L’AS Monaco peut-elle
gagner en Turquie ?

Raphaël Brun
-

L’AS Monaco connaît un début de saison délicat en Ligue des Champions. Après un match nul à Leipzig (1-1) le 13 septembre 2017, les Monégasques ont enchaîné par deux défaites : 0-3 à domicile face à Porto le 26 septembre, puis 1-2, toujours au stade Louis II, contre les Turcs de Besiktas, le 17 octobre. Résultat, la qualification pour les huitièmes de finale s’annonce compliquée. Du coup, en tribune, les supporters s’impatientent. Le Club des Supporters de Monaco (CSM) a qualifié le match de certains « joueurs cadres » contre Besiktas de « prestation calamiteuse ». Seul le capitaine de l’ASM, Radamel Falcao est épargné. Estimant que Monaco est pour les jeunes joueurs « tout sauf un club qui sert de tremplin afin d’assouvir des ambitions salariales personnelles que nous jugeons démesurées eu égard à leur talent naissant », le CSM pense que l’été dernier, « au moins trois joueurs majeurs de l’effectif de la saison 2016-2017 sont lâchement partis afin, soi-disant, d’assouvir des ambitions sportives. Alors que nous savons tous pertinemment que c’est juste pour multiplier leur salaire par 3 ou par 4… Certains joueurs qui sont restés semblent errer comme des âmes en peine sur le terrain, alors qu’ils devraient montrer l’exemple aux recrues qui sont arrivées, pour la plupart très jeunes. » Reste le championnat, où l’ASM est second, à 4 point du Paris Saint-Germain (PSG), accroché à Marseille (2-2), le 22 octobre. Samedi 28 octobre, Monaco se rend à Bordeaux (7ème) de Ligue 1 (L1) et doit marquer des points (en direct à 17h, sur Canal+). La veille, le PSG reçoit l’OGC Nice, à 20h45 au Parc des Princes (en direct à 20h45, sur Canal+). Pour la 4ème journée de Ligue des Champions, le 1er novembre, Monaco effectuera ensuite un chaud déplacement en Turquie. Ce sera sur la pelouse du Vodafone Park, le stade du Beskitas, inauguré en avril 2016, qui peut accueillir 41 900 spectateurs. Dernier de son groupe, l’ASM devra réaliser un petit exploit en Turquie pour ne pas dire prématurément au-revoir à la Ligue des Champions. R.B.

journalistRaphaël Brun