Primo ! premier

Raphaël Brun
-

Les élections nationales 2018 ont été très largement dominées par la liste conduite par Stéphane Valeri, Priorité Monaco, qui a remporté 21 sièges sur 24. Horizon Monaco ne décroche que deux sièges et Union Monégasque, un seul.

On le savait, la liste de Stéphane Valeri, Priorité Monaco (Primo !), était la grande favorite de ces élections nationales 2018. Tous les observateurs la donnaient gagnante. Mais difficile de savoir quelle ampleur revêtirait cette victoire annoncée. Il faut dire qu’en face, Horizon Monaco (HM) et Béatrice Fresko-Rolfo martelaient qu’ils pouvaient, et qu’ils allaient, gagner. Alors que, du côté d’Union Monégasque (UM) et de Jean-Louis Grinda, on espérait obtenir quelques fauteuils. Du coup, en l’absence de sondage, impossible de mesurer avec précision les scores de chacun. Seul élément tangible : la fréquentation lors des meetings organisés par les trois listes en course. Et à chaque fois, Primo ! a accueilli plus de monde. Lors des trois derniers meetings, cette tendance s’est confirmée : environ 550 personnes pour HM le 7 février, 300 pour UM le 8 février, et près de 800 pour Primo ! le 9 février au soir. À 24 heures du scrutin, la liste de Stéphane Valeri oscillait entre sérénité et humilité. Pas question d’afficher trop de certitudes.

 

Primo ! cumule un total de 63 806 voix, contre moins de la moitié pour HM (28 858) et seulement 17 895 pour UM

 

Fusionner

Pourtant, il n’aura pas été nécessaire d’attendre minuit, le 11 février 2018, pour se rendre à l’évidence. Primo ! était le grand gagnant de ce scrutin. En remportant 21 sièges sur 24, la liste de Stéphane Valeri n’a laissé que trois candidats sur le bord du chemin : Patrick Rinaldi, Roland Mouflard et Laurence Aubert. Primo ! cumule un total de 63 806 voix, contre moins de la moitié pour HM (28 858) et seulement 17 895 pour UM. Pour mémoire, lors des élections de 2013, HM s’était largement imposé avec 56 472 voix, soit 73 334 voix de moins que Primo !, cinq ans plus tard. Il faut additionner les voix de HM et d’UM, pour arriver à 46 753 voix, et obtenir un score comparable à celui d’UM en 2013 (43 743 voix). À l’époque, avec la loi électorale, UM avait ainsi obtenu 3 sièges, malgré 39 % des voix. Ces chiffres n’auront sans doute pas échappé à Jean-Louis Grinda, qui aura cherché, en vain, à fusionner les listes UM et HM, pour tenter de mieux résister à la vague Primo !.

Elections-nationales-2018-@-MH-et-Obs-P1010041

Participation

Autre signal fort : les Monégasques ont aussi décidé d’apporter leur soutien à Guillaume Rose, élu avec 2 706 voix, tout comme à José Badia (2 668 voix). Ecarté de la direction du tourisme et des congrès suite à une ordonnance souveraine publiée le 24 novembre 2017 (lire notre article publié dans Monaco Hebdo n° 1040), Rose a retrouvé le sourire. « La mesure prise à l’encontre de notre colistier a cherché à contourner, de fait, les textes en vigueur et semble totalement arbitraire à beaucoup de compatriotes, qui en déduisent que l’exécutif gouvernemental s’est immiscé dans l’élection contre notre liste », nous avait indiqué Stéphane Valeri en décembre 2017 (lire son interview complète, publiée dans Monaco Hebdo n° 1042). Aujourd’hui, la domination de Primo ! est donc quasi totale et ne laisse que trois sièges aux deux autres listes de 24 candidats. Et les trois sièges qui échappent à la liste de Valeri ont été décroché par UM et HM en passant par la proportionnelle. En effet, les deux tiers des sièges, soit 16, sont attribués au scrutin majoritaire, c’est-à-dire que les 16 candidats qui ont obtenu le plus de voix sont élus. Mais, pour les 8 sièges restants, la proportionnelle s’applique pour les listes qui ont obtenu au minimum 5 % des suffrages exprimés.

