Un cuisinier de 30 ans
poignardé à mort

Anne-Sophie Fontanet
-

Le corps sans vie du chef du Pulcinella, rue du Portier, a été retrouvé vendredi en fin d’après-midi dans la cuisine de ce restaurant. Cet Italien de 30 ans, présentait de multiples plaies par objet contondant. Son meurtrier présumé, un collègue, s’est dénoncé à Bordighera, en Italie.

Un déchaînement de violences. Vendredi 24 février, les cuisines du restaurant italien le Pulcinella, dans le quartier du Larvotto, ont été le théâtre d’un affrontement mortel. C’est là, vers 18h, que le corps sans vie du chef cuisinier de cet établissement tranquille de la Principauté a été retrouvé par un de ses collègues avant le service du soir. La victime italienne, A.F. née en 1986 en Sicile, vivait dans le centre-ville de Menton. Son meurtrier présumé a le même âge et réside depuis de nombreuses années sur la côte ligure, à Bordighera. Sur le lieu du crime, mais aussi aux alentours, les policiers de la sûreté publique ont procédé dans la nuit de vendredi à samedi aux premières constations. Des traces de sang menant jusqu’au parc de stationnement des deux-roues à l’extérieur du restaurant ont été observées. Probablement laissées par l’assassin présumé lors de sa fuite ? On ne sait pas encore combien de coups de couteau l’homme a reçu. « Le premier examen du corps montre un certain nombre de plaies. Une autopsie est prévue dans les prochains jours », explique Hervé Poinot, procureur adjoint de Monaco.

Bagarre

Durant cette même soirée, les policiers italiens ont interpellé un homme, R.N., né en Albanie, mais de nationalité italienne. Le voyant déambuler confus dans les rues de Bordighera, les habits tâchés de sang et avec une plaie au bras, il a été arrêté. Très vite, il a avoué. « J’ai fait une chose grave dans un restaurant de Monaco. Je me suis bagarré avec un homme et maintenant je ne sais pas s’il est vivant ou mort » a rapporté la presse italienne. Toujours selon les médias italiens, R.N. aurait expliqué avoir asséné des coups de couteau à son collègue lors d’une querelle, sans expliquer la raison de cette altercation. Sans avertir les secours, il serait reparti sur son scooter vers Bordighera, où il habite. Ce sont les seules informations délivrées par cet homme, employé de salle au Pulcinella, avant son placement en détention, à Imperia.

« Inculpation »

Aucune date n’a encore été avancée pour son extradition vers la Principauté, l’Italie n’extradant que rarement ses ressortissants. R. N. sera t-il jugé à Monaco ? Rien n’est moins sûr. « Une information judiciaire contre une personne dénommée R.N. a été ouverte à Monaco dimanche. Un magistrat instructeur chapeaute le dossier. Il fera parvenir en direction de l’Italie une commission rogatoire internationale pour obtenir un certain nombre d’éléments. Le prochain acte judiciaire à Monaco ne pourra pas être autre chose qu’une inculpation », explique Hervé Poinot. D’autre part, une enquête judiciaire a également été ouverte par le parquet d’Imperia. A Monaco et en Italie, les investigations se poursuivent. Les enquêteurs monégasques procèdent notamment à des auditions de l’environnement personnel et professionnel de la victime et de son meurtrier supposé. Des analyses sont aussi conduites, notamment sur un couteau retrouvé à côté du corps de la victime, et qui aurait servi à le poignarder à plusieurs reprises.

 

journalistAnne-Sophie Fontanet