L’ancien directeur d’école télécharge 11 fichiers pédopornographiques

Anne-Sophie Fontanet
-

Onze fichiers mettant en scène de jeunes enfants ont été retrouvés par la police sur l’ordinateur portable d’un retraité de l’Education nationale. Cet ancien directeur d’école les avait téléchargés depuis son domicile du Jardin Exotique entre le 20 et le 22 mars 2015. Le 12 avril, alertés par une application qui traque la cybercriminalité, les policiers monégasques remontent jusqu’au prévenu. Il est interpellé le 22 septembre, puis reconnaît en garde à vue avoir téléchargé ces fichiers pour son compte personnel, une fois à Monaco et deux fois en France. L’épilogue de cette délicate affaire de mœurs s’est jouée mardi 7 février lors de sa comparution devant le tribunal correctionnel de Monaco. A l’audience, interrogé par le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle sur son objectif, il avance plusieurs éléments. « Je consultais pour entamer une démarche scientifique. Je me sentais investi d’une mission : préparer une thèse sur la sécurité des enfants et leur évolution… Mais je ne prenais pas de plaisir. » Ce serait donc uniquement la curiosité qui aurait guidé l’ex-enseignant ? « Vous avez été responsable d’un établissement scolaire. Vous faisiez tout en cachette. Dans quel but avez-vous continué ? Pour déboucher sur quelles intentions ? » insiste le président du tribunal. « Je voulais savoir comment et pourquoi les enfants étaient exploités de cette manière. » Des explications peu convaincantes pour le substitut du procureur Alexia Brianti. « Pas la peine de visionner 21 fichiers pour saisir l’horreur de l’exploitation sexuelle des enfants. Il faut une peine adapté : deux ans de prison avec sursis. » L’avocat du prévenu, Me Christophe Ballerio, tente d’amoindrir le choc : « Sa curiosité est malsaine, mais il faisait des recherches précises. Il a tout arrêté depuis deux ans. Alors la peine est disproportionnée. » Le sexagénaire est finalement condamné à 18 mois de prison avec sursis et la confiscation de son matériel informatique.

journalistAnne-Sophie Fontanet