Culture Sélection de septembre

Raphael Brun
-

culture septembre blu ray cinéma livre musique

L’Autre

de Robert Mulligan

Epouvante. Wild Side propose une version blu-ray restaurée de l’excellent film de Robert Mulligan (1925-2008), L’Autre. Sorti en 1972, ce film fantastique est adapté d’un roman de Thomas Tryon. Une véritable influence pour des réalisateurs comme M. Night Shyamalan par exemple. Ce film raconte l’histoire des jumeaux Niles et Holland Perry, qui sont élevés par leur grand-mère dans une ferme du Connecticut. Peu à peu, l’un des jumeaux affiche un bien étrange comportement et le film de Mulligan glisse alors vers l’épouvante. L’édition collector offre un son DTS en 2.0 efficace et une image dotée d’un bon piqué. Ne pas rater non plus la lecture du livret de 78 pages signé Frédéric Albert Lévy, un ancien du magazine de cinéma Starfix.

L’Autre, de Robert Mulligan, avec Uta Hagen, Diana Muldaur, Chris Udvarnoky (USA, 1972, 1h48), 24,99 euros (édition collector blu-ray + DVD + livre).

culture septembre blu ray cinéma livre musique

Keeper

de Guillaume Senez

Sensible. Maxime et Mélanie ont 15 ans. Ils s’aiment. Mais lorsque Mélanie dit à Maxime qu’elle est enceinte de lui, c’est la crise. Puis, les deux amoureux décident de garder cet enfant et tentent par tous les moyens d’assumer cette nouvelle et lourde responsabilité. Keeper est filmé du point de vue de Maxime. Pour espérer devenir gardien de but professionnel, Maxime doit accepter les codes du football et ne pas être un adolescent comme les autres : pas de sorties et beaucoup de travail. Le parallèle avec la fonction de père de famille n’est pas loin. Autre parallèle : « keeper », gardien de but en anglais, qui signifie aussi garder (ou pas) ce bébé. Pour son premier long métrage, le Franco-belge Guillaume Senez signe un film sensible et intelligent, servi par d’excellents acteurs. À commencer par Kacey Mottet Klein et Galatéa Bellugi, parfaits tous les deux.

Keeper, de Guillaume Senez, avec Kacey Mottet Klein, Galatéa Bellugi, Catherine Salée (BEL-FRA, 2016, 1h31), 13,60 euros (DVD seulement, pas de sortie blu-ray).

culture septembre blu ray cinéma livre musique

L’âge d’or du cinéma japonais (1935-1975)

Coordonné par Pascal-Alex Vincent

Or. C’est un bien joli coffret que propose Carlotta. L’âge d’or du cinéma japonais à travers six films : Voyage à Tokyo (1953) de Yasujiro Ozu, Contes des chrysanthèmes tardifs (1939) de Kenji Mizoguchi, Harakiri (1962) de Masaki Kobayashi, Contes cruels de la jeunesse (1960) de Nagisa Oshima, Je ne regrette rien de ma jeunesse (1946) d’Akira Kurosawa et Une femme dans la tourmente (1964) de Mikio Naruse, inédit en vidéo. Pour épauler ces six DVD, un dictionnaire de 101 cinéastes japonais qui fourmille d’informations et d’anecdotes étonnantes. Comme par exemple, la disparition pendant des années de Chusei Sone, maître du cinéma érotique des années 70, avant de resurgir en expert de… l’aquaculture. Attention : l’édition de ce coffret est limitée à 1 500 exemplaires.

L’âge d’or du cinéma japonais (1935-1975), coordonné par Pascal-Alex Vincent, 69,99 euros (coffret 6 DVD + dictionnaire de 101 cinéastes japonais de 250 pages + 2 feuillets de photos), 20,06 euros (édition singles). Sortie le 14 octobre.

culture septembre blu ray cinéma livre musique

The Witch

de Robert Eggers

Pieux. Au XVIIème siècle, William et Katherine, un couple très pieux originaire de Grande-Bretagne, est exclu de la communauté avec laquelle ils sont venus s’installer en Nouvelle-Angleterre. En cause, des convictions religieuses jugées trop extrêmes. Ils partent donc vivre avec leurs cinq enfants au milieu de nulle-part, près d’une inquiétante forêt. Lorsque leur petit dernier se volatilise et que leurs récoltes pourrissent, la peur et la paranoïa s’emparent de cette famille, qui finit par penser que Thomassin, leur fille aînée, est une sorcière. Pour son premier long métrage, Robert Eggers a été primé à Sundance et à Gérardmer. Visuellement, c’est très beau. Les décors et les costumes contribuent au réalisme de ce récit annoncé comme une histoire vraie. Eggers réinvestit avec réussite l’expressionnisme allemand et distille une inquiétude diffuse, plus que de l’épouvante pure, grâce à des recettes éprouvées. On adore.

