Horizon Monaco
passe son grand oral

Anne-Sophie Fontanet
-

La liste entière Horizon Monaco s’est présentée devant les Monégasques lors d’un meeting à l’espace Léo Ferré, lundi 15 janvier. Cent propositions ont été soumises par les candidats pour « l’avenir de Monaco ».

Horizon dégagé pour la liste portée par Béatrice Fresko-Rolfo ? Lundi soir, c’est accompagnée de ses 23 colistiers (10 femmes et 13 hommes) qu’elle a présenté un programme de 100 propositions pour la future mandature. Un cap fixé « pour donner à Monaco une majorité nouvelle » et « pour changer d’époque politique ». Béatrice Fresko-Rolfo a pris la parole, après trois heures de meeting, devant environ 400 personnes, réunies à l’espace Léo Ferré. « Pour moi, comme pour chacun des candidats Horizon Monaco (HM), on ne le dira jamais assez : c’est Monaco d’abord, Monaco surtout ! », a scandé celle qui affirme diriger « la liste de la vraie vie ». Une liste qu’a décidé de rejoindre dernièrement Maria Dolores Villalonga Otto-Bruc, une ancienne commerçante retraitée de 67 ans. « Cette équipe est le miroir de notre communauté nationale. Comme le miroir, elle réfléchit. Mieux qu’un miroir, elle agit, en tout cas elle est prête à agir. Faites lui confiance, comme vous pourriez vous faire confiance. »

 

« Chaque proposition est en mesure d’être appliquée dans la prochaine mandature », promet Béatrice Fresko-Rolfo

 

100 propositions

A 25 jours de l’élection, la tête de liste HM affiche un optimisme forcené : « Nous allons gagner. » Fresko-Rolfo prône la méthode de « l’écoute active, du dialogue collégial puis de la décision claire, nette, lisible, applicable ». Après le passage au pupitre de tous ses colistiers, elle a égrené la vision « ni utopique ou optionnelle » du Monaco « préservé, prospère et sécurisant » qu’elle voulait pour demain. « Que les Monégasques puissent vivre durablement dans leur pays. Cela pourrait être une évidence dans n’importe quel pays au monde, mais cela ne l’est pas chez nous. » Pour atteindre cet objectif, la liste s’est attachée à présenter quelques mesures qu’elle mettrait en avant avec le Conseil national sous la prochaine mandature. Les 100 propositions seront d’ailleurs envoyées à tous les Monégasques d’ici la fin de semaine par courrier postal. « Chaque proposition est en mesure d’être appliquée dans la prochaine mandature », promet Béatrice Fresko-Rolfo.

Grenelle étatique annuel

Pour accrocher l’électeur, c’est l’acronyme “Smart” pour “spécifique, mesurable, atteignable, réalisable et temps” qui a été lancé par le candidat Criss Roux. « La priorité nationale représente un de nos leitmotivs. Ce n’est ni un diplôme, ni un étendard que l’on agite en haut d’un mat. Nous sommes ici pour essayer de trouver des solutions et une approche nouvelle de ce droit fondamental et constitutionnel », a fait valoir le directeur administratif et financier du Yacht-Club. C’est la jeune Jade Aureglia qui s’est chargée de démontrer le calendrier que se propose de tenir sa liste. « Nous serons votre voix continue auprès du gouvernement. Nous procèderons chaque année à une auto-évaluation de l’ensemble de nos travaux », plaide cette ingénieure territoriale. Elle appelle à un « Grenelle étatique annuel public et obligatoire » responsabilisant « l’ensemble des acteurs de l’Etat, qu’ils soient nommés ou élus ». Ces propositions seront-t-elles mises en place ? Réponse le 11 février prochain.

 

Béatrice Fresko-Rolfo : « Oui, il y aura débat »

