Artistes et animaux en piste

Sabrina Bonarrigo
-

C’est parti pour le Festival international du cirque de Monte-Carlo. Du 19 au 29 janvier, plus de 100 artistes originaires de 16 pays dévoileront leurs numéros sur la piste de Fontvieille. Par Sabrina Bonarrigo

Si de plus en plus de pays et de communes françaises interdisent totalement ou partiellement la présence d’animaux dans les cirques (1), à Monaco, la question ne se pose manifestement pas… Malgré les violentes critiques de plusieurs associations de protection animale à l’encontre du festival monégasque, le comité d’organisation a toujours assumé de faire des félins, des éléphants et autres chevaux, des éléments-clés du spectacle. Preuve que cette 41ème édition ne déroge pas à la règle, l’affiche officielle montre un tigre qui feule et un lion qui rugit… Le message est donc clair. Une fois encore, le festival international de Monte-Carlo fera le plein d’animaux de toutes sortes. Y compris les plus exotiques. Les dresseurs allemands du cirque Charles Knie par exemple mettront en scène cinq chameaux, six lamas, deux watusis aux cornes géantes, quatre zèbres, un zébu, un boeuf hongrois, deux chevaux andalous et… même, pour la première fois sur la piste de Fontvieille, un kangourou. Plus traditionnel, les frères russes, Askold et Edgar Zapachny, présenteront un numéro mixte de quatorze tigres et lions. Lauréats de nombreux festivals et directeurs du Grand cirque d’Etat de Moscou, ces deux frères sont de véritables stars dans leur pays, et apparaissent aussi dans de nombreux shows télévisés. Autre grande famille du cirque à l’affiche cette année : les Frank-Kröplin, originaires d’Allemagne. Cette troupe présentera deux numéros d’éléphants et d’otaries de Patagonie.

Festival-international-du-cirque-de-Monte-Carlo-@-Monte-Carlo-Festivals-Andrea-Giaci-FN-76

© Photo Monte-Carlo Festivals Andrea Giaci

Festival-international-du-cirque-de-Monte-Carlo-@-Monte-Carlo-Festivals-Andrea-Giaci-19-051-9392

© Photo Monte-Carlo Festivals Andrea Giaci

40 000 spectateurs

Avec en moyenne « 40 000 spectateurs » qui se rendent chaque année au chapiteau et « des millions de téléspectateurs à travers le monde » qui regardent ce festival à la télévision, pas question de décevoir le public (2). Sur ces 10 jours de compétition, le comité d’organisation a donc convié au total plus de 100 artistes originaires de 16 pays. Avec comme chaque année, plusieurs nouveautés. Parmi elles : la troupe russe Skokov qui présentera un numéro de balançoires exécuté uniquement par huit jeunes femmes. « Une première dans l’histoire du cirque », assurent les organisateurs. Pour la première fois également, le chapiteau monégasque accueillera « deux grandes roues de la mort » placées au-dessus de la piste, et tournant sur un même axe en sens inverse. Roues sur lesquelles quatre artistes de la troupe colombienne Gerlings multiplieront les acrobaties. Qui dit cirque traditionnel, dit, bien sûr numéro de contorsion. Sauf que cette fois-ci — et c’est une première à Monaco — c’est une artiste originaire d’Ethiopie, Rich Metiku, qui jouera « la femme élastique ».

Festival-international-du-cirque-de-Monte-Carlo-@-Monte-Carlo-Festivals-Andrea-Giaci-FN-9

© Photo Monte-Carlo Festivals Andrea Giaci

Festival-international-du-cirque-de-Monte-Carlo-@-Monte-Carlo-Festivals-Andrea-Giaci-14-049-9

© Photo Monte-Carlo Festivals Andrea Giaci

Rire

La 41ème édition laissera aussi une large place au rire, avec notamment Tom et Pepe, un duo américano-portugais de clowns, travaillant ensemble depuis plus de 10 ans. La magie sera aussi au programme avec Otto Wessely. Ce Viennois qui a obtenu le titre de champion du monde de magie comique dans les années 80, a fait sa réputation dans tous les plus grands cabarets du monde. Notamment au Crazy Horse. Il participera pour la première fois de sa vie à un spectacle de cirque. Du rire encore, et des acrobaties toujours, avec le duo Wolf. Originaires de République tchèque, ces deux frères voltigeurs qui sont d’abord des cascadeurs très doués, tenteront des équilibres improbables sur une chaise et sur une table, avec une succession de fausses chutes.

Honorifique

Comme à chaque édition, le jury, présidé par la princesse Stéphanie, aura la charge d’attribuer les clowns d’or, d’argent et de bronze. Ces prix avaient été imaginés dès la création du festival en 1974 par le prince Rainier III. « Ils représentent la plus haute distinction dans le monde du cirque, assurent les organisateurs. C’est la marque de fabrique du festival ». Si les artistes primés ne gagnent pas de somme d’argent, ces titres honorifiques représentent en revanche un gros coup de pouce à leur carrière. Si vous êtes un amoureux inconditionnel des arts de la piste, vous pourrez jouer les prolongations avec le festival New Generation qui aura lieu les 4 et 5 février 2017, toujours sous le chapiteau de Fontvieille. Une compétition où de très jeunes artistes âgés de 10 à 20 ans se produisent et se confrontent pour décrocher le Junior d’or, d’argent ou de bronze.

 

(1) À ce jour, 23 pays ont interdit les animaux dans les cirques : l’Autriche, la Belgique, la Bolivie, la Bulgarie, Chypre, le Costa Rica, la Croatie, le Danemark, la Finlande, la Grèce, la Hongrie, l’Inde, Israël, la Lettonie, le Liban, Malte, le Mexique, les Pays-Bas, le Pérou, le Portugal, Singapour, la Slovénie et la Suède.
(2) Chiffres communiqués par les organisateurs.

 

41ème Festival international du cirque de Monte-Carlo au chapiteau de Fontvieille.

Du 19 au 29 janvier. Réservations et renseignements : Internet : www.montecarlofestival.mc ou

téléphone : +377 92 05 23 45. Sur place au guichet

du chapiteau : de 10h à 13h et de 14h à 18.

Tarifs : de 20 à 190 euros selon les jours et les catégories. Loges du 25 au 29 janvier : entre 120 et 150 euros la place. Enfants jusqu’à 12 ans : tarif unique de 10 euros dans les gradins.

6ème Festival New Generation.

Samedi 4 février à 14h30 et 19h00 et dimanche 5 février à 15h00. Tarifs : adultes de 20 à 45 euros. Enfants de moins de 12 ans : de 7,50 à 20 euros.

journalistSabrina Bonarrigo