The Witch, de Robert Eggers, avec Anya Taylor-Joy, Ralph Ineson, Kate Dickie (USA-CAN, 2006, 1h33), 15 euros (DVD), 17 euros (blu-ray). Sortie le 18 octobre.

culture septembre blu ray cinéma livre musique

Watership Down

de Richard Adams

Garenne. Grâce à la volonté de Monsieur Toussaint L’Ouverture, Les garennes de Watership Down sont de retour. Edité en 1972, ce livre s’est écoulé à plus de 50 millions d’exemplaires dans le monde, mais reste finalement assez méconnu à Monaco et en France. L’histoire raconte les aventures d’un groupe de lapins qui décide de quitter leur garenne. Doté de dons de voyance, l’un d’eux a eu une vision : leur garenne va bientôt disparaître. Cinquain, Noisette et les autres doivent vite trouver un nouveau lieu pour s’installer, tout en échappant à la caste militaire de la garenne. Watership Down, colline anglaise où Richard Adams a vécu une bonne partie de sa vie, a durablement marqué cet auteur qui n’a jamais plus connu un tel succès. Âgé de 96 ans, il vit aujourd’hui à Witchurch, à seulement quelques kilomètres de Watership Down. Après avoir été adapté au cinéma et au théâtre, Watership Down prendra bientôt la forme d’une série animée pour le compte de la BBC et de Netflix.

Watership Down, de Richard Adams (Monsieur Toussaint L’Ouverture), 544 pages, 21,90 euros.

culture septembre blu ray cinéma livre musique

Laëtitia ou la fin des hommes

d’Ivan Jablonka

Violence. Assassinée près de Nantes en 2011, Laëtitia Perrais a touché l’historien Ivan Jablonka. « Cela faisait longtemps que je voulais travailler sur un fait divers en tant qu’il recèle de la souffrance, et aussi parce que c’est un épicentre qui révèle les mouvements souterrains — sociaux ou politiques — à l’œuvre dans notre société », a expliqué Jablonka au Figaro. C’est donc à l’état de la société que s’intéresse cet historien : familles qui implosent, misère et inégalités sociales… Comment Tony Meilhon, l’assassin de Laëtitia Perrais, a-t-il pu atteindre de tels sommets de violence ? Comment cette violence parvient-elle à s’immiscer partout, en prenant des formes différentes ? C’est à cela que tente de répondre le passionnant livre d’Ivan Jablonka, qu’il faut lire absolument.

Laëtitia ou la fin des hommes, d’Ivan Jablonka (Seuil), 386 pages, 21 euros.

culture septembre blu ray cinéma livre musique

Butcher’s Crossing

de John Williams

Bisons. L’Ouest américain, le vrai. C’est la toile de fond choisie par le Texan John Williams (1922-1994) pour ce western littéraire publié en 1960 et que nous propose Piranha éditions. Dans les années 1870, Will, étudiant à Harvard, file à Butcher’s Crossing, une ville du Kansas. Son objectif : connaître la véritable aventure de l’ouest sauvage. Aidé par un chasseur, il monte une expédition pour traquer les derniers bisons du Colorado. Mais ils se font piéger par l’hiver. Le travail de la New York Review of Books aux Etats-Unis et de la romancière Anna Gavalda et des éditions du Dilettante en France, ont permis de redécouvrir l’œuvre de John Williams dans les années 2000. Une excellente initiative, quand on sait qu’Augustus, un autre de ses romans, reçut le National book award en 1972.

Butcher’s Crossing, de John Williams, (Piranha éditions), 304 pages, 19 euros. Sortie le 6 octobre.

culture septembre blu ray cinéma livre musique

Filles des oiseaux (tome I)

de Florence Cestac

Catho. Dans Filles des oiseaux, Florence Cestac s’inspire quelque peu de son adolescence passée à l’internat. Elle nous plonge dans la société française des années 60, en utilisant un trait rond et un joli sépia de circonstance. À la pension des Oiseaux, à Honfleur, Marie-Colombe, d’origine bourgeoise et très citadine, se lie d’amitié avec Thérèse, venue de sa campagne la plus profonde. Unique femme à avoir remporté le grand prix du festival de la bande-dessinée d’Angoulême en 2000, Florence Cestac oscille toujours très habilement entre le rire et les larmes. Douze ans après Super Catho (2004) qu’elle a co-signé avec René Pétillon, Florence Cestac n’a rien perdu de son irrésistible humour. Le tome II aura pour toile de fond les événements de mai 1968.

