Perquisitions, garde à vue : Philippe Narmino dans la tourmente

Anne-Sophie Fontanet
-

L’ex-directeur des services judiciaires de Monaco a été placé en garde à vue vendredi 22 septembre pour des soupçons de trafic d’influence (1). Ressorti libre, Philippe Narmino a vu ses bureaux au tribunal et à la Croix-Rouge, ainsi que son domicile, perquisitionnés.

C’est la suite sans fin d’un dossier judiciaire qui secoue depuis plus de deux ans la Principauté. Un dossier qui oppose Dmitry Rybolovlev, président russe de l’AS Monaco, et Yves Bouvier, marchand d’art suisse. Un conflit commercial qui s’est déplacé sur le terrain de la justice, lorsque le premier a porté plainte contre le second pour escroquerie. Depuis l’été et les révélations de plusieurs journaux français et suisse, l’attention se déporte dorénavant sur l’ex-directeur des services judiciaires, Philippe Narmino (lire notre article publié dans Monaco Hebdo n° 1030). Retraite anticipée ou départ précipité, Narmino aurait quitté officiellement ses fonctions le 23 septembre. La veille, il était entendu dans la plus grande discrétion dans les locaux de la sûreté publique. Un communiqué de presse du parquet général est envoyé aux rédactions ce jour-là, à 18h.

Aucun commentaire

« Le juge d’instruction en charge de la plainte de Mme Rappo pour atteinte à la vie privée a transmis récemment au ministère public des informations pouvant laisser supposer l’existence de possibles atteintes à la probité, commence le procureur général, Jacques Dorémieux. Le parquet général a donc décidé le 19 septembre 2017 l’ouverture d’une information contre X pour trafic d’influence actif et passif ainsi que pour complicité de cette infraction. Ce jour, le juge d’instruction a fait procéder à plusieurs perquisitions en Principauté, dans le cadre de ce dossier. » Très vite, les médias annoncent que Philippe Narmino a été placé en garde à vue. Nice-Matin révèle dès le lendemain qu’après plusieurs heures, il a été relâché, sans inculpation. La machine médiatique s’emballe. Du côté de la Principauté, aucun commentaire officiel. Personne ne communique. Ni le parquet général, ni le cabinet du juge d’instruction, Edouard Levrault.

Rumeurs

Mais sur place, plusieurs perquisitions ont lieu, encore une fois, dans la plus grande discrétion : au bureau de Philippe Narmino, dans l’enceinte du tribunal, mais aussi au 27, boulevard de Suisse dans les locaux de la Croix-Rouge monégasque, qui ne sont pas visés par cette enquête, ainsi qu’à son domicile. Plus précisément dans le bureau de celui qui occupe toujours le poste de vice-président de cette institution caritative. Dans le même temps, Dmitry Rybolovlev sort de son silence pour démentir les informations de L’Equipe et du Journal du Dimanche (JDD) qui l’annonçaient partant du club de football de la Principauté. « A l’heure actuelle, je démens les rumeurs infondées et les fausses allégations autour de mon engagement à la présidence de l’AS Monaco. Mon implication personnelle et notre travail collectif continueront, pour assurer au club les meilleures chances de succès, explique ce milliardaire russe dans un communiqué de presse. Quant aux diversions médiatiques autour de mon nom, il s’agit de pures inventions visant à faire oublier que nous avons dénoncé aux autorités pénales une escroquerie grandiose portant sur près d’un milliard d’euros. L’instruction est toujours en cours et permettra de clarifier la situation réelle sur tous les points. Les manipulations dans les médias pour interférer dans le cours de la justice sont vaines. Je reste confiant dans le travail des juges, qui démontrera le caractère gravissime des infractions dénoncées par nous. »

« Intriguant »

De passage à Nice, lundi 25 septembre, la garde des sceaux française, Nicole Belloubet, a choisi de ne pas se prononcer sur cet épisode de la vie judiciaire monégasque. Sa seule déclaration concerne la nomination des magistrats français en Principauté : « Peut-être devrons-nous mieux canaliser ces nominations qui se font au fil de l’eau au cours de l’année. Il faut sans doute que nous revoyions ces procédures. C’est un débat qui arrivera à bon terme. » Une chose est sûre, les médias devraient continuer de parler longtemps de cette affaire, et ce, quelle qu’en soit l’issue. Ce jeudi, le journaliste du JDD, Renaud Revel, publie d’ailleurs une enquête de 18 mois sur le président de l’AS Monaco (2). « Renaud Revel livre ici une enquête minutieuse sur un homme aussi insaisissable qu’intriguant. Ressources minières, œuvres d’art, club de foot, investissements immobiliers, activités bancaires, finance internationale et bien sûr diplomatie… “Rybo” est sur tous les fronts, à tel point qu’une simple de ses décisions est capable à tout moment de bouleverser l’ordre international… », promet son éditeur First. À suivre…

 

(1) Toutes les personnes et les entités citées dans cet article sont présumées innocentes jusqu’à leur jugement définitif.
(2) Le mystérieux Monsieur Rybolovlev. Enquête sur l’oligarque le plus puissant du monde de Renaud Revel (First Editions), 304 pages, 16,95 euros.

journalistAnne-Sophie Fontanet