut dire que le nombre de fonctionnaires européens est supérieur à la population totale de Monaco ! Mais, dans les faits, dans cette négociation, on a d’un côté une petite poignée de fonctionnaires européens qui doit s’occuper à la fois de Monaco, de Saint Marin, d’Andorre et, accessoirement, du très épineux dossier suisse. Et de l’autre côté, on a une équipe monégasque dédiée et mobilisée à 100 %, avec une pression politique forte de la part du Conseil national », ajoute ce journaliste.

journalistSabrina Bonarrigo