Extension en mer : trois associations réclament une concertation publique

Raphaël Brun
-

L’association pour la sauvegarde de la nature et des sites de Roquebrune-Cap-Martin, Menton et environs (Aspona), le Groupe Interdisciplinaire de Réflexion sur les traversées sud alpines et l’aménagement du territoire Maralpin (Gir Maralpin) et le Groupement des Associations de Défense des Sites de l’Environnement de la Côte d’Azur (Gadseca) réclament l’ouverture d’une concertation publique autour de l’extension en mer monégasque. Objectif : définir les « risques encourus sur le territoire français terrestre et maritime, ainsi que la mise en place de garanties pour limiter les nuisances du chantier » expliquent ces trois associations dans un communiqué. Tout en réclamant un accès à l’étude préalable d’impact sur l’environnement « pour mesurer les conséquences du chantier et ses nuisances sur la totalité de la baie qui s’étend jusqu’au Cap-Martin, notamment sur les herbiers de posidonie ». Ces associations souhaitent aussi être tenues informées du dispositif mis en place pour limiter au maximum les risques écologiques liés à ce chantier.

journalistRaphaël Brun