Serge Telle : « Je ne vois pas de priorité à réformer l’article 6 »

Sabrina Bonarrigo
-

Le ministre d’Etat Serge Telle était l’invité de l’émission Dimanche en politique le 22 janvier sur France 3. L’occasion d’aborder quelques grands sujets d’actualité qui touchent la Principauté, notamment les négociations avec l’Union européenne (UE), la transparence fiscale, l’extension en mer ou encore les problèmes de mobilité qui touchent les milliers de salariés qui viennent travailler chaque jour à Monaco. Le ministre d’Etat a notamment indiqué qu’« augmenter la cadence des trains » était une priorité. « Nous sommes en discussion avec le président de la région Paca, Christian Estrosi, mais aussi avec la SNCF pour voir comment améliorer cette desserte. Rappelons que la gare de Monaco accueille chaque année plus de 6 millions de voyageurs, contre 2 millions en 1998. En 18 ans, le nombre de voyageurs a donc augmenté de 300 % », a-t-il indiqué avant d’assurer que la Principauté étudiait aussi toutes les pistes pour soulager les routes et éviter « la thrombose » du matin et du soir. « Le télétravail est une solution. Mais le problème est global. Cela passe par le rail, les déplacements par la mer, le téléphérique urbain, comme ce qui a été fait à Grenoble, à Brest et à Toulon. On envisage toutes les possibilités », a précisé Serge Telle, avant d’écarter toutefois un projet : le téléphérique entre Monaco et la Turbie. « Il n’est pas étudié pour l’instant », a assuré le ministre d’Etat. Interrogé sur les grèves interprofessionnelles qui ont eu lieu à Monaco, et plus particulièrement sur le licenciement sans motif, le ministre d’Etat a, là aussi, pris position : « L’article 6 n’est pas une arme contre les salariés. Ce qui est une arme pour les salariés, c’est le développement économique de Monaco et de sa région qui permet de créer des emplois. Je ne vois pas de priorité à réformer l’article 6. » Le ministre d’Etat a également évoqué les accords sur la transparence fiscale signés par Monaco. Lors de son avènement le 12 juillet 2005, le prince avait déclaré que « argent et vertu doivent se conjuguer en permanence ». « J’étais sur la place du palais ce jour-là. J’ai entendu cette phrase absolument fondatrice des engagements que le prince a pris à l’égard de Monaco et du monde entier. Et cet engagement est toujours en cours », a conclu Serge Telle.

journalistSabrina Bonarrigo