MonacoTech accueillera une vingtaine de start-ups

Sabrina Bonarrigo
-

L’incubateur-accélérateur d’entreprises, MonacoTech, ouvrira ses portes à Fontvieille dès cet automne. Cette structure destinée à aider les start-ups innovantes, s’étendra sur une surface de 820 m2, accueillera 60 bureaux, un espace de coworking, ainsi que deux “Fab labs” (1). À terme, une vingtaine de jeunes entreprises cohabiteront dans cet espace de travail dirigé par Fabrice Marquet Actuellement, les huit membres du jury sont en pleine phase de sélection des projets. Au total, 67 candidats ont postulé, 10 d’entre eux ont été auditionnés, et sur ces 10 projets présentés, au moins 5 devraient être retenus. « Un deuxième appel à candidatures ouvrira fin juillet pour de nouvelles auditions dès septembre, afin d’accueillir, à terme, une vingtaine d’entreprises », précise le gouvernement. Cofondé par l’Etat monégasque, l’entrepreneur Xavier Niel et l’opérateur Monaco Telecom, Monaco Tech espère dénicher des jeunes entreprises dynamiques essentiellement dans trois secteurs : la finance (FinTech), la santé (HealthTech) et l’écologie (CleanTech) : « Aujourd’hui, l’innovation est un facteur-clé de croissance. En France, Xavier Niel a créé Station F, le plus grand incubateur de France et d’Europe. À Monaco, on ne pouvait pas rester en marge », a expliqué sur Monaco Info André Saint-Mleux, membre du jury. Installé dans le 8ème arrondissement de Paris dans la Halle Freyssinet, Station F s’étend sur 34 000 mètres carrés et accueillera 1 000 start-ups. L’ambition de Monaco Tech est bien sûr beaucoup plus modeste : « La structure monégasque pourra héberger jusqu’à 80 personnes. Une extension sera sans doute possible », poursuit André Saint-Mleux. Sur le site monacotech.mc, on peut d’ores et déjà avoir une idée des tarifs qui seront appliqués : pour les start-ups en pleine création (partie incubateur) un bureau de travail est proposé à 150 euros par mois. Pour les start-ups déjà existantes (partie accélérateur) et qui souhaitent étoffer leur présence à l’international et stimuler leur croissance, un poste de travail à 300 euros par mois est proposé. À l’image des projets sélectionnés, la composition du jury est elle aussi très éclectique, avec à la fois des investisseurs, des représentants de grands groupes, mais aussi des créateurs de start-ups. On y trouve l’élu de la Nouvelle Majorité (NM), Thierry Crovetto, Nicolas Brunel, directeur des investissements du groupe LVMH, Antoine Grimaud, co-founder de la société PayPlug, ou encore François-Xavier Leclerc, membre de la direction de l’expansion économique.

(1) Un Fab Lab (contraction de l’anglais “fabrication laboratory”, c’est-à-dire laboratoire de fabrication) est un lieu où toutes sortes d’outils, notamment des machines-outils pilotées par ordinateur, pour la conception et la réalisation d’objets, sont mis à la disposition.

journalistSabrina Bonarrigo