Le Sportel surfe sur
la vague du sport-business

Sophie Noachovitch
-

Chaque année, depuis 28 ans, le Grimaldi Forum accueille tous les acteurs du sport-business mondial qui se rencontrent pour mettre au point leur stratégie de l’année à venir.

Publicité, technologie, droits de diffusion, achats, ventes, réglementations sur les droits, marketing. L’ensemble des acteurs du sport business se réuniront du 23 au 26 octobre au Grimaldi Forum dans le cadre de la 28ème édition du Sportel Monaco. « Cela fait bientôt 30 ans que cette manifestation existe et chaque année, elle franchit un certain pallier », se félicite Laurent Puons, directeur du Sportel. Pour preuve, il apporte les chiffres, constamment en progression du nombre de participants. L’an passé, 3 008 personnes se sont rendues sur cet événement et 1 034 entreprises, venues de 80 pays était représentées, faisant du Sportel Monaco, selon Laurent Puons, le plus important événement du sport business dans le monde. Avec près de 200 exposants cette année, le Sportel affiche une progression de 23 % de ses exposants, dont 13 % sont venus l’an dernier en tant que participant.

“Networking”

« Il y a une obligation d’être là, affirme-t-il. C’est le moment clé de la saison. » C’est ici, entre les murs du Grimaldi Forum, que se nouent des rencontres débouchant sur des centaines de contrats, portant parfois sur des dizaines de millions d’euros. Et parfois plus, encore. « En tant qu’organisateurs, on leur permet de se retrouver dans les meilleures conditions possibles », indique le patron du Sportel. En amont, les participants et les exposants utilisent l’outil de “networking”, une sorte d’agenda en ligne, mis à disposition par le Sportel, pour prendre tous les rendez-vous dont ils ont besoin. Chaines de télévision, médias, vendeurs de programmes, boites de sport, entreprises du sport marketing se rencontreront donc pour signer des contrats et prévoir des accords.

Retombées

« Après plus de 25 ans, on peut dire que le sport-business se porte bien. Et surtout, que tous les acteurs de ce secteurs font confiance au Sportel, avance Laurent Puons. Quand on voit que l’achat d’un joueur de football représente des sommes si importantes, c’est qu’il y a un business énorme autour, avec des retombées importantes. » Les enjeux sont en effet de taille. Et les chaines de télévision notamment se disputent l’acquisition des droits de diffusion. Un marché en constante progression, car les moyens de diffusion des événements sportifs évoluent eux aussi. « Les nouveaux médias sont entrés au Sportel. Cela nous a permis de nous développer encore, raconte Puons. J’estime que le marché va subir une influence du digital. D’ailleurs, la venue pour la première fois de Facebook en tant que conférencier l’an dernier n’était pas anodine. Et ce réseau social revient cette année en tant qu’exposant. » Signe que le géant américain saisit bien les retombées que pourrait avoir le sport pour son développement. D’ores et déjà, les “lives Facebook”, cette diffusion en direct de vidéos, fonctionne à plein sur ce réseau social.

Amazon

Ce qui pose bien évidemment des questions en termes de droits de diffusion… « Les chaines traditionnelles achètent les droits du football ou de la boxe. Mais il est fort possible que toutes les plateformes digitales viennent sur le sport-business et deviennent de potentiels concurrents, estime le directeur du Sportel. Nous avons lancé l’an dernier à ce sujet un cycle de conférences sur les droits, le Sportel Law, afin de s’interroger sur ces nouveaux médias. » Encore absents dans le sport, mais potentiellement intéressés, on pourrait également retrouver Amazon, ou même Netflix.

Récompenses

Le Sportel Monaco est aussi l’occasion de mettre en avant les sportifs. Depuis deux ans, Laurent Puons a choisi de donner aux Sportel Awards une dimension plus glamour. D’ailleurs, tapis rouge et cérémonie de remise de prix ressemblent de plus en plus aux remises de récompenses du festival de télévision de Monte-Carlo. Sous la présidence d’honneur du Prince Albert, les podiums d’or récompensent les plus belles images de sport, et le prix du plus bel ouvrage sur un sport ou un sportif. « On récompense le côté émotionnel du sport, détaille Laurent Puons. Il y a peu de choses, même au cinéma ou la télévision, qui génèrent autant d’émotion qu’une rencontre sportive, un but, une réussite. Ce sont des images que nous souhaitons récompenser. »

Accessible

La salle des Princes qui peut accueillir jusqu’à 800 personnes, permet d’accueillir des célébrités du sport. Cette année, on pourra notamment voir le champion d’Europe de gymnastique Samir Aït Saïd, Daniel Narcisse et Thierry Omeyer, champions olympiques de handball. Sans oublier l’ancien entraineur de l’équipe de France de handball, Claude Onesta, ou encore l’ex-footballeur et entraîneur de l’AS Monaco, Marco Simone et même Francesco Toldo, champion du monde de football. Cette soirée est entièrement gratuite (réservation conseillée) et ouverte au public. Une manière de rendre accessible ce monde du sport que chacun peut voir sur son petit (ou grand) écran.

 

Le Sportel s’installe à Singapour et à Miami

En marge du Sportel Monaco, son directeur, Laurent Puons a lancé son Spring Market à Singapour et à Miami une année sur deux. Devant le succès de l’édition 2016 du Spring Market asiatique, il a été décidé de pérenniser, au moins pendant trois ans, le Spring Market à Singapour. « Il y a un potentiel très important en Asie pour le sport-business, explique Puons. Je veux qu’on s’implante de façon plus percutante à Singapour. » De plus, si les représentants des différents tenants du sport-business à travers le monde se déplacent à Monaco pour le Sportel, les Asiatiques ont plus de mal à venir jusqu’en Europe. La volonté de pérenniser le rendez-vous à Miami est identique, avec la création, les 15 et 16 mai 2018 à Miami Beach du Sportel Summit. Le concept est un peu différent, avec l’objectif de réunir les 300 plus grands décideurs du sport-business, « afin de leur offrir l’opportunité de faire du networking ».

 

journalistSophie Noachovitch