Georges Marsan :
un bilan 2017 « très positif »

Anne-Sophie Fontanet
-

Entouré de plusieurs membres du conseil communal, le maire de Monaco, Georges Marsan, a présenté ses vœux à la presse vendredi 19  janvier. Après avoir mis en avant un « bilan 2017 très positif », Marsan s’est tourné vers 2018 avec optimisme. Pour le premier semestre, les équipes municipales seront mobilisées pour assurer le bon déroulement des élections nationales, le 11  février. Du côté des travaux, ce sont ceux du hall de la mairie « de dimension monumentale » qui s’achèveront fin mai, ainsi que l’ouverture d’une nouvelle salle de sport sur le port Hercule. Le maire y promet « un rapport qualité-prix inégalé, du matériel de qualité et une amplitude horaire élargie ». C’est d’ailleurs très bientôt que le nom de la salle sera dévoilé. Le conseil communal avait fait appel à une consultation publique. Cent propositions sont arrivées place de la mairie. Georges Marsan a profité de ce moment pour rappeler « l’inquiétude » de son conseil concernant le projet de téléphérique au départ du Jardin Exotique (lire son interview publiée dans Monaco Hebdo n° 1041). « Nous avons interpellé deux fois le gouvernement en séance publique. Nous n’allons pas relâcher notre vigilance. Nous allons nous battre pour être entendu et respecté », a souligné le maire, tout en se réjouissant tout de même que le conseiller de gouvernement pour l’Equipement, Marie-Pierre Gramaglia, accepte de leur montrer très prochainement l’avant-projet. Enfin, ces voeux ont permis de détailler les événements culturels organisés par la mairie pendant l’année 2018. A commencer par le concert du duo Brigitte le 30  mars à l’espace Léo Ferré, le premier salon du livre organisé à la médiathèque de Monaco en novembre, les commémorations du 250ème anniversaire de la naissance de François-Joseph Bosio (1768-1845), sculpteur, peintre, dessinateur et graveur monégasque. Ainsi que le lancement de « bébé concert » en partenariat avec l’Académie Rainier III. Toutes ces animations et tous ces travaux sont possibles grâce au budget de fonctionnement de la mairie accordé par le gouvernement. En 2017, ce budget s’élevait à 65  millions d’euros. Si le montant satisfait le conseil communal, celui-ci se plaint d’un « manque d’informations en amont du montant de la dotation » le mettant en difficulté « pour monter un budget ».

journalistAnne-Sophie Fontanet