TMC « vidée de sa substance monégasque » ?

Aymeric Brégoin
-

 

Samedi 19 novembre, la chaîne TMC n’a pas diffusé la fête du prince en direct. Une absence qui a peiné plusieurs élus du Conseil national, alors que le gouvernement cherche pourtant à développer l’image de Monaco à l’étranger.

« Cette année, les téléspectateurs ont été privés de la retransmission de la fête nationale sur TMC », s’est ému le conseiller national de la nouvelle majorité, Jean-Michel Cucchi lors de la séance du budget primitif 2017, du mardi 13 décembre. « TMC ne relaie plus le contenu de la Principauté, car il y a eu un changement d’actionnaire », présume cet élu, qui rappelle que la télévision est le média le plus accessible du grand public. « Nous avons reçu des appels de Paris, de personnalités attachées à la Principauté, étonnées que ce se soit pas transmis », confirme le président du Conseil national, Christophe Steiner. Et ce, malgré la retransmission en direct et en intégralité en ligne sur Monaco Channel. « Le premier signe que vous donnez, c’est de vider TMC de toute sa substance monégasque », déplore Jean-Michel Cucchi à l’attention du ministre d’État, Serge Telle. « Elle ne revendique plus aucune connotation monégasque hormis son nom ! », tance pour sa part Jean-Charles Allavena. Sur la fête du Prince, il y a eu un « couac », reconnaît Serge Telle. « Un technicien de TMC a oublié d’appuyer sur un bouton. »

Couac ou choix ?

Pour compenser, le ministre d’État souligne que l’évènement a été décliné deux jours de suite en sujets de vingt minutes, « plus exportables que les cinq heures de la fête où vous décrochez ». Et cela avec une audience d’un demi-million de personnes, sans compter « la remarquable couverture » faite sur les réseaux sociaux. « Je préfère une erreur technique au choix de ne pas diffuser, tempère Jean-Michel Cucchi. Des élus se sont battus pour maintenir cette spécificité monégasque sur TMC. » Pourtant, le 18 décembre, veille de la fête nationale monégasque, la programmation de TMC annonçait la série Les Mystères de l’amour en lieu et place de la cérémonie monégasque. Contactée par un utilisateur déçu, la chaîne a répondu « avoir fait le choix de ne pas retransmettre cette cérémonie cette année. TMC est une chaîne appartenant désormais à 100 % au groupe TF1, ce qui n’empêche pas son attachement à la communauté monégasque, puisqu’il existe toujours de nombreux sujets ou programmes en lien avec Monaco. »

« Parler de Monaco différemment »

Claude Boisson le reconnaît. Dès son arrivée, Serge Telle a initié « une nouvelle forme de communication ». Or cet élu Horizon Monaco (HM) « attend toujours de voir sur les ondes des reportages qui vendent la Principauté », et que celui qui les voit « ait envie d’y venir, d’y habiter, d’acheter, de créer une société ». Un souci d’attractivité de la destination Monaco par l’image bien présent dans l’esprit du ministre d’État, qui a fait de la séparation de l’information publique et de la communication de l’État une de ses premières mesures. Pour y parvenir, une enveloppe de cinq millions d’euros est inscrite au budget primitif 2017. « Nous sommes partis d’un constat : nous sommes les mieux placés pour parler de nous. C’est un rayonnement à organiser, à structurer, à diffuser. On a le même intérêt supérieur de parler de Monaco différemment. Laissez-nous du temps ! », a plaidé Serge Telle.

Coups de com’

• 2,5 millions d’euros, c’est le coût des nouveaux partenariats avec les clubs de foot et de basket. « Une excellente décision » pour le président du Conseil national Christophe Steiner, qui salue « l’engouement populaire » lors de victoires de ces clubs, qui signent des résultats remarquables depuis le début de saison. Ce qui n’était pas le cas il y a un an. « Je suis étonné que l’année dernière, dans cet hémicycle, on tirait à boulets rouges sur l’ASM. Essayons de pérenniser l’institution et le lien qu’elle peut apporter, et assumons quelques mauvais résultats », a estimé l’élu de la nouvelle majorité Jean-Charles Allavena.
• L’élu Horizon Monaco (HM) Christian Barilaro avait demandé, en séance législative du 29 octobre, à ce que les débats du Conseil national soient traduits en langue des signes. Sur Instagram, Monaco Info a diffusé une photo du tournage d’un journal télévisé signé. « J’espère que ce premier pas pourra en engendrer d’autres », s’est-il félicité.

 

journalistAymeric Brégoin