La campagne électorale
s’invite aux débats

Anne-Sophie Fontanet
-

A deux mois des élections nationales, le vœu du président du Conseil national, Christophe Steiner, de ne parler que du budget n’a pas vraiment été entendu. Les débats ont parfois basculé vers des sujets de campagne. Ambiance.

En pleine campagne électorale et alors que douze conseillers nationaux (1) sont aussi candidats pour la mandature 2018-2023, le budget primitif 2018 prend une tournure d’ultime combat de la législature. Derrière les têtes de liste Jean-Louis Grinda pour Union Monégasque (UM) et Béatrice Fresko-Rolfo pour Horizon Monaco (HM), des soutiens se sont installés dans les tribunes. En face du gouvernement, c’est le leader de Priorité Monaco (Primo !), Stéphane Valeri, avec plusieurs colistiers, qui a pris place dans l’espace dédié au public, les séances étant ouvertes à tous. Malgré le souhait du président du Conseil national Christophe Steiner, les discours de politique générale qui ouvrent traditionnellement les débats ont dérapé vers des sujets de campagne politique en cours. « La tâche d’élu est parfois décriée voir moquée. J’invite nos censeurs professionnels, ceux qui se déchaînent sans limite sur les réseaux sociaux ou dans les dîners en ville, à prendre le risque d’une candidature et à nous montrer ce dont ils sont capables. Curieusement, à ce jour, on compte assez peu de volontaires parmi ceux-là… », a par exemple lancé Jean-Louis Grinda.

Logement et Europe

Son colistier, Bernard Pasquier, n’y va pas par quatre chemin en apostrophant directement les votants : « Monégasques, rendez-vous compte ! Les deux dernières têtes de liste que vous avez élues en 2008 et 2013 ont abandonné le Conseil national en rase campagne. C’est comme cela que l’on vous respecte, vous, les électeurs. Est-il vraiment étonnant que le Conseil national ne soit pas respecté ? Ces deux démissionnaires étaient d’ailleurs alliés en 2013 : qui se ressemble s’assemble, n’est-ce-pas ? » Pas aussi frontalement, l’élu Nouvelle Majorité (NM), Christophe Robino, a ouvert son discours par le logement et l’Europe, sujets phares de la tête de liste qu’il soutient, Stéphane Valeri (lire son interview publiée dans Monaco Hebdo n° 1042) : « La pénurie est là et bien là. Il faut en urgence trouver des solutions pour d’ores et déjà rattraper le retard et, au-delà, prévoir la construction de 100 logements par an pour que cette situation ne se reproduise plus », indique-t-il au sujet du logement des Monégasques. Une estimation qui correspond à ce que propose la liste Primo !.

« Ecouter les Monégasques »

Lorsque Robino s’exprime sur les négociations sur un hypothétique accord d’association entre la Principauté et l’Union européenne (UE), là encore, il reprend les propositions de Primo ! : « Des accords sectoriels auraient sans doute été préférables et restent souhaitables, notamment pour certaines de nos entreprises, même si cela semble heurter le fonctionnement des institutions européennes. Pour autant, je ne pourrai pas accepter la remise en question du critère de nationalité, de la notion de priorité nationale, de la priorité au logement, à l’emploi et à l’installation pour nos compatriotes. » Sa colistière, Nathalie Amoratti-Blanc, insiste pourtant dès sa prise de parole sur la dépolitisation de son discours. « Il ne s’agit pas ici de faire campagne et encore moins de la communication personnelle ». Elle souligne ce qui devrait être mise en place de son point de vue : « faire de la priorité nationale la priorité absolue », par exemple. « J’attendais également des garanties sur la retraite de la fonction publique. J’attendais enfin, et toujours, que la Société des Bains de Mer (SBM) constitue pour le gouvernement une priorité stratégique vu son rôle d’actionnaire majoritaire. Je crois qu’on ne vit pas dans le même monde. On ne lit pas les mêmes journaux. Êtes-vous sûr d’écouter les Monégasques ? Je ne sais pas… », lance-telle au ministre d’Etat, Serge Telle.

Accord des volontés

Enfin, du côté de HM, c’est la tête de liste, Béatrice Fresko-Rolfo, qui a pris la parole la première. Reprenant publiquement à son compte une proposition pour le droit des femmes avec la création d’« un poste dédié qui agirait sur toutes les problématiques liées », qu’elle rappelle avoir appelé de ses voeux « en octobre 2016, reformulée en décembre 2016, [et] restée sans effet, précise cette élue. Cette répétition prouve une solide constance politique de ma part et une inertie continue de la vôtre en la matière ». Durant cette première soirée du 12 décembre 2017, les attaques contre le gouvernement princier étaient à peine voilées. Le récapitulatif de l’élu HM, Jacques Rit, colistier de Béatrice Fresko-Rolfo, peut en sembler la preuve : « Le gouvernement risque, très certainement de manière non consciente, de contribuer à préparer le lit d’un Conseil national qui pourrait abandonner le principe de l’accord des volontés, jugé inefficace, pour le remplacer par un corps à corps des volontés. Et, de cela, mes amis du groupe politique HM et moi-même, nous ne voulons en aucun cas ! ».

 

(1) Liste Union Monégasque (UM) : Jean-Louis Grinda, Jean-François Robillon, Bernard Pasquier, Jean-Charles Allavena et Eric Elena. Liste Horizon Monaco (HM) : Béatrice Fresko-Rolfo, Christian Barilaro, Jacques Rit et Claude Boisson. Liste Priorité Monaco (Primo !) : Nathalie Amoratti-Blanc, Christophe Robino et Daniel Boéri.

journalistAnne-Sophie Fontanet