Théâtre Princesse Grace
Entre acteurs de renom et grands textes

Anne-Sophie Fontanet
-

Fanny Ardant, Pierre Arditi, Laëtitia Casta ou encore Kad Merad sont les têtes d’affiche de la programmation du théâtre Princesse Grace. Vingt-huit spectacles rythmeront cette saison 2017-2018.

Théâtre d’auteur, de rire, de questionnement, aussi bien que de création. La saison 2017-2018 concoctée par le théâtre Princesse Grace (TPG) se tourne vers un théâtre d’auteur et de qualité. « La programmation répond parfaitement au cahier des charges. À savoir, un théâtre pour passer un bon moment qui ne laisse de côté aucune expression de cet art-là », promet Jean-Charles Curau, directeur des affaires culturelles. « Le trait commun pour moi, c’est la recherche de qualité. Le public répond à chaque fois présent à cette programmation exigeante », s’est réjoui pour sa part Patrice Cellario, conseiller-ministre de gouvernement pour l’Intérieur. Mardi 20 juin, c’est devant de nombreux habitués du TPG que l’équipe du théâtre a dévoilé sa nouvelle saison. Elle débutera le mardi 26 septembre avec Pierre Arditi et Daniel Russo dans L’être ou pas, neuf petites scènes entre deux voisins qui se croisent dans la cage d’escalier de leur immeuble. Justesse, humanité et simplicité sont les trois mots qui caractérisent la pièce, selon Françoise Gamerdinger, la directrice adjointe des affaires culturelles. Produite par Laurent Ruquier et Jean-Marc Dumontet, et mise en scène par Charles Torjdman, le TPG mise sur l’humour pour attirer le public.

TPG-saison-2017-2018a-VIC15021802-Retouche-@-Pascal-Victor

L’être ou pas © Photo Bernard Richebé

TPG-saison-2017-2018-HOTEL-DES-DEUX-MONDES-@-F.-RAPPENEAU-29-HD-tous-droits-cedes

Hôtel des deux mondes © Photo Rappeneau – tous droits cédés.

“Seul en scène”

La particularité de cette saison repose aussi sur la multiplication des “Seul en scène”. Des performances plébiscitées depuis plusieurs mois dans les théâtres parisiens. Raison qui justifie pleinement la venue de plusieurs acteurs de renom à Monaco, estime Françoise Gamerdinger. Ainsi, le 24 octobre, c’est un Jacques Weber « émouvant » que les spectateurs découvriront dans La Dernière Bande, de Samuel Beckett. Une heure « intense » mise en scène par Peter Stein. On attend aussi la prestation scénique d’Alexandre Brasseur le 23 novembre, qui joue dans les pas de son grand-père, Pierre Brasseur (1905-1972). Le comédien de 46 ans fera revivre l’histoire extraordinaire d’un de ces films Les Enfants du paradis sorti en 1945. « Sourire et émotion en perspective », prévient la directrice adjointe. Enfin, on remarque aussi la venue le 14 décembre de Patrick Timsit dans un rôle inattendu, lui aussi seul sur scène. Il présente l’adaptation théâtrale du Livre de ma mère d’Albert Cohen publié en 1954. « Sa lecture dresse un portrait touchant et pathétique d’une mère déracinée qui ne vit que pour son fils. C’est un rôle à contre-emploi pour Timsit, qui est parfait dans l’émotion. »

TPG-saison-2017-2018-patricktimsit3HD_gvidal

Patrick Timsit © Photo G. Vidal

Valeurs sûres

De nombreuses célébrités fouleront à nouveau les planches du TPG mais aussi celles du Grimaldi Forum pour trois soirées spéciales permettant l’accueil de plus de spectateurs. Le 27 octobre pour débuter avec Croque-Monsieur, une « savoureuse comédie » interprétée par Fanny Ardant, « éternelle séductrice », et Bernard Menez. Puis le 3 février 2018 avec Peau de vache qui bénéficie de la prestation de l’actrice — « déchaînée et déjantée » — Chantal Ladesou. Enfin, la dernière soirée sera consacrée le 24 février 2018 à Acting. Une pièce réunissant trois stars du cinéma : Niels Arestrup, Kad Merad et Patrick Bosso. La scène se transforme en cellule de prison où cohabitent trois détenus. « Trois amis dans la vie qui se retrouvent sur scène », complète Françoise Gamerdinger. L’année sera ponctuée de moments de théâtre prestigieux avec la venue de valeurs sûres comme Laëtitia Casta, dans Scènes de la vie conjugale, Zabou Breitman dans La Compagnie des spectres, Philippe Lellouche dans Le Temps qui reste, Pascal Elbé accompagné d’Aure Atika dans L’éveil du chameau, Macha Méril et Nathalie Dessay dans La Légende d’une vie ou encore Michel Jonasz dans Les fantômes de la rue Papillon.

TPG-saison-2017-2018-Photo-11-Edmond-@-Alejandro-Guerrero

Edmond © Photo RaAlejandro Guerrero.

TPG-saison-2017-2018-The-picture-of-Dorian-Gray-03-12-2015_1609

The picture of Dorian Gray © Photo DR

Classique

Comme à son habitude, le TPG ne s’éloigne pas des grands classiques. Cette année, rendez-vous sera déjà donné le 15 mars avec Le médecin malgré lui de Molière par la troupe du Grenier de Babouchka. Les 18 et 19 avril, deux représentations d’Edmond seront jouées à Monaco. Une « ode à la création » et une « folle aventure » en 80 tableaux « qui s’enchaînent », présente Françoise Gamerdinger. L’histoire d’Edmond Rostand pendant son écriture du chef d’œuvre Cyrano de Bergerac. Pièce récompensée par cinq Molières en 2017 dont celui du meilleur spectacle de théâtre privé. Cette production du théâtre du Palais-Royal sera scénographiée par Juliette Azzopardi. Pour terminer, la TPG propose le 8 mai 2018 une pièce en langue anglaise The picture of Dorian Gray d’Oscar Wilde, jouée l’an passé en français et à destination du public anglophone. A ces 28 spectacles s’ajoutent les traditionnelles rencontres de bord de scène où spectateurs et comédiens peuvent échanger. « Le théâtre, comme tous les arts du spectacle, est une expérience partagée, faite de découvertes, de surprises, de plaisirs, de rires et de questionnements. Le temps de la représentation est une parenthèse unique, déconnectée du quotidien et pourtant si proche des émotions qui animent nos vies », assure la Princesse Stéphanie, qui assure la présidence du TPG. Aux spectateurs de s’en faire une idée !

+ d’infos : L’intégralité du programme est à retrouver sur www.tpgmonaco.mc. Location ouverte du lundi au vendredi de 9h30 à 13h et de 14h à 17h. + 377 93 25 32 27.

journalistAnne-Sophie Fontanet