« La comédie est aujourd’hui
un genre reconnu »

Sophie Noachovitch
-

Lundi 26 février s’ouvre la 15ème édition du Monte-Carlo film festival de la comédie (MCFF) au Grimaldi Forum. Une continuité et une reconnaissance pour Ezio Greggio, le président de ce festival.

« Quand j’ai dit à Mario Monicelli (1915-2010, réalisateur et scénariste italien – N.D.L.R.) que je créais un festival complètement dédié à la comédie, il m’a fait une grande embrassade ! Il m’a même dit “Enfin un festival sérieux !” » Ezio Greggio, président du Monte-Carlo film festival de la comédie (MCFF) regarde avec fierté les 15 années écoulées depuis la création de l’événement. Car, pour mettre en avant le genre, il a dû affronter les préjugés du monde du cinéma. « Quand on a commencé le festival, il y avait un gros problème dans les festivals officiels, comme Cannes ou Venise. On ne voulait pas de festival joyeux. La comédie est toujours considérée comme un genre inférieur. »

« Quand on a commencé le festival, les festivals officiels ne voulaient pas de festival joyeux. La comédie est toujours considérée comme un genre inférieur »

 

« Oignon »

Mais Ezio Greggio, acteur, producteur, animateur vedette de la télévision italienne, n’était pas homme à se laisser abattre. Il l’assume : « On a commencé cette bataille et on a gagné. Je suis allé voir les directeurs de festivals et j’ai demandé à ce qu’ils ouvrent leurs sélections à la comédie. Aujourd’hui, c’est le cas à Venise, à Cannes… » Pour lui, c’est sûr, le travail entamé voilà 15 ans à Monaco, a porté ses fruits. « Pendant des années, nous avons continué à proposer des films de qualité, c’est incroyable le résultat aujourd’hui ! » Un résultat dont il est d’autant plus satisfait que la comédie n’est pas un genre cinématographique facile. « C’est très simple de faire pleurer avec une histoire, avec une chose dramatique, développe Ezio Greggio. Faire rire est la chose la plus compliquée. » Et le président du MCFF de citer Peter Bogdanovich, acteur et réalisateur américain, lors d’une “master class” du festival en 2015 : « Il a expliqué que dans la nature, on trouve l’oignon, un légume qui fait pleurer rapidement. On ne trouve aucun élément qui fait rire. C’est la preuve que par nature, c’est plus difficile de faire rire ! »

Ezio-Greggio_Costa-Gavras_John-Landis_-Palmas_14eme-MCFF-2017

Ezio Greggio, Costa Gavras, John Landis et Giorgia Palmas

 

« C’est très simple de faire pleurer avec une histoire, avec une chose dramatique. Faire rire est la chose la plus compliquée »

 

« Discussion »

Le rire sera donc à l’honneur du 26 février au 3 mars pour cette 15ème édition. « On proposera au public un panorama, avec de grandes surprises », assure Ezio Greggio. Pas moins de 90 films ont été visionnés par les organisateurs du festival pour obtenir une sélection de 8 films venus du monde entier. « Le Brésil, Israël, la France, les USA ou encore l’Australie sont représentés, énumère le réalisateur. On trouvera un excellent niveau. On a regardé beaucoup de critères pour faire notre choix. Ce n’est pas seulement que le film doit faire sourire. Certains sont un peu plus noirs, ou un peu plus politiques ou satiriques. Logiquement, on reconnaît le style des pays, il y a des acteurs qui vont apporter leur patte au film. » Il pense notamment à Ben Stiller, l’acteur américain au style inimitable, que l’on retrouve dans Brad’s Status (2017), film américain en compétition. « Easy (2017), est un film très différent de la comédie italienne classique », commente Ezio Greggio. Un atout pour le président du festival qui estime que la comédie doit surprendre, et aussi « créer de la discussion ».

Claude-Lelouch-sul-set-di-Roman

Lelouch

Le festival bénéficie ainsi d’un jury officiel et d’un jury populaire. « C’est très intéressant de voir la différence dans le jugement du public et des professionnels, estime le réalisateur. Les critiques peuvent parfois avoir un avis très négatif sur un film qui va être un véritable succès dans les salles, et inversement. » Cette année, c’est Claude Lelouch qui présidera le jury officiel du festival. « C’est un grand plaisir de l’accueillir pour la deuxième fois, assure Ezio Greggio. Le MCFF lui avait remis une récompense pour son extraordinaire carrière. Il a accepté volontiers de présider le jury. Il est, à mon sens, le numéro un des réalisateurs français. » Des longs métrages hors compétition seront aussi présentés, dont le très attendu The Disaster Artist (2018) de et avec James Franco. « C’est une très importante avant-première en France. C’est un film incroyable avec l’histoire du pire film du monde ! » Une soirée de gala, samedi 3 mars, clôturera la semaine de projections et de découvertes de ces films en compétition.

Monte-Carlo Film Festival de la Comédie de lundi 26 février à samedi 3 mars. Soirée de gala et de remise des prix, samedi 3 mars : entrée 40 euros. Plus d’infos www.montecarlofilmfestival.net

 

 Les films en compétition

Toc – Transtornada Compulsiva Obsessiva (2017), film brésilien de Paulinho Caruso et Teodoro Poppovic, avec Tata Werneck, Vera Holtz et Bruno Gagliasso.

La Tribu (2018), film espagnol de Fernando Colomo, avec Paco Léon, Carmen Machi et Julian Lopez.

Easy (2017), film italo-ukrainien d’Andrea Magnani, avec Nicola Nocella, Libero de Rienzo et Barbara Bouchet.

King of Peking (2017), co-production chinoise, autraslienne et américaine, de Sam Voutas, avec Jun Zhao, Wang Naixun et Qing Han.

Brad’s Status (2017), film américain de Mike White, avec Ben Stiller, Michael Sheen, Jenna Fischer et Luke Wilson.

Death of Stalin (2017), film franco-britannique d’Armando Iannucci, avec Steve Buscemi, Simon Russel Beale et Jeffrey Tambor.

Bad Lucky Goat (2017), film colombien de Samir Oliveros, avec Honlenny Huffington, Jean Bush, Kiara Howard et Ambrosio Huffington.

Maktub (2017), film israélien d’Oded Raz, avec Guy Amir, Hanan Savyon et Gal Amitai.

 Films hors compétition

The Disaster Artist (2018), film américain, de James Franco, avec Dave Franco, Seth Rogen, Alison Brie, Josh Hutcherson, Zac Efron et James Franco.

Je vais mieux (2018), film français de Jean-Pierre Améris, avec Eric Elmosnino, Ary Abittan, Judith El Zein et Alice Pol.

Finding Steve McQueen (2018), film américain, de Mark Steven Johnson, avec Travis Fimmel, William Fichtner, Rachael Taylor et Forest Whitaker.

 Les invités du festival

• Travis Fimmel, comédien connu notamment pour son rôle de Ragnar Lodbrok dans la série Vikings.

• Claude Lelouch, réalisateur, producteur, scénariste et cadreur français. L’homme aux multiples récompenses présidera le jury de ce 15ème Monte-Carlo film festival de la comédie.

• Maria Grazia Cucinotta, actrice et productrice italienne.

• Paola Cortellesi, présentatrice, humoriste, chanteuse et actrice italienne.

• Rachael Taylor, chanteuse et actrice australienne, connue notamment pour son rôle dans Charlie’s Angels ou dans The Defenders.

• Nicola Piovani, pianiste, compositeur et chef d’orchestre italien.

journalistSophie Noachovitch