Dmitri Rybolovlev inculpé et visé par une nouvelle plainte de Tania Rappo

Raphaël Brun
-

Il s’y attendait lui-même. Le président de l’AS Monaco, Dmitri Rybolovlev, a été mis en examen le 19 octobre 2017 pour complicité d’atteinte à la vie privée. Un énième rebondissement qui intervient dans le cadre de l’affaire d’escroquerie présumée, dont estime avoir été victime le milliardaire russe et actionnaire majoritaire de l’ASM, au profit du marchand d’art suisse, Yves Bouvier. Cette inculpation est à relier à la plainte déposée par Tania Rappo, une proche de la famille Rybolovlev, qui aurait permis de mettre en place les premiers rendez-vous entre le milliardaire russe et Bouvier. Tania Rappo estime avoir été enregistrée en cachette par l’avocate du propriétaire de l’ASM, Me Tetiana Bersheda, avec pour objectif supposé de vouloir piéger Yves Bouvier. Cet été, ce dossier tentaculaire, qui s’étend sur plusieurs pays, a vu les avocats de Bouvier accuser le camp Rybolovlev d’avoir essayé d’influencer les policiers et les magistrats monégasques, suite à des échanges de SMS révélés notamment par nos confrères de Mediapart. La notification faite à Rybolovlev le 19 octobre au matin par le juge Edouard Levrault, devrait être suivie d’une autre convocation, afin d’être entendu sur le fond, cette fois. « Ce jour est marqué par une simple étape procédurale permettant à M. Rybolovlev de bénéficier de droits procéduraux supplémentaires. Aucune atteinte à la vie privée n’a été commise. Et M. Rybolovlev ne peut donc être complice d’une infraction qui n’a pas lieu d’exister », a estimé Me Bersheda, dans un communiqué adressé à Monaco-Matin. Si cette avocate dit ne pas redouter une possible inculpation, elle assure qu’elle est prête à répondre aux questions des juges. Me Bersheda a assuré à Monaco-Matin ne pas avoir fermé ses comptes bancaires à Monaco, pour centraliser ses biens à Londres : « J’ai pris des mesures qui me protégeront de toutes décisions arbitraires et je ferai tout mon possible pour faire en sorte que la loi, et non les manœuvres politiques, l’emporte sur les affaires dans lesquelles je suis impliquée. » Dans la foulée, le 20 octobre, Tania Rappo a déposé une nouvelle plainte pour corruption, trafic d’influence et violation du secret de l’instruction. « Il y a un éventail de qualifications plus important. Par conséquent, le nombre de personnes susceptibles d’être concernées par la plainte est également plus important », a indiqué à l’AFP, son avocat, Me Denis Fayolle. Le 19 septembre 2017, le parquet général de Monaco avait déjà ouvert une plainte contre X pour trafic d’influence. L’ancien directeur des services judiciaires, Philippe Narmino, avait alors été entendu pour une supposée connivence avec Rybolovlev. Narmino n’a pas été inculpé. Ces deux plaintes pourraient être traitées conjointement par la justice monégasque.

journalistRaphaël Brun