« Le Conseil national ne joue plus son rôle de contre-pouvoir »

Sabrina Bonarrigo
-

Lors de ses vœux à la presse, le groupe Horizon Monaco a accusé la nouvelle majorité portée par le président Christophe Steiner de faire de la « désinformation » et d’avoir évité les débats lors des budgets.

Pas besoin d’être Madame Irma pour le deviner… L’ambiance au Conseil national sera assurément électrique jusqu’aux élections nationales de 2018. Lors de ses vœux à la presse, le groupe Horizon Monaco (HM) est d’ailleurs passé à l’offensive en accusant le président Christophe Steiner et ses troupes de faire de la « désinformation auprès du public ». Motif de leur colère : depuis le 27 avril (date à laquelle Laurent Nouvion a été évincé de son fauteuil de président du Conseil national) la nouvelle majorité met régulièrement en avant son bilan législatif. A savoir 21 textes votés en 8 mois. Mais pour les élus HM, la nouvelle majorité « s’accapare » avec « mauvaise foi » un travail effectué et initié par l’ensemble des élus depuis plusieurs années : « Dire que le Conseil national s’est mis à travailler uniquement depuis le 27 avril, comme si nous n’avions rien fait avant, est inadmissible. C’est de la désinformation auprès du public. C’est de l’intox. De la manipulation de la réalité ! », peste Claude Boisson.

« Respect »

Même amertume chez Alain Ficini. Cet élu rappelle que sur la vingtaine de lois votées depuis le 27 avril, sept concernent des ratifications (1) et deux sont des lois budgétaires. « Le président Nouvion aurait donc été aussi efficace. C’était une nécessité d’Etat », souligne Claude Boisson. Quant aux autres lois votées — notamment le bail à usage de bureaux, l’art dentaire, le télétravail ou encore le multi-family office — les élus HM le rappellent : le travail sur ces textes a commencé bien avant que Christophe Steiner arrive aux commandes. « Si la majorité, dans sa grande sagesse, avait annoncé qu’elle avait poursuivi dans la continuité les travaux déjà entrepris, aujourd’hui, nous serions solidaires… Nous revendiquons donc le respect du travail que nous avons fait ! », insiste Claude Boisson.

« Hippie »

C’est ensuite la “méthode Steiner” qui s’est attirée les foudres des élus HM. « Ce que l’on observe n’est pas vraiment le message “hippie, power flower” des débuts, lance Laurent Nouvion. Christophe Steiner se revendiquait le président de tous. Il disait que sa porte était ouverte et qu’il aimait tout le monde. Il ne faut pas prendre les gens pour des imbéciles… Devons-nous rappeler son extrême courtoisie à l’égard d’un certain nombre d’élus en séance publique ! Cette espèce de propagande est démasquée. » Un président qui, selon HM, a été trop effacé durant les dernières séances budgétaires et n’a pas du tout joué son rôle : « Nous avons posé de très nombreuses questions lors des débats, mais nous n’avons jamais eu de réponses », s’insurge Alain Ficini. Laurent Nouvion est encore plus direct : « Le siège de président du Conseil national oblige à être dans une démarche œcuménique. C’est-à-dire à reprendre les questions qui sont posées par l’ensemble des élus — même ceux qui n’appartiennent pas à votre groupe — et à demander au gouvernement d’y répondre. C’est le boulot quand on est au perchoir ! C’est cela le rôle d’un président. Mettre le gouvernement devant ses responsabilités. Or le Conseil national ne joue plus son rôle. Ce n’est plus un contre-pouvoir institutionnel ! » Le groupe HM a aussi annoncé qu’il reprendrait « prochainement » les réunions de quartiers. Tout en assurant que ce n’est pas dans une « démarche de campagne électorale »… Côté législatif, pour mieux protéger et conserver les terrains publics qui se raréfient au fil des années, le groupe HM va déposer dans quelques semaines une proposition de loi sur la désaffectation du domaine privé de l’Etat.

(1) Dont 5 ratifications fiscales et la COP21.

 

Union européenne

« On nous demande d’être rassurés, mais nous sommes très inquiets »

Contrairement à la nouvelle majorité qui se dit prudente mais plutôt confiante sur la tournure que prennent les négociations entre Monaco et Bruxelles, chez Horizon Monaco (HM), c’est tout l’inverse : « On nous demande d’être rassurés. Mais nous sommes très inquiets sur l’issue de ces négociations, sur la situation interne de l’Union européenne (UE), sur les désordres politiques avec le Brexit et ses conséquences », explique Laurent Nouvion. L’ex-président du Conseil national estime que les conseillers nationaux ne sont pas assez informés « des discussions, des points d’achoppement, et des points d’accord », qui se nouent entre la délégation européenne et la délégation monégasque. Pour le prouver, Laurent Nouvion livre un exemple très factuel des comptes rendus auxquels les élus assistent : « La réunion dure un peu plus d’une heure. On nous donne un document écrit de 7 ou 8 pages sur les négociations en cours, qu’il faut lire en même temps que l’on nous parle. Ce document nous est ensuite retiré ! Pourquoi ? On a peur de quoi ? De qui ? C’est très symptomatique de la façon dont nous sommes considérés : un alibi ! » Le groupe HM regrette aussi que le Conseil national n’ait pas mandaté son propre cabinet d’experts et de lobbyistes à Bruxelles pour suivre ces négociations. « La nouvelle majorité n’a pas donné suite à cette demande », indique Laurent Nouvion. S.B.

 

Les petites phrases

« Dix élus sur 24 ont voté contre le budget primitif. C’est l’un des budgets les plus mal votés depuis 15 ans ».

Laurent Nouvion. Élu HM.

« J’ai vécu pendant longtemps dans le chloroforme politique. A présent, je suis guéri de cette schizophrénie politique consensuelle qui consiste à dire que ça ne va pas… tout en votant ensuite en faveur du budget. »

Claude Boisson. Élu HM (qui a voté contre le dernier budget primitif 2017).

journalistSabrina Bonarrigo