Tourisme : « Un été très satisfaisant »

Sophie Noachovitch
-

Le tourisme en Principauté a été marqué par une belle affluence du public et un retour des Russes qui avaient délaissé le Rocher depuis trois ans. Premier bilan.

« Août devrait avoir été absolument exceptionnel. Tous les hôteliers et restaurateurs affirment que c’est leur plus gros mois. » Si Guillaume Rose, directeur du tourisme monégasque emploie le conditionnel, c’est parce que les chiffres n’étaient pas encore définitifs à l’heure où nous bouclions ces pages, le 5 septembre. Cependant, les hôtels de la Principauté — références en matière de nombre et d’origine des touristes puisqu’ils demandent la pièce d’identité de leurs clients — s’attendent à un remplissage de leurs 2 500 chambres au-delà des 85 % sur l’ensemble du mois d’août. Il se situait à 78,72 % en juillet. Un taux d’occupation exceptionnel si l’on prend en compte que la plupart des hôtels ont augmenté leurs prix de 1,5 %, en moyenne. « En théorie, cette hausse aurait dû faire baisser l’affluence. Mais, au contraire, la fréquentation a augmenté », insiste Guillaume Rose. Ainsi, l’effet post-attentat de la promenade des Anglais quelque peu redouté n’a pas eu lieu à Monaco. « L’an dernier, le mois d’août avait été dur avec de très nombreuses annulations », se souvient le directeur du tourisme.

Retour

L’été 2017 a, au contraire, clairement bénéficié du temps catastrophique qui a traversé la France pendant deux mois. Les vacanciers se sont rabattus sur la côte d’Azur, y compris Monaco. « Les hôtels de la Société des bains de mer (SBM), hors l’hôtel de Paris toujours en phase de rénovation, ont annoncé un record en ce mois d’août par rapport à l’année dernière. La saison est bonne », affirme-t-on au service communication de la SBM. Les Français restent les premiers à se rendre en Principauté et ce, toute l’année, attirés également par les congrès (150 000 nuitées en 2016). En deuxième position, les Anglais demeurent les premiers étrangers amoureux de l’été monégasque et devraient comptabiliser près de 115 000 nuitées sur le Rocher sur l’ensemble de 2017, contre 112 000 en 2016. En deuxième position, on note un retour des Italiens, qui avaient quelque peu boudé la Principauté ces dernières années (107 000 nuitées en 2016). De retour également, les Russes. Chassés par un rouble en perte de vitesse, ils avaient renoncé depuis trois ans à leurs vacances azuréennes. « Cette années, ils devraient être 58 000 sur l’ensemble de l’année, contre 46 000 l’an passé retrouvant le nombre d’il y a trois ans, souligne Guillaume Rose. Le mois de juillet a vu une augmentation de 15 % du nombre de Russes. Cette nationalité est très intéressante pour nous, tout comme les Africains du Sud, parce que c’est celle qui reste le plus longtemps, avec 4 nuitées en moyenne, contre 2,45 sur l’ensemble des touristes. » Les Américains sont en 4ème position, avec 76 000 nuitées en 2016.

Scandinaves

Nouveauté cette année, l’arrivée importante de la population scandinave probablement attirée par les prix attractifs des vols proposés par les compagnies aériennes. Ainsi, les Suédois, avec 8 000 nuitées, se trouvent en 16ème position des nationalités visitant Monaco, puis viennent les Norvégiens en 25ème et les Danois en 30ème position.

Hits

Quant aux lieux chouchous des touristes à Monaco, « il y a trois gros hits », insiste Guillaume Rose. Le Grill, situé en haut de l’hôtel de Paris, a été « un hit absolu » de l’été, avec son nouveau look et sa vue imprenable sur la Principauté. Viennent ensuite le Jimmy’z, qui a lui aussi fait peau neuve et a rouvert ses portes le 29 juin, et le Nicky Beach. La SBM confirme de très bons chiffres pour le Grill et le Jimmy’z pour cet été. « Le Métropole a aussi eu un été très bon, avec une augmentation de 30 % de son chiffre d’affaires à chaque ouverture le dimanche », précise le directeur du tourisme monégasque.

Visites

Les touristes ont également donné la part belle aux musées et expositions de la Principauté cumulant près de 150 000 entrées en juillet (Grimaldi Forum, musée océanographique, Jardin exotique, Nouveau Musée National de Monaco (NMNM), musée des timbres et des monnaies (Lire notre encadré, par ailleurs). Quant au budget moyen, il est difficile à déterminer à Monaco, tant la diversité des profils des touristes est vaste. A noter que les croisiéristes dépensent de 48 à 640 euros lors d’une halte en Principauté. Quant aux autres, tout dépend évidemment de la durée de leur séjour et de leurs possibilités.

Eté indien

Mais l’été n’est pas vraiment terminé à Monaco. « Les professionnels du tourisme s’attendent à un mois de septembre et d’octobre excellents, précise Guillaume Rose. Ils ont déjà un taux de réservation supérieur à l’année dernière. » Ici, ce n’est pas le tourisme individuel qui tient le haut du pavé, mais le tourisme d’affaires. Congrès des assureurs, Yacht Show font partie des événements qui devraient drainer du monde en Principauté et dans ses établissements. La saison s’offre ainsi un bel été indien.

 

journalistSophie Noachovitch