Sortir de l’isolement par le lien social

Sophie Noachovitch
-

Le Groupe d’Entraide Mutuel Monégasque (Gemm) accueille depuis un an et demi des patients psychiatriques stabilisés. Un refuge pour eux, mais aussi un moyen, encore trop méconnu, de se réinsérer. Une campagne d’information sur le travail de cette association sera lancée du 13 au 26 novembre.

L’un des adhérents du Groupe d’entraide mutuel monégasque (Gemm), émanation d’Amore psy Monaco, dont la vocation est de soutenir les proches des malades psychiatriques, prend des cours de théâtre avec la troupe de théâtre le Florestan. Une autre, passionnée de Scrabble, participe à des tournois. Cela n’a l’air de rien, mais ce n’était pas si simple pour ces deux personnes, atteintes de maladies psychiatriques. « Avant, cette adhérente ne faisait que jouer sur son ordinateur, raconte Anne Toebes, responsable du local, situé au 3 rue Pasteur. Pour nous, il n’était pas question qu’elle s’enferme, sans parler à personne. Alors, un animateur l’a accompagnée au club de Scrabble de Monaco. » Et peu à peu, cette passionnée a surmonté sa peur. Aujourd’hui, elle participe à tous les tournois. Un autre adhérent passionné de cinéma, peut, grâce au Gemm, réaliser des films, où figure l’ensemble des adhérents. La caméra, payée par l’association, est ainsi devenue un outil d’épanouissement pour lui et les autres visiteurs du Gemm.

« Enfermées »

Des exemples qui montrent combien l’accompagnement de ces personnes est important. « Il ne s’agit surtout pas d’une prise en charge médicale, insiste Béatrice Latore, présidente de Gemm. L’association et le local s’adressent à des malades psychiatriques en stabilisation. Il s’agit d’un accueil social, humain, voué à l’aider et à soulager les familles. » La maladie psychiatrique est en effet un choc et un poids pour les familles de ces patients. « À l’adolescence, la maladie se déclare chez l’un de vos enfants. Les parents sont perdus, décrit Béatrice Latore. Il faut soigner l’adolescent au service psychiatrie du centre hospitalier princesse Grace (CHPG). Puis, il est souvent suivi, en soin de jour à l’unité de psychiatrie et de psychologie médicale (UPPM) La Roseraie. Mais lorsqu’ils en sortent, ce sont des personnes qui ne peuvent, bien souvent, pas se débrouiller seules. Et elles ont tendance à rester enfermées chez elles. » C’est ici qu’intervient le Gemm. Le plus souvent, les patients y sont orientés par leur médecin, et l’association n’a pas connaissance de la pathologie dont ils souffrent. De 12h à 18h tous les jours de la semaine, une vingtaine de patients, des adhérents, se rendent au local du Gemm, qui a été entièrement rénové. C’est là que sont proposées une série d’activités : théâtre, réalisation de court-métrage, musique, patisserie, bien-être, coiffure… Au-delà de simples loisirs, le Gemm accompagne aussi ses adhérents vers la réinsertion. Des liens étroits avec la direction de l’action sanitaire (Dasa) et la direction de l’insertion sociale des handicapés, qui prennent en charge les personnes en recherche d’emploi, précise Béatrice Latore. Pour les adhérents, âgés de 25 à 40 ans, il est ainsi possible de retrouver une vie normale.

+ d’infos sur Facebook Gemm d’Amore Psy Monaco, ou sur internet : www.damorepsy.org

Le Gemm se trouve dans l’immeuble Les Caroubiers, 3 avenue Pasteur, à Monaco. Ouverture : tous les jours de 12h à 18h, et le vendredi de 18h à 21h. Tél. 93 25 12 50.

journalistSophie Noachovitch