Horizon Monaco dénonce « une absence de contrepoids politique »

Sabrina Bonarrigo
-

Lors d’un point presse le 20 juillet, le groupe Horizon Monaco a dénoncé « l’absentéisme record » des élus en commission et estimé que le Conseil national « ne joue plus son rôle ».

La campagne électorale n’a pas officiellement commencé… mais les tensions politiques sont déjà très vives. Lors d’un point presse, le leader d’Horizon Monaco (HM), Laurent Nouvion, a lâché les coups. « Nous assistons à une fin de législature crépusculaire », a estimé l’ancien-président du Conseil national. « Absentéisme record » des élus en commission, « absence complète » de prise de position, de suivi des dossiers, et « de contrepoids » politique… Pour Laurent Nouvion, le Conseil national est devenu « un service du gouvernement » et une institution qui « ne joue plus son rôle » depuis de nombreux mois. « On l’a vu sur l’usine d’incinération, Apolline, le port de Vintimille et d’autres sujets… Les élus de l’assemblage majoritaire sont démobilisés ! » Ce qui pique au vif HM, c’est aussi la « boulimie législative » de la Nouvelle majorité (NM). Et surtout, le fait que les élus NM s’accaparent avec une certaine « mauvaise foi » un travail effectué et initié par l’ensemble des élus depuis plusieurs années : « Devons-nous rappeler que la majorité de ces textes de loi ont commencé à être étudiés du temps où Laurent Nouvion était président ? C’est l’aboutissement d’un long travail ! C’est grâce à l’ensemble des élus qui ont travaillé dessus depuis 4 ans ! », a rappelé le conseiller national HM, Claude Boisson.

« Ce n’est pas sain »

Mais à quelques mois des élections, un texte cristallise tout particulièrement les tensions. Celui sur le financement des campagnes électorales (lire Monaco Hebdo n° 1025). Pour le groupe HM, ce projet de loi doit absolument être voté et pouvoir s’appliquer dès les prochaines élections de février 2018. « S’il y a une volonté politique, c’est encore possible ! Mais y a-t-il une volonté politique ? », se demandent les élus HM. Selon eux, limiter les dépenses de campagne est désormais indispensable. Plus question de dépenser des sommes folles. « Des campagnes électorales qui coûtent 700 000 à 800 000 euros dans une petite communauté comme Monaco, sur trois mois et demi, ce n’est pas sain, poursuit Laurent Nouvion. Nous n’avons pas besoin de dépenser 700 000 euros pour faire de la communication et enrichir des communicants qui, en plus, sont mauvais et qui sont en général des mercenaires ! » HM se dit aussi favorable à ce que les dépenses de campagne soient entièrement prises en charge par l’Etat. Ce que le gouvernement ne verrait pas d’un très bon œil… « Plus l’Etat financera la campagne électorale avec des deniers publics, moins on aura d’invités mystères et de personnes qui voudront influencer les candidats ou interférer dans les affaires politiques de Monaco. » Autre avantage : le remboursement intégral des frais de campagne permettrait aux Monégasques moins aisés et qui souhaitent s’investir dans la vie publique, de pouvoir se présenter : « N’importe quel Monégasque, quelles que soient ses conditions de revenus, pourrait s’investir dans la vie du pays », souligne l’élu HM, Christian Barilaro.

 

Apolline : « Un cataclysme pour notre petite communauté »

Lors d’une conférence de presse le 20 juillet, les élus Horizon Monaco (HM) ont longuement évoqué la crise sanitaire aux Jardins d’Apolline. « Nous sommes extrêmement préoccupés. En particulier pour les familles qui ont des enfants en bas âge. C’est une urgence absolue », a indiqué Laurent Nouvion. Pour ces conseillers nationaux, ce dossier est tout bonnement « un cataclysme pour la petite communauté de Monaco. Cela concerne pratiquement 1 Monégasque sur 10 ». Sur les solutions avancées par l’association des résidents (voir notre article par ailleurs), HM estime qu’il « ne faut faire l’économie d’aucun débat et d’aucune solution possible ». Y compris, piocher dans les appartements du privé. Ces élus demandent néanmoins à avoir des informations très précises sur le déroulé des travaux et sur les appartements qui seront réquisitionnés : « On nous pose beaucoup de questions. Il faut que l’on puisse y répondre. Il n’y a rien de pire dans une petite communauté comme la nôtre que de donner des informations incomplètes, ou pire, erronées. Il nous faut des informations précises chaque semaine ! » HM demande également à ce que les Monégasques qui ont des problèmes de logement hors Apolline ne soient pas oubliés. « Il ne faudrait pas que la commission d’attribution de L’Engelin commence à semer les ferments d’une espèce de guerre civile et prenne une tournure électoraliste, prévient Laurent Nouvion. On le sait, les commissions d’attribution dans les trois ou quatre ans qui viennent seront perturbées. Mais je ne jette la pierre à personne. C’est un dossier très complexe. » S.B.

« Pénurie d’emplois » dans le public pour les jeunes actifs ?

Albert Croési, qui a récemment hérité du dossier Apolline, sera-t-il remplacé à la cellule de veille pour la priorité nationale (CVPN) ? C’est en tout cas le souhait des élus Horizon Monaco (HM) qui ont demandé au président du Conseil national Christophe Steiner de faire le nécessaire pour que le fauteuil laissé vacant soit remplacé. Selon HM, cette structure aura à l’avenir une lourde tâche : aider les jeunes actifs monégasques à intégrer des emplois dans le secteur privé. La Société des Bains de Mer (SBM), la fonction publique et les autres structures qui dépendent directement et indirectement de l’Etat, n’offriraient en effet plus du tout les mêmes débouchés qu’autrefois. « Dans les 15 ou 20 prochaines années, il va y avoir pénurie d’emplois, ou en tout cas un changement de nature des postes offerts à nos compatriotes », a alerté Laurent Nouvion. S.B.

Enfants du pays : une proposition de loi qui ne sert « à rien » ?

Les élus Horizon Monaco (HM) regrettent que certains textes législatifs soient tombés aux oubliettes. En particulier, le projet de loi sur le statut des fonctionnaires… Quant à la récente proposition de loi sur les enfants du pays portée par l’élu Nouvelle Majorité (NM) Jean-Charles Allavena, elle est, selon Laurent Nouvion, tout bonnement inutile : « C’est un texte Canada dry. Ça ou rien, c’est à peu près pareil… ». S.B.

 

journalistSabrina Bonarrigo