Echec

C’est dans ce cadre-là que la tête de liste de HM, Béatrice Fresko-Rolfo et Jacques Rit, deux élus sortants, ont été réélus. Même chose pour UM, avec Jean-Louis Grinda, seul rescapé de ce scrutin. Alors que HM et UM présentaient huit élus sortants, seulement trois ont été reconduits dans leurs fonctions. C’est un échec pour ces deux formations, et ça l’est sans doute encore un peu plus pour HM, qui affichait clairement son objectif de victoire dans cette élection. Mais les 5 097 votants, sur un total de 7 245 électeurs inscrits, soit une participation de 70,35 %, ont décidé de porter une troisième fois Stéphane Valeri à la tête du Conseil national. Après 2003 et 2008, il devrait s’asseoir dans le fauteuil de président, dès le 22 février. Comme en 2013, où la participation avait atteint 74,55 %, avec 5 088 votants sur 6 825 électeurs inscrits (lire Monaco Hebdo n° 822), les Monégasques se sont déplacés en masse pour voter.

 

Sur Facebook, la tête de liste UM, Jean-Louis Grinda, a posté une vidéo d’Alice Cooper. Mais pas n’importe laquelle, puisqu’il a choisi le titre Elected (1997), avec ce commentaire : « Elected… but also defeated », soit « élu… mais battu, aussi »

 

« Maîtrise »

Depuis l’annonce de sa démission du gouvernement, le 31 mai 2017, il se sera donc écoulé 9 mois avant que Stéphane Valeri ne retrouve ce fauteuil de président du Conseil national, qu’il a donc déjà occupé à deux reprises, en 2003 et en 2008. Il s’est très officiellement lancé dans la course à ces élections le 19 septembre 2017, en créant Primo ! et en s’entourant d’une soixantaine de « référents », spécialistes de sujets aussi variés que l’économie, la santé, la justice… Autant d’experts qui ont diffusé les idées portées par Primo ! dans l’ensemble de la société monégasque. Selon un calendrier dont il avait dit à Monaco Hebdo (lire son interview publiée dans notre n° 1019) qu’il entendait « garder la maîtrise », Valeri a donné le nom de ses 23 colistiers lors d’un meeting, le 22 novembre 2017. Puis, il a occupé avec minutie le terrain médiatique et public, se déplaçant dès que possible sur le terrain, au contact des Monégasques. La dernière ligne droite lui a été favorable, puisque c’est lui qui a hérité du dernier meeting de cette campagne 2017-2018. Le vendredi 9 février, Primo ! a ainsi réuni près de 800 personnes à la salle Gaston Médecin, au stade Louis II.

Elections-nationales-2018-@-MH-et-Obs-P1010075

Elections-nationales-2018-@-MH-et-Obs-P1010073

« Assouplir »

Après avoir remercié les Monégasques et toute l’équipe des candidats de Primo !, Stéphane Valeri s’est intéressé à la participation, légèrement supérieure à 70 % : « La participation aurait été encore plus élevée si la loi électorale concernant les procurations était moins restrictive, empêchant de nombreux nationaux, de bonne foi, d’exercer leur devoir électoral. Nous œuvrerons prochainement pour assouplir les règles du vote par procuration », a proposé le futur président du Conseil national. Puis, en fin de discours, il a commencé à se projeter vers la suite : « La période électorale est désormais achevée. J’en appelle aux compatriotes de toutes les sensibilités, pour que, dès demain, se rassemble la grande famille monégasque, unie derrière notre Prince souverain. »

Claque

Du côté des perdants, si la claque est sévère, moins de 48 heures après la débâcle, au moment où Monaco Hebdo bouclait ce numéro, le 13 février, l’heure était aux remerciements et aux sourires, mêmes crispés. À commencer par HM et Béatrice Fresko-Rolfo, qui s’est exprimée sur son compte Facebook : « Je tenais à remercier les 23 colistiers qui m’ont accompagnée dans cette belle campagne, et leur garantir que je continuerai à porter les idées novatrices que nous avons défendues dans notre programme. Quant aux Monégasques, ils peuvent être assurés de mon engagement au sein d’une minorité HM, qui se voudra constructive. A se revede… » Avec une pointe d’humour, et toujours sur Facebook, la tête de liste UM, Jean-Louis Grinda, a posté une vidéo d’Alice Cooper. Mais pas n’importe laquelle, puisqu’il a choisi le titre Elected (1 997), avec ce commentaire : « Elected… but also defeated », soit « élu… mais battu, aussi ». Comme en 2013, UM a perdu les élections. La dégringolade se poursuit : après avoir obtenu 43 743 voix il y a 5 ans, soit 39 % des voix, la liste de Grinda a perdu la moitié de ses soutiens, avec seulement 17 895 voix.