La proposition est tombée en plein meeting… La tête de liste de Primo !, Stéphane Valeri, est prêt à débattre avec Béatrice Fresko-Rolfo dans les médias après le dépôt des candidatures, le 26 janvier, et avant l’élection du 11 février. Ce qui laisse peu de temps. « Après une très longue période de constitution d’une liste de 24 candidats, Madame Fresko a réussi, ce 15 janvier, à compléter la liste Horizon Monaco (HM), dont acte. Puisque désormais il existe deux listes complètes en lice pour le scrutin du 11 février prochain, les conditions d’un choix sont donc enfin réunies », considère Primo ! dans un communiqué diffusée à la presse. Ce mouvement politique va même plus loin, en suggérant que celui-ci se déroule « dans des conditions consensuelles partagées par les deux équipes, sous la responsabilité éditoriale de Monaco-Matin » et qui « pourrait, en outre, faire l’objet d’une retransmission télévisée sur Monaco Info et sur les réseaux sociaux ». Dans son discours de fin de meeting, Béatrice Fresko-Rolfo, a répondu à Stéphane Valeri : « Bien entendu, nous fixerons les conditions de ce débat. Mais oui, il y a aura débat. » Il faut rappeler que cette proposition émane en premier lieu de la tête de liste Union Monégasque (UM) Jean-Louis Grinda, qui a réclamé un débat à trois, dès le 16 décembre 2017. Le fait que Stéphane Valeri n’y fasse nullement allusion et ne convie pas Grinda à un potentiel débat, a irrité ce dernier. Mardi 16 janvier, il a fait connaître son mécontentement par communiqué de presse. « Outre le dédain exprimé dans une telle déclaration qui s’affiche après les propos méprisants de son dernier meeting, la position de la tête de liste Primo ! démontre une nouvelle fois son manque de courage évident. Mais également sa capacité toujours plus grande à s’affranchir des règles légales », commente la liste UM. Jean-Louis Grinda rappelle enfin « que trois listes sont engagées dans cette campagne des élections nationales. Un débat sérieux et respectueux des Monégasques ne peut avoir lieu qu’avec ces trois mouvements politiques », estime-t-il pour conclure. Interrogé mardi 16 janvier sur sa proposition de débat à Béatrice Fresko-Rolfo, et seulement elle, Stéphane Valeri a indiqué que, pour l’heure, seules deux listes sont complètes, à 24 candidats : « Il est logique, pour éviter les “fake news” et dans un soucis d’information éclairée des Monégasques, de faire un débat programme contre programme. Je n’exclus pas du tout M. Grinda. Ce n’est pas lui manquer de respect que de constater qu’à ce jour, il n’a que 13 candidats. Si un seul candidat se retire, il ne peut plus se présenter. Nous verrons donc à la date de clôture du dépôt des candidatures. » Selon lui, si UM présentait une liste, il ne faudrait pas organiser un débat à trois, mais à un contre un, soit trois débats. Il faudrait ainsi trois débats, pour éviter, estime Stéphane Valeri, que « tout soit confus et surtout pour que le débat soit équitable. En effet, les deux démarches concurrentes ayant pour but commun de combattre Primo !, il serait déséquilibré de penser à un débat à un contre deux. Il faut donc un ou deux duels. ».

 

Ils ont dit

« Monaco, c’est un espace, une mer, un ciel. Mais sans vous, ce n’est plus qu’un terrain vague. Vous n’êtes pas une minorité, vous êtes une identité. »

Jade Aureglia. Ingénieur territorial.

 

« Je considère que la vie à Monaco n’est pas si infernale. Ne comptez pas sur nous pour noircir le tableau au-delà de la réalité. »

Christian Barilaro. Directeur du Sun Casino, conseiller national HM sortant.

 

« Nous préférons une petite réunion avec des amis, qu’une grande messe avec des clients. »

Christophe Spiliotis. Chef d’entreprise.

 

« Le Conseil national ne devrait plus être considéré par le gouvernement comme un obstacle à franchir ou à contourner. »

Jacques Rit. Chirurgien et conseiller national HM sortant.

 

Santé

Pour la construction d’une maison de retraite

C ’était l’un des temps forts de la soirée. Le passage sur scène d’Elodie Kern de Millo a fait mouche. « Les places existantes en maison de retraite à ce jour ne suffiront pas jusqu’en 2030 », justifie cette mère de famille. Elle propose donc un début de construction, à l’horizon 2025, sur les terrains délaissés après la reconstruction du centre hospitalier Princesse Grace (CHPG). Avant elle, Valérie Laugier, coach en entreprise à la recherche d’un emploi, s’est intéressée longuement à la question du handicap, estimant que l’« on peut nettement mieux faire pour les personnes en situation de handicap. Nous demanderons un fonctionnaire détaché pour s’assurer que les lois sur le handicap soient respectées. » Enfin, Séverine Druenne, pharmacienne, et Katia Gagnol, naturopathe, se sont attachées à promouvoir l’intégration des médecines douces dans le système de santé monégasque « car elles sont complémentaires ».

