Xavier Niel, versant caché

Raphaël Brun
-

S’il n’est pas simple de percer à jour la personnalité de Xavier Niel ou les moments les plus secrets de sa vie, les journalistes Solveig Godeluck et Emmanuel Paquette révèlent dans leur livre quelques informations inédites.

Xavier Niel, la voie du pirate raconte Xavier Niel et dévoile des épisodes de sa vie restés jusqu’alors assez mystérieux. Si on connaissait déjà les débuts de ce chef d’entreprise dans le minitel rose ou sa passion pour les visites des catacombes de Paris dans laquelle il emmène même certains de ses invités professionnels, il reste encore beaucoup de zones d’ombre. Dans leur livre (1), Solveig Godeluck et Emmanuel Paquette multiplient les anecdotes puisées dans la centaine d’interviews qu’ils ont pu boucler en un an de travail. Des interviews avec Niel lui-même, mais aussi avec son père et avec sa sœur. Les deux journalistes évoquent notamment le très discret couple formé par cet autodidacte avec Delphine Arnault, la fille du patron de LVMH, troisième fortune de France d’après le classement de nos confrères de Capital. Godeluck et Paquette racontent comment Bernard Arnault s’est laissé séduire par son gendre, qui lui aurait même donné quelques tuyaux pour investir à bon escient dans le secteur des nouvelles technologies. Arnault et Niel se sont aussi associés pour s’offrir l’ex-préfecture de la Seine, située sur le boulevard Morland à Paris pour 300 millions d’euros, avec trois ans de travaux à la clé. Objectif : créer des commerces et des appartements.

« Eclair »

Si Niel n’a pas pu boucler le rachat de T-Mobile aux Etats-Unis, il a par contre intelligemment misé sur des jeunes entreprises qui cartonnent aujourd’hui, comme par exemple Uber, Snapchat ou Square. Xavier Niel, la voie du pirate permet aussi de mieux mesurer l’étendue du réseau du patron de Free et de Monaco Telecom. En mars 2015, quand les responsables du fonds Benchmark Capital, Peter Fenton et Matt Cohler, viennent voir Niel à Paris, ils auraient été « discrètement » invités « à l’Elysée par François Hollande quelques jours plus tard » grâce à son intervention. Autre épisode assez étonnant et resté jusque là secret raconté par ce livre : le deal qu’aurait failli boucler Niel avec l’un de ses ennemis, Martin Bouygues, en 2014. A l’époque, Bouygues voulait s’offrir SFR. Un accord à 1,8 milliard d’euros aurait prévu de laisser à Free des antennes et des fréquences. Sauf que le patron de Bouygues Telecom manque d’argent pour boucler ce rachat. Il a besoin de 200 millions d’euros. Une « négociation éclair » aurait été organisée sur trois jours. Solveig Godeluck et Emmanuel Paquette racontent alors que l’avocat d’affaires de Bouygues s’est adressé à Xavier Niel pour lui demander « s’il ne pourrait pas consentir à son vieux rival un prêt personnel via sa holding NJJ Capital, et grand prince, le fondateur de Free, plein aux as, a accepté ». Un contrat aurait alors été bouclé le 7 mars 2014. En garantie, le directeur financier de Free, Thomas Reynaud, « prend un malin plaisir à demander des actions de la chaîne TF1 […], rien que pour voir les hommes du groupe immobilier s’empourprer », rapportent les deux journalistes.

SFR

Ce sont finalement des titres Bouygues BTP ou des actions Bouygues Telecom qui font office de garantie. Mais en avril 2014, c’est Numericable qui est choisi pour le rachat de SFR. Cet accord secret devient donc inutile. « Le groupe Bouygues a nié l’existence de cette réunion », précisent Godeluck et Paquette. Deux ans et demi après, cela n’empêche pas Free d’engranger les bons résultats financiers et les abonnés. Au troisième trimestre 2016, cet opérateur a attiré 305 000 nouveaux clients, portant ainsi son parc d’abonnés à 12,38 millions, conservant ainsi son statut de numéro un pour le recrutement de clients dans le secteur de la téléphonie mobile. Grâce à ses offres low-cost, notamment à 2 euros par mois ou 0 euros pour les abonnés fixes, l’entreprise de Xavier Niel a mis la main sur 18 % du marché et son chiffre d’affaires sur le mobile a progressé de 12 %. En revanche, c’est un peu plus compliqué pour la téléphonie fixe. Si Free a séduit 66 000 clients supplémentaires pour un total de 6,3 millions d’abonnés, le revenu moyen par client a chuté de presque un euro sur les six derniers mois. Il s’établit désormais à 33,50 euros.

 

(1) Xavier Niel, la voie du pirate, de Solveig Godeluck et Emmanuel Paquette (First Editions), 240 pages, 16,95 euros.

journalistRaphaël Brun