Albert II : « Je souhaite une sérénité retrouvée au CHPG »

Sabrina Bonarrigo
-

C’est une année 2016 intense et très mouvementée qu’a traversée le centre hospitalier princesse Grace (CHPG). « Il ne faut pas s’en cacher. Nous avons eu quelques difficultés », a reconnu sur Monaco Info, le directeur du CHPG, Patrick Bini, lors des vœux adressés au personnel. Le premier fait marquant fut le piratage informatique en juin dernier. Les données personnelles de plus de 2 400 salariés ont été envoyées par mail à près de 500 destinataires basés à Monaco et dans la région. Ce fut ensuite la guerre interne au sein du service d’urologie entre l’ancien chef de service et son adjoint — les docteurs Baumert et Ortega — qui ont marqué les esprits : « La succession du chef de service d’urologie a effectivement été difficile. Mais c’est du passé. Une nouvelle équipe s’est constituée et va aller de l’avant (1) », a nuancé Patrick Bini. Quant au piratage informatique qui a « beaucoup ennuyé le personnel » reconnaît le directeur, « là encore, grâce à la sûreté publique, l’auteur a été confondu et devrait passer au tribunal dans les prochains mois ». Également présent sur les lieux, le prince Albert a profité de ces vœux pour adresser un message à l’ensemble du personnel : « Je sais que des tensions sont apparues l’année dernière qui sont en voie de s’apaiser. Je souhaite une sérénité retrouvée et que l’ensemble des personnes concernées s’y emploient », a insisté le chef d’État. Tout en rappelant que « l’intérêt général » doit prévaloir, tout comme « le bien-être » des patients. Si le CHPG a connu des épisodes critiques, il a également pu mettre en place plusieurs projets. Entre autres : la continuation des travaux aux soins palliatifs et au cap Fleuri, l’inauguration d’une nouvelle crèche ainsi que d’un nouvel accélérateur de particules pour le traitement des cancers. Sans oublier un « projet social » pour le personnel : à savoir l’adoption de référentiels de rémunération monégasques. « L’ensemble des échelles de rétribution du personnel a été adopté sur des bases qui nous sont propres en veillant à conserver au bénéfice des salariés un différentiel favorable par rapport au pays voisin », a indiqué le prince Albert dans son discours, tout en précisant en revanche que Monaco doit préparer « plus activement l’inéluctable basculement » à la tarification à l’activité. « Il ne faut pas entretenir l’illusion : la T2A est incompatible avec les modes de gestion du passé. Elle suppose une évolution fondamentale du CHPG. » A noter enfin qu’avec plus de 2 700 salariés, le CHPG est — avec ses autres composantes à savoir A Qietüdine, le Cap Fleuri et le Centre Rainier III — l’un des employeurs les plus importants de Principauté.

(1) Le docteur Hervé Quintens occupe le poste de chef de service d’urologie depuis le 1er janvier 2017.

journalistSabrina Bonarrigo