51 956 salariés à Monaco en 2015

Sabrina Bonarrigo
-

Début février, le gouvernement a publié un baromètre des politiques publiques. Objectif affiché de cette étude : « mesurer l’efficacité des actions entreprises » par l’Etat, aussi bien au niveau économique, social, sécuritaire, qu’environnemental. Pour mesurer le dynamisme économique de la Principauté, l’étude s’est notamment penchée sur le nombre de salariés employés à la fois dans le secteur public et dans le secteur privé à Monaco. Il s’élève au total à 51 956 en 2015, contre 52 239 en 2014. « Au mois de décembre 2015, on constate une diminution du nombre de salariés (public et privé) de 0,54 % par rapport à l’année précédente, conséquence directe de plusieurs plans de licenciements collectifs conjoncturels », précise cette étude. Parmi les autres indicateurs mentionnés dans l’étude figure l’espérance de vie des Monégasques qui ne cesse de progresser au fil des ans : « De 84,69 ans en 2012, elle augmente de 3,5 jours en 2013, puis de 3 mois en 2014 et de 15 jours en 2015 pour atteindre 85 ans, indique le baromètre. A titre de comparaison, l’espérance de vie moyenne d’un Européen en 2012 s’élevait environ à 80,3 ans (hommes et femmes confondus). Soit 4,3 années de moins qu’en Principauté. »

Nombre-de-salaries-a-Monaco Population-residente-a-Monaco

Selon ce baromètre, ces bons chiffres s’expliqueraient par « l’excellence » du système de santé à Monaco, et la « politique d’accompagnement des personnes âgées ». A noter d’ailleurs qu’en 2015, le budget consacré à la santé est de 77,77 millions d’euros, (soit 6,8 % du budget de l’Etat) contre 67,89 millions d’euros en 2014. Comme le dévoile la sûreté publique chaque année, le baromètre confirme que la délinquance générale à Monaco a régulièrement diminué sur ces cinq dernières années (- 21 % sur cette période) et que la Principauté compte 1 policier pour 81,3 habitants. L’étude dresse également un état des lieux de la participation électorale. En 2015, 60,6 % des électeurs inscrits sur les listes électorales se sont déplacés pour le renouvellement du conseil communal. Soit une progression de 6 points par rapport à la précédente élection de 2011. A noter que ce taux avait atteint la barre des 63 % en 1991. Quant à l’élection nationale de 2013, la participation s’élevait à 74,5 %. Un taux légèrement en retrait par rapport à 2008 (76,9 %).

journalistSabrina Bonarrigo