Le joaillier se balade
avec de la cocaïne

Anne-Sophie Fontanet
-

Un Franco-Tunisien de 34 ans vient d’être condamné en son absence pour détention de stupéfiants. Le 9 août, il crée du trouble dans le bar d’un hôtel du Larvotto. La police intervient et remarque chez l’homme, joaillier de profession, tous les signes de l’ivresse. « Il a été placé en cellule de dégrisement, car il présentait un taux de 0,79 g/l de sang et était agressif » souligne le substitut du procureur Alexia Brianti. Surprise, lors de la fouille réglementaire : deux pochons, dont l’un des deux vide, sont trouvés sur lui. En tout, 0,47 grammes de cocaïne. « Il explique avoir passé la soirée au Sass Café où la drogue lui aurait été remise gratuitement. Il a assuré n’avoir rien consommé » précise, pendant l’audience du 7 février, le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle. Entendu par la police française, ce trentenaire résidant dans le 16ème arrondissement de Paris donne une version surprenante. Ce n’est pas lui qu’on aurait arrêté à Monaco ! « Il conteste son implication et dit que sa carte d’identité avait été volée un an plus tôt. Mais il ne justifie en rien cette soi-disant usurpation d’identité », rapporte Alexia Brianti. Le prévenu sera finalement reconnu coupable et condamné à 15 jours de prison avec sursis.

journalistAnne-Sophie Fontanet