Guillaume Pepy :
« La qualité n’est pas suffisante »

Sabrina Bonarrigo
-

Guillaume Pepy, président du directoire de la SNCF, était à Monaco le 13 janvier, pour une réunion de travail avec plusieurs ministres-conseillers du gouvernement. L’occasion de dresser un diagnostic de la ligne Mandelieu-Vintimille que plusieurs dizaines de milliers de voyageurs et de pendulaires utilisent chaque jour. « La qualité n’est pas suffisante, a reconnu au micro de Monaco Info Guillaume Pepy. Il faut d’abord améliorer les voies. Nous avons déjà commencé le travail, mais cela prend du temps car nous opérons uniquement de nuit. Au niveau des horaires, nous avons observé quelques ratés que l’on va corriger dès le mois de février. Nous tâcherons également de supprimer le moins de trains possible, même s’il y a parfois des suicides, des difficultés avec les migrants ou encore des problèmes climatiques. Il faut enfin penser au renouvellement des matériels. Nous y travaillons avec le président de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur (Paca) Christian Estrosi. » De son côté, le gouvernement monégasque a confirmé sa participation financière à plusieurs projets en lien avec la SNCF. Notamment l’allongement des quais de Nice Riquier de 190 m à 220 mètres. Objectif : pouvoir accueillir les nouvelles rames Régio2N. Monaco met aussi la main à la poche — à hauteur de 714 250 euros précisément — pour financer une partie des études destinées à améliorer la régularité, la fiabilité ou encore la vitesse de la ligne Mandelieu-Vintimille. Rappelons que la gare de Monaco accueille chaque année plus de 6 millions de voyageurs, contre 2,3 millions en 1998. Soit trois fois plus. En termes de fréquentation, la gare monégasque est la deuxième gare de la Côte d’Azur après Nice (7 millions). L’arrêt Monaco – Monte-Carlo est desservie par 102 trains par jour.

journalistSabrina Bonarrigo