L’électrique, roi du Siam

Sophie Noachovitch
-

Pour sa deuxième édition, le salon international de l’automobile de Monaco (Siam) confirme et signe son identité écologique. Pendant quatre jours, les dernières voitures électriques et hybrides seront présentées.

« C’est presque une deuxième première édition. » Du 15 au 18 février, se tient le deuxième salon international de l’automobile de Monaco (Siam). Pour son directeur, Nicolas Hesse, si la première a été une réussite avec ses 35 000 entrées, elle a surtout été l’édition pilote. « Elle a permis de créer quelque chose, d’avoir une première impulsion, commente-t-il. Cette 2ème édition n’a rien à voir. » La principale innovation est l’unité de lieu. L’an passé, le salon s’étalait sur quatre espaces différents de la Principauté. Cette année, l’ensemble des exposants est réuni sur le quai Albert Ier.

« Plus de marques »

« En 2017, il y avait beaucoup de place perdue. Nous avons donc condensé l’ensemble des stands au même endroit », insiste Nicolas Hesse. Les visiteurs entrent cette fois du côté de la piscine et découvrent un salon en enfilade où 55 exposants sont présents. « On a quasiment autant d’exposants que l’an dernier, mais 25 marques de plus, précise le directeur. On travaille aussi beaucoup plus avec l’industrie automobile monégasque. Lors de la première édition, en termes de perception, cela avait paru un peu impersonnel. On a voulu qu’il soit beaucoup plus marqué à Monaco. » Résolument tourné vers la vente, le salon compte de nombreux concessionnaires qui « vont faire des offres spéciales salon ».

Innovation

Mais la raison d’être du salon, né à la demande du Prince Albert II auprès de Thierry Hesse, père de Nicolas Hesse, et directeur du Mondial de l’automobile à Paris pendant 25 ans, reste l’innovation et l’écologie. Ces deux sujets, auxquels tient particulièrement le Prince, sont donc présents sur l’événement. « En France, le véhicule électrique représente 1 % du marché automobile, à Monaco 3 %, ce qui est l’un des pourcentages les plus élevés en Europe, énumère Nicolas Hesse. Notre salon compte plus de 33 % de modèles électriques. Pas un seul salon n’est aussi écologique que le nôtre. C’est extraordinaire et c’est une grande fierté. » Impossible selon les organisateurs d’avoir un salon 100 % écologique. Mais l’innovation au cœur de l’industrie automobile tendrait à rendre les voitures à essence de moins en moins polluantes et de plus en plus performantes.

SIAM-Salon-international-de-l’automobile-de-Monaco-2018-@-Kristian

« Pas un seul salon n’est aussi écologique que le nôtre. C’est extraordinaire et c’est une grande fierté »

 

Avant-premières

La nouvelle Nissan Leaf, la toute dernière voiture électrique du constructeur japonais, sera ainsi exposée en avant-première au Siam. « C’est un très gros événement », assure Nicolas Hesse. Présenté le 6 septembre au Japon, le véhicule ne sera en effet commercialisé qu’à partir du mois de mars en France. Avec ses 378 kilomètres d’autonomie, cette berline familiale sera facturée à partir de 36 990 euros. Mais l’une des grosses surprises du salon sera la présentation d’un classique renouvelé. « Le modèle commercialisé de la nouvelle Alpine A110, modèle le plus attendu depuis très longtemps, sera proposé pour la première fois sur un salon au SIAM, annonce Nicolas Hesse. Cette voiture fait le lien entre l’Alpine et le rallye, qui constitue un lien très important avec Monaco. C’est pourquoi le salon a été choisi pour la présenter. » Selon le directeur de ce salon monégasque, il s’agit de la « nouvelle voiture de sport à la Française ». « Ils sont repartis de zéro pour créer quelque chose de totalement inspiré de l’ancienne, mais en même temps de très design et ergonomique », décrit-il

Forum

Le public découvrira aussi de nombreux véhicules hybrides, ou circulant au GPL ou au méthane. De quoi se faire une bonne idée de la voiture de demain. Mais le SIAM accueille également le Forum de l’automobile écologique. Voulu par le prince Albert qui soutient l’événement par le biais de sa Fondation, ce forum accueillera de nombreux représentants de constructeurs qui aborderont leur vision de la voiture écologique. L’association pour le développement de la mobilité électrique, AVERE France, tiendra une table ronde et les innovations d’aujourd’hui et du futur donneront un aperçu de notre quotidien au volant.

 

+ d’infos sur www.salonautomonaco.com. Le Salon international de l’automobile à Monaco se tient de jeudi 15 février à dimanche 18 février de 10 heures à 18 heures avec nocturnes jusqu’à 22 heures les jeudi et samedi. Entrée : 10 euros.

Un logiciel pour optimiser la charge de sa voiture électrique

Dérivé d’un module développé à l’origine pour fonctionner sur les territoires de combat, le Viky.ai permettra aux conducteurs de véhicules électriques d’optimiser le temps nécessaire à la recharge des batteries de leur voiture. « Quand on circule sur Tesla, la voiture électrique est équipée pour repérer les bornes de recharge les plus proches, explique Charles-Henri Puaux, créateur de Pertimm, la start-up qui développe Viky.ai. Mais le problème avec la recharge d’une voiture électrique est qu’il faut 30 minutes pour recharger la batterie de la voiture sur une prise supercharge, mais en moyenne, on est autour de 30 à 60 minutes. Alors nous nous sommes demandés, quoi faire pendant ce temps-là ? » Ainsi, Viky.ai travaille pour le conducteur. Installé sur le GPS de la voiture électrique, il calcule le trajet en fonction du type de voyage — professionnel ou d’agrément —, du profil du conducteur et des passagers — des collaborateurs ou une famille —, de l’heure, de la météo, etc. « Le logiciel va ainsi calculer qu’il vous faudra recharger à tel moment, il se trouve que c’est l’heure du déjeuner, et si la météo le permet, il vous proposera une terrasse de restaurant située à quelques mètres seulement de la borne de recharge, décrit Charles-Henri Puaux. Mais s’il s’agit d’un voyage professionnel, le logiciel pourra vous proposer un endroit où passer vos coups de téléphone professionnels, ou bien où tenir une réunion avec vos collaborateurs. » Des visites touristiques peuvent aussi être proposées par exemple. Le logiciel intelligent sera ainsi au service du conducteur afin que les utilisateurs ne soient pas pénalisés par le temps de charge de la batterie de leur véhicule électrique.

+ d’infos sur sur la page Facebook « Viky.ai » et sur internet : www.viky.ai

journalistSophie Noachovitch