Jardins d’Apolline
10 millions débloqués par l’Etat

Anne-Sophie Fontanet
-

Victimes d’une crise sanitaire sans précédent, les habitants des Jardins d’Apolline bénéficieront du soutien du gouvernement princier. Dix millions d’euros de provision ont d’ores et déjà été débloqués sur le budget de l’Etat.

Le sujet risque d’occuper le gouvernement pendant de longs mois encore. Quinze jours après la découverte de taux anormalement élevés de fer dans le réseau de distribution d’eau des quatre blocs de la résidence domaniale Les Jardins d’Apolline (lire Monaco Hebdo n° 1020), les mesures se succèdent pour venir en aide aux habitants. « Cette situation va bouleverser la vie des personnes concernées pendant longtemps encore, concède le ministre d’Etat, Serge Telle. Ils ne sont responsables de rien. Ce qui leur arrive est exorbitant. » Aussi inédit qu’imprévisible, l’état des canalisations de ces bâtiments livrés en 2013, et qui ont coûté près de 170 millions d’euros, est jugé catastrophique. « Nous sommes passés d’une situation de sinistre à une crise sanitaire », assume le ministre d’Etat, qui a réuni la presse le 29 juin dernier. Une incompatibilité de matériaux pourrait expliquer ce désastre qui touche de 50 à 100 appartements dans cette résidence qui en comporte 237 au total.

Assignation

Dorénavant, il est recommandé à tous les habitants, en plus de ne pas boire d’eau du robinet ou de faire cuire des aliments, de ne pas prendre de bain ou de ne pas utiliser l’eau pour se laver les dents. « Dans une autre série de prélèvements, une forme de contamination bactériologique est apparue. De plus, les travaux continus sur les canalisations vont entraîner des “relargages” de matières et/ou de métaux. Il est recommandé d’utiliser de l’eau qui coule, plutôt que de l’eau en suspension », détaille Jean Castellini, conseiller-ministre de gouvernement à l’économie et aux finances. « La dimension sanitaire imprévue a remis en cause ce que nous étions en train de traiter », ajoute le ministre d’Etat, Serge Telle, tout en annonçant officiellement qu’Albert Croési sera chargé, au nom de l’Etat, de s’occuper individuellement de chaque famille. « Il faut mettre en place une méthode de travail particulière. Toutes les demandes seront traitées. » Dans le même temps, une assignation générale en justice sera lancée dans les prochains jours par l’avocat parisien, conseil de l’Etat dans les opérations immobilières, Me Yvon Goutal.

10 millions

« Nous devons établir la réalité de ce qui s’est passé ainsi que les responsabilités. Et assigner les bonnes personnes », justifie Serge Telle. Car le coût des mesures d’urgence puis de long-terme vont coûter très cher à Monaco. Dix millions d’euros ont été provisionnés sur le budget de l’Etat pour faire face aux travaux, aux besoins de relogement et au manque à gagner pour l’Etat avec la gratuité pour trois mois des loyers des résidents. « On va avancer cet argent. Avec le Conseil national, ce budget sera voté en priorité. » Il y a quelques jours, tous les intervenants du chantier d’Apolline ont été convoqués au ministère d’Etat. « Le ministre d’Etat s’est montré extrêmement ferme avec les personnes assignées. Elles savent très directement ce qui va leur arriver. On s’entoure des meilleurs cabinets d’avocat en contentieux », promet Robert Colle, secrétaire général du ministère d’Etat.

Préemption ?