 

Education

Pour un pôle dédié aux études supérieures et à la formation

Horizon Monaco (HM) prône l’ambition en matière d’éducation. La liste veut mieux accompagner les élèves et faire revenir les jeunes Monégasques qui le désireraient à rentrer dans leur pays. Professeur de physique-chimie, Jean-Christophe Pagès a soutenu l’idée d’une formation en langue anglaise qui mènerait à un bac international. Il insiste aussi pour la création d’un pôle dédié aux études supérieures et à la formation qui aurait pour objectif de suivre, communiquer, développer, orienter et insérer les élèves à Monaco : « L’Etat doit faire de l’éducation une priorité nationale et doit investir massivement pour suivre le train de la mondialisation. » Juste après lui, c’est Véronique Prat, médiatrice familiale, qui a appelé à des moyens humains et financiers plus conséquents en faveur de la médiation familiale. Mais aussi à de nouvelles procédures en termes de médiation scolaire : « Par une communication non violente qui ne laisse personne au bord du chemin. »

 

Environnement

« Pour un bilan écologique de toutes les grandes manifestations »

C’est la « Madame environnement » de la liste Horizon Monaco (HM). Catherine Chailan-Grover a listé les desiderata du groupe politique sur ce sujet central dans cette campagne. En premier lieu, elle réclame « un bilan écologique de toutes les grandes manifestations ». HM souhaite aussi la mise en place d’un affichage de la qualité de l’air et de l’eau potable, ainsi que la publication des résultats de la cellule de veille du chantier de l’extension en mer, « pour connaître la qualité des eaux de baignade, en temps réel ». Cette fonctionnaire souhaiterait aussi la création d’un guide de bonne conduite écologique. Enfin, concernant l’usine d’incinération des déchets, HM souhaite la conserver à Monaco, mais espère « le lancement d’un appel d’offres pour une nouvelle usine de valorisation des déchets à la pointe des technologies environnementales, moins polluante ».

 

Fonction publique

Plus de temps partiel

Sur ce thème, la candidate Odile Frolla, elle-même retraitée de la fonction publique, avait plusieurs propositions à faire pour leur bien-être. D’abord via la création d’un fonds de retraite exclusivement dédié. Mais aussi par le versement d’une prime de fin d’année pour tous les fonctionnaires et agents de l’état, indexée sur les excédents budgétaires. Odile Frolla, 52 ans, demande aussi une réforme du vivier de la fonction publique « afin que les jeunes puissent trouver un poste à leur mesure dès leur entrée dans l’administration ». Enfin, cette ancienne fonctionnaire veut une augmentation du nombre de postes à temps partiel dans l’organigramme de la fonction publique.

 

Commerce

Mise en place d’un contrat dit « capitalisation commerciale »

Ce contrat viserait à valoriser l’activité des commerçants en fonction de leur durée d’exploitation des locaux domaniaux. Il permettrait de bénéficier d’un prix au mètre carré annuel pour les Monégasques qui n’excède pas 50 % de la moyenne des loyers dans le privé, selon les explications de Christophe Spiliotis.

 

Justice

Un fonds d’indemnisation des victimes d’infraction pénale

La plus jeune colistière, Mathilde Bellon-Leclerc, 26 ans, est aussi juriste. Pas étonnant donc qu’elle se soit emparée de certaines questions relatives à la justice. Elle voudrait notamment créer un fonds d’indemnisation des victimes d’infractions pénales : « Notre Principauté n’est dotée d’aucune structure financière, ou de fonds de garantie, qui aurait pour mission l’indemnisation des victimes au titre de la solidarité nationale. Certains viennent de proposer la création d’une commission d’indemnisation des victimes. Mais une telle commission, qui ne pourrait s’appuyer sur un fonds d’indemnisation, n’a pas d’utilité. Les problèmes doivent être abordés dans un ordre logique et de manière responsable. »

 

Logement

Réfléchir à un « Moyen Ida »

Christophe Spiliotis a axé son discours sur le thème du logement. Sa première demande concerne la livraison de 200 logements domaniaux après 2023. Ce chef d’entreprise veut inciter le gouvernement à revoir ses plans concernant le « Très Grand Ida ». Horizon Monaxo (HM) prône un « Moyen Ida » qui permettrait, selon ses calculs, « d’avoir 127 appartements supplémentaires réalisés sur une emprise foncière disponible rapidement ». Christian Barilaro a souligné l’action du groupe HM au Conseil national entre 2013 et 2018 : « Un bilan en la matière inattaquable. » Soit 408 appartements obtenus pendant la mandature 2013-2018, « dont la majorité décidés avant avril 2016 » et 240 qui seront livrés après 2018.

 

journalistAnne-Sophie Fontanet