Attentat à la pudeur sur mineur : un an de prison ferme

Anne-Sophie Fontanet
-

Un Monégasque de 33 ans vient d’être condamné par le tribunal criminel à un an de prison ferme pour atteinte à la pudeur sur ses deux cousines âgées de 10 et 12 ans. Pendant trois jours, il a dû expliquer à l’audience présidée par Virginie Zand pourquoi il avait pratiqué baisers sur la bouche et caresses intimes sur les cuisses, fesses, sexes ou poitrines des deux fillettes alors endormies. Les débats ont permis de révéler l’environnement familial particulier et très libéré au niveau sexuel du prévenu. On rappelle que ce trentenaire voit des prostituées et fait plusieurs voyages en Thaïlande. Face à ses juges, l’homme a une nouvelle fois tout reconnu. Dénoncé le 2 février 2015, il sera arrêté le 10 septembre, incarcéré puis libéré le 23 février 2016. Me Hervé Campana porte la voix des victimes. Il demande une « décision juste pour reprendre confiance en elles et dans la société » et évalue le traumatisme à 20 000 euros chacune. Le tribunal en allouera la moitié. En la matière, la peine maximale encourue par le code pénal monégasque est de 10 ans d’emprisonnement. Le substitut du procureur, Cyrielle Colle, n’en exigera que deux. Me Frank Michel, pour la défense, mettra en avant la repentance de son client qui s’est astreint à une démarche de soins volontaires. En insistant sur les consultations régulières de son client avec un psychiatre et une récidive « improbable sans aucune tendance à la pédophilie », l’avocat monégasque a réussi à obtenir une peine très clémente. Reconnu coupable, le prévenu est retourné en prison. Mais en comptabilisant les six mois de détention préventive déjà effectués et les éventuelles remises de peine, il pourrait n’y rester que trois mois.

journalistAnne-Sophie Fontanet