« Je n’ai aucun regret »

Sabrina Bonarrigo
-

Coup dur pour Horizon Monaco. La liste portée par Béatrice Fresko-Rolfo n’a recueilli que 26,10 % des suffrages aux élections. Malgré la déception, l’élue sortante et Jacques Rit, seuls élus HM pour la mandature 2018-2023, comptent faire entendre leurs voix.

Priorité Monaco (Primo !) a remporté une très large victoire à ces élections : comment analysez-vous ce raz-de-marée en faveur de Stéphane Valeri ?

Le score de Primo, à 57,71 %, est effectivement très important. Mais je ne suis pas tant surprise que cela. Primo ! avait mis en place une communication très offensive. Ce qui peut expliquer un tel score. Stéphane Valeri a aussi été conseiller de gouvernement pendant 7 ans. Ce qui lui a donné beaucoup de visibilité.

C’est un gros coup dur pour vous et vos colisitiers ?

Autant être franc. Nous avons, bien sûr, été déçus par ces résultats. Je suis surtout déçue par rapport à mes colistiers, et en particulier pour nos jeunes candidats qui se sont engagés pour la première fois en politique et qui ont fait une campagne exceptionnelle. Il y a aussi de la déception par rapport à notre programme, sur lequel nous avons tous énormément travaillé.

Avez-vous le sentiment d’avoir commis des erreurs dans cette campagne ?

On a certainement commis des erreurs, comme dans toutes les campagnes. En revanche, il est un peu prématuré pour analyser les choses. Mais, encore une fois, M. Valeri avait une communication très offensive. Nous avons été face à une professionnalisation de la campagne… Chez HM, nous avions une belle équipe, mais sans doute pas aussi étoffée que chez Primo !.

 

« Ce n’est pas notre résultat qui est faible, c’est le résultat de Stéphane Valeri qui est exceptionnel »

Béatrice Fresko Rolfo. Elue HM

 

Au regard des résultats, regrettez-vous de ne pas avoir fait alliance avec Union Monégasque (UM) ?

Si je regarde notre équipe, notre campagne, notre énergie, et notre programme, non, je n’ai aucun regret. Je suis certaine qu’UM a la même vision des choses. Car ils avaient eux aussi leur dynamique.

Au niveau des résultats, pensez-vous qu’une alliance UM-HM aurait changé la donne ?

Au lieu de finir à 26 %, nous aurions probablement recueillis, tous ensemble, 42 % des suffrages. Au niveau des élus, au final, il y en aurait eu, je pense, également trois.

Quelles conséquences politiques auront ces résultats pour HM ?

Nous allons exister en tant que minorité. Jacques Rit et moi-même allons travailler comme nous avons toujours travaillé au Conseil national et être force de proposition, comme nous l’avons toujours été au sein des commissions. Nous sommes désormais deux à porter la voix de notre programme. Un programme qui comprenait des idées fortes, réalisables et réalistes.

Votre mouvement est affaibli ?

Je ne crois pas. Et encore une fois, ce n’est pas notre résultat qui est faible, c’est le résultat de Stéphane Valeri qui est exceptionnel.

Depuis le résultat de ces élections, vous avez échangé avec Laurent Nouvion ?

Je l’ai eu uniquement par SMS. Mais nous n’avons pas eu encore l’occasion d’échanger sur ces résultats.

Pour peser davantage au Conseil national, envisagez-vous un rapprochement avec Jean-Louis Grinda pendant cette mandature ?

Seul l’avenir le dira.

 

journalistSabrina Bonarrigo