Les deux promoteurs en charge de la construction des bâtiments sont aussi en contact avec l’Etat monégasque. « Ils savent que c’est catastrophique pour leur image. Ils étaient tout à fait d’accord pour l’assignation. Tous les matériaux utilisés avaient été certifiés conformes, mais ça n’a pas marché. Et ils sont tout autant inquiets que nous », développe Telle. Concernant l’aménagement de la plomberie, c’est l’entreprise monégasque « favorablement connue » Squarelectric qui avait été choisie. « Les promoteurs avaient l’obligation légale de faire travailler 55 % d’entreprises monégasques », rappelle le gouvernement princier. Dernière préoccupation d’importance : la question du relogement. « On souhaite éviter un impact trop important sur les personnes en attente de logement », met en avant Serge Telle. Le prochain comité d’attribution de logements domaniaux début 2018 sera-t-il affecté ? « Si besoin, on préemptera au minimum l’Engelin. Nous allons demander la compréhension et la solidarité des Monégasques en dernier recours. On va faire de la micro-chirurgie sur cette question. Et tout regarder dans le secteur libre ou au niveau des caisses sociales », insiste-t-il. La tâche semble immense.

La Principauté, Macron-compatible ?

Interrogé pour la première fois sur l’élection d’Emmanuel Macron à la tête de la présidence de la République française, le ministre d’Etat a affiché une mine franchement réjouie. « C’est bien pour Monaco, car cette équipe nous est très favorable. Emmanuel Macron a une vision très pragmatique des dossiers », assure un Serge Telle « très satisfait ». « Monaco est capable d’aider la France dans ses relations, et inversement. Tout cela se présente sous les meilleurs auspices. » De là à envisager une prochaine visite officielle d’Emmanuel Macron en Principauté ? Une hypothèse à prévoir probablement dans les mois qui viennent. Une partie du gouvernement princier se rendra déjà le 13 juillet à Paris pour procéder à des accords de coopération sanitaire et de sécurité « qui sont notre quotidien », relate le ministre Telle. A.-S.F.

En bref

« L’état de Michel Roger est stable »

Robert Colle. Le secrétaire général du gouvernement, Robert Colle, a livré quelques nouvelles de l’ancien ministre d’Etat de la Principauté, Michel Roger, victime en décembre 2015 d’un grave accident vasculaire cérébral : « On ne l’oublie pas. Son état est stable. Il y a des attaches de travail et humaines indéniables. »

« Il n’y a pas d’incompatibilité. Ça ne pose aucun problème au gouvernement »

Serge Telle. Interrogé sur une possible candidature de Stéphane Valeri aux élections nationales de 2018, le ministre d’Etat Serge Telle n’a opposé aucune objection. « S’il devait être élu, on travaillerait avec lui sans problème. Il sera au moins conscient de ce que c’est de faire et ce que c’est de parler. » Pour rappel, Stéphane Valeri a occupé pendant sept ans le poste de conseiller-ministre de gouvernement pour les Affaires sociales et la Santé. Il a quitté ses fonctions le 31 mai.

Aucun projet de loi avant les élections de 2018

Mercredi 28 juin, les conseillers nationaux ont voté en faveur d’une proposition de loi sur les incompatibilités et inégibilités au Conseil national sur les élections nationales et communales (lire notre article dans ce numéro). « Il y a un besoin très juste. C’est au gouvernement de prendre la responsabilité de l’ajuster à une réalité raisonnable », a réagit le ministre d’Etat, Serge Telle. Il a prévenu qu’aucun projet de loi ne sera déposé avant les élections nationales de 2018.

« Le texte est très imparfait »

Jean Castellini. Lors de cette même séance législative, le 28 juin, les conseillers nationaux ont approuvé, à la majorité, la proposition de loi relative à la protection des lanceurs d’alerte. S’il considère l’idée intéressante car « dans l’air du temps », le conseiller de gouvernement aux finances et à l’économie, Jean Castellini, pense que des modifications substantielles devront être apportées au texte initial porté par l’élu Nouvelle Majorité (NM), Thierry Crovetto. « Nous sommes beaucoup dans l’écoute. On intègre, on s’informe et on voit au-delà du texte quels sont les objectifs recherchés et les contraintes qui s’imposent pour que la protection juridique soit réelle. »

 

journalistAnne-Sophie Fontanet