Filles des oiseaux (tome I), de Florence Cestac (Dargaud), 60 pages, 13,99 euros.

culture septembre blu ray cinéma livre musique

Megg, Mogg & Owl à Amsterdam

de Simon Hanselmann

Coffee shops. C’est une certitude, ils nous manquaient. La bonne nouvelle, c’est que Megg, Mogg et Owl sont de retour. Laissant Owl tout seul, Megg et Mogg s’envolent pour Amsterdam. Et au menu, il n’y a pas que des tulipes, de jolis canaux ou du fromage hollandais. Il y a bien évidemment des coffee shops aussi. Sauf que notre duo a oublié ses antidépresseurs à la maison. Et ce manque change considérablement la vision qu’ils avaient d’Amsterdam. Toujours aussi déjanté, ce nouvel épisode de ce trio à la fois dingue et attachant, est un régal.

Megg, Mogg & Owl à Amsterdam, de Simon Hanselmann (Misma), 160 pages, 25 euros.

culture septembre blu ray cinéma livre musique

Skeleton Tree

Nick Cave & the Bad Seeds

Elégiaque C’est un drame qui porte le seizième album studio du rocker australien Nick Cave : la mort accidentelle de l’un de ses fils. Arthur, 15 ans, est tombé d’une falaise en juillet 2015, près de la maison familiale à Brighton, après avoir pris du LSD. Six mois avant ce drame, Cave avait demandé à son ami, le cinéaste Andrew Dominik, réalisateur de L’Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford (2007), de filmer l’enregistrement de ce disque. One More Time With Feeling a donc été projeté dans 650 salles de cinéma dans le monde, de façon éphémère, le 8 septembre, la veille de la sortie de Skeleton Tree. Porté par le batteur Thomas Wydler, le rythme est lent. Warren Ellis donne une dimension planante aux 8 titres de cet album élégiaque, avec cordes et claviers à l’appui. Le deuil et la souffrance, portés par la voix ténébreuse de Nick Cave, font de Skeleton Tree un moment d’une rare beauté.

Skeleton Tree, Nick Cave & the Bad Seeds (Bad Seed/Kobalt/[PIAS]), 14,99 euros (CD), 22,99 euros (vinyle).

culture septembre blu ray cinéma livre musique

Fixion

Trentemøller

Influences. On ne présente plus Anders Trentemøller. À 41 ans, ses influences n’ont jamais été aussi évidentes. Ténébreux à souhait, Fixion est un album qui, dès son ouverture avec One Eye Open, rappelle la cold wave de The Cure. Son label, In My Room semble être un clin d’œil à une autre de ses influences, les Anglais de Depeche Mode, auteurs du titre In Your Room (1993). Les voix de Marie Fisker, de Jehnny Beth de Savages (River in Me, Complicated) et de Lisbet Fritze (Where the Shadows Fall) apportent complexité et complémentarité à ce disque synthétique, sombre et très réussi, qui regarde avec élégance en arrière et furieusement vers l’avant. La face obscure de l’electro n’a pas à s’inquiéter. Le Danois Trentemøller veille avec beaucoup de talent et d’affection sur elle.

Fixion, Trentemøller (In My Room/La Baleine), 14,99 euros (CD), 26,99 euros (vinyle, édition limitée, avec coupon de téléchargement).

island-songs-olafur-arnalds

Island Songs

Ólafur Arnalds

Flateyri. On avait beaucoup aimé le très beau For Now I am Winter (2013) de l’Islandais Ólafur Arnalds. Après avoir enregistré une chanson par semaine dans une localité différente de son île, il est de retour avec le très logiquement dénommé Island Songs. Sa pop instrumentale est toujours aussi minimaliste. Construite autour de cordes délicates, sa musique est d’une incroyable douceur. On pense, par exemple, à 1995, un morceau enregistré dans la petite église de Flateyri, un village islandais. Inspiré par une avalanche qui a fait 20 victimes sur les 200 habitants que compte ce village traumatisé par ce drame, 1995 leur rend un hommage d’une grande sobriété.

Island Songs, Ólafur Arnalds (Mercury/Universal), 15,99 euros (CD), 19,99 euros (vinyle). Sortie le 28 octobre.

journalistRaphael Brun