Nouveau directeur des jeux Les élus « satisfaits »

Anne-Sophie Fontanet
-

Pascal Camia, un Monégasque de 48 ans, vient d’être nommé nouveau directeur des jeux de la Société des Bains de Mer. Une nouvelle qui réjouit la majorité Horizon Monaco et l’opposition Union Monégasque du Conseil national.

La direction de la Société des Bains de Mer (SBM) a annoncé le 6 novembre un changement important à la tête de sa direction des jeux. Pascal Camia, salarié de l’entreprise depuis 1994, a été nommé directeur des jeux, en remplacement de John Galvani, démissionnaire. Camia prendra ses fonctions le 1er décembre. « Le groupe Union Monégasque (UM) se réjouit de la nomination de notre compatriote Pascal Camia à la direction des jeux. Nous lui souhaitons plein succès dans cette lourde tâche. Nous souhaitons également remercier John Galvany pour le travail accompli dans un contexte difficile et souligner l’élégance dont il a su faire preuve en présentant sa démission », a réagi Jean-Louis Grinda au nom du groupe d’opposition UM au Conseil national. « La nomination d’un Monégasque à un poste clé a toujours été une requête forte de la majorité. Surtout que Pascal Camia connaît le fonctionnement de la SBM et qu’il a toutes les compétences pour relever ce défi essentiel pour ce monopole concédé » souligne pour sa part Laurent Nouvion, président Horizon Monaco (HM) du Conseil national.

 

Réorganisation

En parallèle, la direction de la SBM a validé une réorganisation des jeux par établissement. Dans ce cadre, Jean-Marie Alfani a été nommé directeur du casino de Monte-Carlo, Christian Barilaro, directeur du Sun Casino et Eric Cicero, directeur du Casino Café de Paris. « Le challenge que [Pascal Camia] doit relever aujourd’hui consiste à apporter une vision nouvelle et inédite sur la stratégie des jeux de la SBM y compris dans le marketing », estime Laurent Nouvion. « Cette nouvelle direction s’inscrit dans la suite logique du récent vote du personnel quant au statut unique des jeux que nous avons pleinement soutenu. La mission du nouveau directeur a été clairement fixée par la direction de la SBM et montre une approche extrêmement pertinente tant au niveau local qu’à celui du partenariat avec les nouveaux actionnaires » commente pour sa part UM.

 

« Refonte »

Si les deux partis s’accordent sur les bénéfices d’une telle nomination, les élus espèrent beaucoup du nouveau directeur. « Cette réforme de structure devra naturellement être accompagnée par une refonte de l’ensemble de la stratégie de l’entreprise, y compris hôtelière. Cette décision de mener une véritable refonte du cœur de métier de la SBM constitue un signe fort, que la majorité appelle de ses vœux depuis plusieurs années, dans l’objectif d’un retour vers des résultats positifs du secteur des jeux », ajoute le président HM du Conseil national.

Toutefois, UM attaque la réaction de Laurent Nouvion qui lui apparaît comme « assez inappropriée ». Jean-Louis Grinda explique : « Nous ne saurions accepter que reviennent les vieilles habitudes d’interventions politiques au sein de la gestion des personnels de la SBM. Ces pratiques sont d’un autre âge et doivent le rester. Les nombreuses interventions passées de l’actuel président du Conseil national au sujet de la SBM ont toujours été déplacées, inopportunes et excessives. Puissent ses récents échecs l’inciter à davantage de modération et de réserve sur un dossier pour lequel, faut-il le rappeler, le Conseil National n’est en aucun cas co-gestionnaire ». Interrogé par Monaco Hebdo, le groupe Renaissance, dont Eric Elena est le seul représentant élu au Conseil national, a finalement choisi de ne pas se prononcer sur le sujet « n’ayant aucune vision de l’avenir pour l’entreprise », nous a indiqué Etienne Ruzic, son président.

journalistAnne-Sophie Fontanet