Discussion post-mortem

La Rédaction
-

Michel Jonasz et Eddy Moniot se donnent le change dans une pièce écrite et mise en scène par Dominique Coubes. Les fantômes de la rue papillon débute avec Michel Jonasz, alias Joseph, un vieux juif assis sur un banc. Tout à coup, des sirènes viennent perturber sa quiétude. Le jeune Haïssa, interprété par Eddy Moniot, est interpellé par des forces de police pour un contrôle d’identité un peu musclé. La situation dégénère et un coup de feu retentit, Haïssa est tué sur le coup. Mais dans la foulée, il se retrouve face à Joseph qui lui explique qu’il est devenu, comme lui, un fantôme. Ils vont alors partager leurs vécus respectifs, se rendant compte qu’ils ont tous deux été victimes de la haine des hommes.

À Monaco, théâtre Princesse Grace (TPG), 12 avenue d’Ostende. Jeudi 8 février 2018 à 20h30. Tarifs : 22, 27 ou 33 euros. Étudiants – de 26 ans et jeunes – de 21 ans réduction : – 30 %. Réservations : 93 25 32 27 ou tpgmonaco.mc.

journalistLa Rédaction