Elections-nationales-2018-@-DR-copain-Sophie-ELECTION-VALERI-002

Elections-nationales-2018-@-MH-et-Obs-P1010063

Prudent

C’est essentiellement sur deux grands thèmes que s’est jouée cette campagne : les négociations entre Monaco et l’Union européenne (UE) pour un accord d’association et le logement des Monégasques. Très prudent sur la question européenne, Stéphane Valeri a multiplié les interventions sur ce sujet, expliquant qu’il refuserait tout accord qui risquerait de mettre à mal la priorité d’emploi pour les Monégasques, minoritaires dans leur pays, au profit d’une liberté d’installation des Européens. Le leader de Primo ! a aussi défendu les professions réglementées, préoccupées par ces négociations. Et, visiblement, les Monégasques ont adhéré à ce discours, qui répond à leurs inquiétudes, face à un sujet qui aura été l’un des fils rouges de cette campagne électorale 2017-2018. Quant au logement, les 800 appartements promis entre 2018 et 2023, ont également convaincu les électeurs. Promettant un début des travaux dès 2019, Primo ! a estimé que les surfaces pour construire existent : « En utilisant notamment une partie de l’esplanade des Pêcheurs, disponible immédiatement, des terrains du Grand Ida, disponibles pour partie en 2019 et de l’Annonciade II, dans les prochaines années. D’autres surfaces devront être utilisées, à l’image de la restructuration du centre commercial de Fontvieille. Cet effort devra être complété par d’importantes opérations de remembrement et une politique dynamique de préemptions d’appartements par le gouvernement. »

 

Quant au logement, les 800 appartements promis entre 2018 et 2023, ont également convaincu les électeurs

 

Légitimité

Président du Conseil national de 2003 à 2010, puis ministre des Affaires sociales et de la Santé de 2010 à 2017, Stéphane Valeri s’est aussi engagé à tenir une politique de fermeté face au gouvernement. Accusant la précédente mandature d’avoir transformé le Conseil national en une simple « chambre d’enregistrement » du gouvernement, Valeri a assuré qu’avec lui, l’hémicycle ne serait « ni une chambre d’enregistrement », ni « une chambre d’opposition ». Pour cela, il pourra s’appuyer sur une légitimité sortie des urnes, que même ses adversaires ne pourront pas lui contester. A titre personnel, avec 2 937 voix, Valeri n’avait jamais été aussi bien élu. C’est donc une évidence : le patron de Primo !, et dans les jours qui viennent du Conseil national, ne s’est jamais autant posé qu’aujourd’hui en homme fort.

 

Débat Grinda-Valeri : plus de 5 600 personnes pour une première historique

Debat-Jean-Louis-Grinda-Stephane-Valeri-05-fevrier-2018-@-Iulian-Giurca-Monaco-Hebdo-_X3A5319

© Photo Iulian Giurca – Monaco Hebdo.

C’était une première dans l’histoire politique de Monaco. Le 5 février 2018 au soir, les deux têtes de liste, Jean-Louis Grinda pour Union Monégasque (UM) et Stéphane Valeri pour Priorité Monaco (Primo !), se sont affrontés en direct, sur les ondes de Radio Monaco, et en vidéo simultanée sur internet. Interrogés par Monaco Hebdo et L’Obs’ de Monaco, pendant près de 1h30, ces deux candidats auront donc été les deux premières personnalités politiques de la Principauté à confronter leurs idées lors d’un débat médiatique, sans filet. Si l’attente était forte autour de cette grande première appelée de ses vœux par Grinda depuis le mois d’octobre 2017, les audiences montrent que l’intérêt était réel. Plusieurs bars, dont la Brasserie de Monaco, ont d’ailleurs organisé une diffusion en direct sur leurs écrans géants, de 19h à 20h30 environ. Disponible par la suite en différé, toujours sur internet, notamment sur le site de Monaco Hebdo, sur notre chaîne YouTube ou celle de Radio Monaco, sur les sites de Primo ! et d’UM, ce débat avait attiré plus de 5 600 personnes (1), alors que Monaco Hebdo bouclait ce numéro, le 13 février 2018. En effet, ce débat a enregistré 2 477 vues sur la chaîne YouTube de Radio Monaco, 305 vues dans sa version intégrale et 428 pour son résumé sur la page Facebook de Monaco Hebdo, 774 vues en direct sur le site internet de Primo ! et 1 060 en différé, et enfin 1 042 vues sur le site d’UM (chiffres arrêtés au 13 février 2018). Un total très important, au vu des 7 245 électeurs inscrits et des 5 097 votants pour ces élections 2018.

Retrouvez l’intégralité de ce premier grand débat politique sur www.monacohebdo.mc (lien direct : www.monacohebdo.mc/23480-video-complete-debat-jean-louis-grinda-stephane-valeri).

 

journalistRaphaël Brun